Immobilier : prix des loyers étudiants dans 80 villes

Visa expert

L’article « Immobilier : prix des loyers étudiants dans 80 villes » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 16/07/2013

Parler du prix des loyers étudiants c’est parler du cas de Laura, 20 ans. Son Bac S mention « Très Bien » en poche, elle effectue une année de « prépa » au lycée Napoléon à Grenoble. Elle sort première de sa promotion et intègre une école de commerce, l’une des plus prestigieuses de Paris. Nous pourrions continuer ici sur le remarquable parcours de cette étudiante. (Le nom et les lieux sont ici volontairement modifiés). Cependant, ce parcours sans faute de Laura connait une étape difficile à surmonter en arrivant à Paris : elle n’arrive pas à se loger ! L’histoire de Laura c’est aussi le parcours de centaines de milliers d’étudiants en France.

En effet, la France compte plus de 2,2 millions d’étudiants dont les 2/3 quittent le foyer parental pour poursuivre leurs études. La demande de logement étudiante est par conséquent très forte et les logements amplement insuffisants. Analysons ci-dessous les niveaux de prix des loyers étudiants et leurs disparités.

Une offre de logements étudiants insuffisante

L’insuffisance de l’offre publique...

En matière de logement étudiant c’est le CROUS qui officie pour loger les étudiants. Avec 170 000 logements disponibles il est évident que le CROUS ne peut pourvoir à l’ensemble de la demande de logement en faveur des étudiants.

... et de l’offre privée !


Les chiffres de 2011 mettent en relief qu’il faudrait construire 500 000 logements étudiants dans le parc privé et public confondus au regard des 270 000 logements construits en 2011, qui restent largement insuffisants.

L’étude Century 21 sur les prix des loyers

Le réseau d’agences Century 21 qui englobe 900 agences nationales a étudié les prix des loyers dans 80 villes et a recensé les loyers minimum et maximum des logements. L’étude permet de se faire une idée des niveaux de loyers pratiqués au niveau local et surtout de voire les disparités intra-ville et les disparités existantes entre les villes étudiées.


L’étude constate des écarts parfois importants dans une même agglomération. Sur Marseille les loyers pratiqués se situent de 300 à 500 € pour des superficies de 15 à 35 m2 alors que Paris connait des écarts plus importants, de 400 à 1500 € pour des superficies de 10 à 50 m2. Cette variation dans une même ville s’explique par des éléments de qualité de quartier, du bien immobilier lui-même et son ameublement ou de la proximité des transports.


Nous avons pris parmi ces 80 villes les exemples de Paris et Marseille car ce sont des agglomérations avec d’autres telles que Toulouse, Lyon, Lille, Montpellier, Bordeaux … dans lesquelles la demande locative des étudiants est forte.

Conclusion

Le cas de Laura n’est pas isolé. Il est même global. Les logements dédiés aux étudiants disponibles auprès des bailleurs publics comme privés sont très largement insuffisants. Les loyers connaissent des disparités fortes entre villes et même au sein d’une même ville. Les étudiants en besoin de logements se tournent très majoritairement vers les bailleurs privés du fait du faible stock de logements proposés par le CROUS. Les étudiants acceptent l’offre des bailleurs privés et ce malgré les niveaux de loyers pratiqués dans certaines agglomérations. Le déficit d’habitats dédiés aux étudiants assure donc la pérennité du marché des résidences étudiantes privées ! Investir dans les résidences étudiantes c’est assurer la pérennité de son investissement, est bien plus qu’un slogan !

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides