La progression du prix de l’immobiliers continue mais moins vite

Visa expert
avatar
Par Hotman Achab
Le 20/09/2018

L’article « La progression du prix de l’immobiliers continue mais moins vite » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Tandis que le volume de transactions immobilières relevé au deuxième trimestre demeure très important, l’INSEE note un petit ralentissement du prix de l’immobilier. Poursuivant sa lancée, le marché marque cette année une dynamique très solide après deux années florissantes. Entre avril et juin par exemple, le prix de l’immobilier dans l’ancien a augmenté de 2,8% par rapport à la même période un an plus tôt.

Cette augmentation est certes moins significative que la hausse connue sur le premier trimestre mais reste néanmoins notable. Dans un contexte de taux toujours très bas, les conditions de prêts immobiliers demeurent favorables aux investissements immobiliers. Depuis février, le montant des crédits accordés aux particuliers est en constante progressions.


Un ralentissement en Ile-de-France

Depuis le début de l’année, les notaires franciliens constatent une petite diminution de la demande associée à une modération des prix concernant l’ancien. En Ile-de-France, ce léger ralentissement se traduit par une hausse de 4,1% au deuxième trimestre opposée à 4,7% enregistrée au dernier trimestre de l’année 2017.

À Paris, la hausse des prix de l’immobilier reste considérablement plus forte qu’au plan national. L’écart entre la capitale et les autres villes françaises continue donc de se creuser quand le prix des appartements parisiens croît de +7,1% sur un an contre +3,7% en Petite Couronne et +0,9% en Grande Couronne. Autre constat, le prix du mètre carré à Paris est désormais supérieur à 10 000 euros dans 9 arrondissements sur 20.


L’immobilier, une histoire de taux

Si l’évolution des prix montre que l’immobilier tricolore se porte bien, les acteurs économiques se concentrent sur la remontée des taux, qui ne doit pas être trop rapide ou incontrôlée. En fait, la baisse des taux des prêts immobiliers depuis 2009 a été l’élément central d’une bonne santé des marchés. Après un an de recul, les taux d’intérêt devraient désormais se stabiliser et connaître une hausse progressive dans les années à venir. .


Conclusion

Même si la hausse des prix a tendance à s’assagir, le marché reste néanmoins très dynamique en matière de ventes. Contrairement aux attentes, les taux de crédit ont de nouveaux baissé au premier semestre cette année. En effet, pour rattraper leurs retards commerciaux, les banques ont assoupli leurs conditions d’accès au crédit. L’évolution des conditions d’emprunt sera déterminante pour le futur de l’immobilier Français.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Hotman Achab , Conseiller en gestion de patrimoine

Diplômé d’un Master en gestion de patrimoine qu’il a obtenu en 2003, Hotman Achab débute sa carrière professionnelle au sein de la Société Générale en tant que conseiller patrimonial pendant 4 ans puis rejoint la Banque Postale où il occupe les fonctions de conseiller patrimonial. En 2010, il intègre la division Banque Privée, toujours à la Banque Postale, où il sera notamment élu « meilleur CGP d’Ile de France ». En 2014, après plus de 11 ans passées dans l’environnement patrimonial bancaire, Hotman souhaite évoluer et décide de s’associer au Groupe Wast & Van et prend la direction, début 2015, de Wast & Van Grand Paris.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

  • Immobilier à Paris : on s’approche des 10 000€ au m² en moyenne
  • Immobilier en Île de France : les villes les plus convoitées
  • Immobilier : c’est à Pessac que les prix ont le plus augmenté en 2018
  • L’immobilier va-t-il augmenter en 2019 ?
  • Immobilier : légère hausse du nombre de transactions en 2018
  • Faible baisse des constructions de logements neufs en 2018
Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides