Le marché de l'immobilier en 2014

Visa expert

L’article « Le marché de l'immobilier en 2014 » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - le 23/12/2013

Le secteur de l’immobilier est souvent utilisé comme indicateur de la santé de l’économie. Or, si l’on prend l’analyse dans l’autre sens, les indicateurs de l’emploi, de la consommation et de manière plus générale, la croissance, ne laisseraient guère présager de bons augures pour l’immobilier en 2014. Pourtant 2014 devrait encore être une année globalement bonne pour l’immobilier.

Le marché de l'immobilier en 2014

Retour sur l'immobilier en 2013

2013 aura été une année très chargée en matière d’annonces et de modifications du secteur de l’immobilier. Suppression du PTZ, fin du dispositif Scellier et arrivée du Duflot, modification de la durée d’exonération de la plus value après 22 ans, et plus récemment l’augmentation des droits de mutation début 2014.

Et malgré tout, le marché reste toujours en déséquilibre avec un manque chronique de logements sur le territoire (plus de 800 000). Ce chiffre continue d’ailleurs de stabiliser et de maintenir les prix à un haut niveau, dopés d’ailleurs par des taux historiquement bas au niveau des emprunts.

De plus, les incertitudes et inquiétudes croissantes sur les problématiques de retraite et de son financement, poussent de plus en plus de français à devenir propriétaire (et à le rester).

Les professionnels de l’immobilier tablent dont sur un objectif de volume de ventes immobilières identiques en 2014 à 2013. Le Crédit Foncier estime le marché à moins 9% en nombre de transactions dans l’ancien en 2013. Au total, 650 000 logements devraient être vendus contre, 710 000 en 2012.

Evolution des prix

Avec des prix malgré tout historiquement hauts, tout repose sur la politique de taux bas actuelle. En 2014, les taux devraient rester au même niveau avec des fluctuations très légères à la hausse comme à la baisse. Ceci devrait donc maintenir encore un niveau de prix stable. Toutefois, dans certaines villes, dont Paris notamment et en particulier, on a constaté une augmentation importante d’offres de biens sans pour autant entrainer une baisse des prix ; les vendeurs espérant encore trouver acquéreurs à des prix stratosphériques.

Le marché immobilier, bien que tendu, reste malgré tout fluide. Les acquéreurs sérieux, plus exigeants sauront trouver le bien qui leur convient.

Conclusion

La phase de correction de prix si souvent annoncées semble arriver beaucoup plus lentement et tout en douceur. Et les villes telles que Nantes, Bordeaux ou Toulouse continueront elles à voir le prix de l’immobilier local augmenté ; dynamisé par les flux migratoires importants et l’arrivée progressive des lignes LGV.

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : Une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides