Immobilier de bureaux : ralentissement en Île de France

Visa expert
ANAIS COURAUD AVATAR AUTEUR
Par Anais Couraud
Le 25/04/2019

L’article « Immobilier de bureaux : ralentissement en Île de France » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Le marché immobilier français est dissocié en plusieurs branches. Pourtant souvent en corrélation, le marché immobilier résidentiel diffère de celui du marché immobilier tertiaire. En effet, ces deux segments connaissent aujourd’hui certaines tensions. Une étude réalisée par des professionnels de l’immobilier explique que les investissements dans l’immobilier de bureaux franciliens se raréfient. L’essentiel du marché se situant en région parisienne, on observe un net recul des transactions depuis la fin de l’année 2018. En effet, l’offre de bureaux à la vente est au plus bas, les acheteurs potentiels ne trouvent plus de biens disponibles. Ajouté à cela, la croissance économique du pays stagnent et n’est pas propice à l’investissement.

Une baisse des grosses transactions

Entre le dernier trimestre 2018 et le premier de l’année 2019, on note un chute du montant des transactions réalisées dans la région parisienne. A plus fortes raisons, le montant total des ventes réalisées a régressé de 22% lorsque l’on compare les chiffres au mois d’avril 2018. A cette période-là, le montant global des transactions s’élevait à presque 2,5 milliards d’euros.

En parallèle, la surface des biens vendus ou loués a reculé de 23%, c’est-à-dire que les transactions principales ont été réalisé sur de plus petites opérations. Les acteurs majeurs de l’immobilier français ont remarqué qu’il n’y avait pas eu récemment de « méga-transactions » sur l’ensemble du territoire puisque la plus grosse a représenté un montant de 200 millions d’euros. En effet, les plus grosses superficies et les biens les plus couteux ont du mal à trouver acquéreur au vu des prix appliqués sur le marchés franciliens.

Les PME ont le vent en poupe…

A contrario, ce sont les transactions des petites et moyennes surfaces, privilégiées par le Petites et Moyennes Entreprises qui sont largement recherchées depuis ces derniers mois. Une donnée qui signifie que les PME se portent bien et bénéficient d’une conjoncture économique porteuse. A noter que celles-ci sont souvent sous-traitante ou en étroite relation avec les grandes entreprises, signe que l’économie continue de tourner.

Et pourtant, l’offre disponible de bureau a diminué de 15% en un an sur toute la région parisienne. A cet effet, les entreprises se concentrent avant tout sur les bureaux classiques comme ceux situés dans le Quartier Central des Affaires (QCA). Cependant, de plus en plus d’entreprises ont des besoins d’offres nouvelles. Les regards se tournent vers les surfaces inférieures à 1000m² situées en entre la petite et grande couronne : celles-ci sont utilisées pour des nouvelles formes de travail comme le coworking ou le télétravail par exemple.

Conclusion

Les professionnels du secteur restent confiants vis-à-vis de ce ralentissement de l’immobilier tertiaire. Les stratégies d’investissement des SCPI se sont modelées en fonction de la demande et du marché immobilier actuel. Certaines ont pris le cap du Grand Paris, d’autres du secteur des entrepôts… Vous souhaitez être accompagné dans votre projet d’investissement en immobilier de bureaux ? Contactez nous par tchat ou directement par téléphone pour avoir un conseiller spécialisé en direct !

À propos de l'auteur

Anais Couraud , Conseillère en gestion de patrimoine

Après l’obtention d’un BTS Assurance en alternance à Groupama Gan Vie en tant que gestionnaire dans le Pôle Prévoyance, Anaïs ressort forte d’une première expérience dans le domaine de l’assurance de personnes. Par la suite, elle fait le choix de poursuivre ses études en Licence Professionnelle Métiers du Droit Privé à la Faculté de Bordeaux afin d’approfondir les connaissances juridiques et qu’elle a pu appréhender lors de son BTS. Grâce à ces 3 années dans le secteur de la protection de la personnes, Anaïs maitrise les différents produits assurantiels tels que la prévoyance, la santé, la retraite et l’assurance vie. Aujourd’hui, du fait de son intérêt pour les produits financiers et immobiliers, elle entreprend un Master en Gestion de Patrimoine et Marchés Immobiliers à l’INSEEC. Elle rejoint le groupe Net Investissement en 2017 à Bordeaux.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

  • Immobilier : les français paient en moyenne 722€ par mois de loyer
  • Les investissements locatifs représentent 26% des transactions immobilières
  • Immobilier à Paris : en 2018 la hausse des loyers a suivi l’inflation
  • Immobilier neuf : recul des mises en chantier
  • Location à Paris : les loyers des meublés restent stables
  • Investissements locatifs : de mieux en mieux !
Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides