La gestion immobilière, un métier à forte responsabilité

Visa expert

L’article « La gestion immobilière, un métier à forte responsabilité » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - le 02/05/2016

À l’heure où le marché retrouve sa santé, les métiers de l’immobilier attirent un nombre grandissant de candidats. Parmi les professions attrayantes, celle de la gestion de biens immobiliers occupe une place à part : ni tout à fait agent, ni tout à fait chasseur, le gestionnaire immobilier est chargé d’administrer des biens pour le compte de ses clients propriétaires. Parce que la gestion immobilières, ça ne s’improvise pas.

Le management appliqué à la pierre

Le management appliqué à la pierre

En anglais, on l’appelle « property manager », administrateur de biens. Et, en effet, le métier de la gestion immobilière s’apparente plus à celui de manager que de classique intermédiaire immobilier.

C’est que le gestionnaire est chargé d’administrer des biens pour le compte de ses clients, des propriétaires, qui lui confient leurs intérêts. Il peut s’agir de particuliers, d’investisseurs institutionnels, de sociétés foncières : quel que soit le statut de ses clients, le gestionnaire va prendre en charge un portefeuille de propriétés et le régir de bout en bout, depuis la location jusqu’à la gestion financière.

La gestion de biens immobiliers dans le détail

Lorsqu’il s’occupe d’un portefeuille de biens, le gestionnaire doit remplir deux missions. La première concerne la mise en location du bien. Il doit ainsi s’occuper de :

  • Faire visiter les biens aux locataires potentiels ;
  • Présenter à son client les meilleurs candidats ;
  • Gérer les questions administratives et financières : établissement des documents (bail de location), état des lieux, encaissement des sommes dues, etc.

La seconde consiste en l’administration de tous les aspects juridiques, techniques, commerciaux et financiers liés aux biens. En conséquence, le gestionnaire :

  • Assure la gestion financière de l’immeuble : tenue du budget, calcul des charges, encaissement des loyers et des charges, paiement des réparations et des travaux d’amélioration, etc.
  • S’occupe des risques divers : choix des polices d’assurance, déclaration des sinistres éventuels, recouvrement des loyers impayés, etc.
  • Prend en charge l’administration quotidienne du bien : tri des ordures, sécurité, propreté (il est en relation avec le ou la gardienne, ou avec le personnel de ménage), détection incendie, fonctionnement de l’ascenseur, chauffage, électricité, etc.

En outre, si des travaux sont à prévoir, le gestionnaire doit établir un budget, lancer les appels d’offre, sélectionner les entreprises ou les artisans qui vont s’en occuper.

Savoir conseiller son client

Savoir conseiller son client

On le voit : la gestion immobilière nécessite d’être sur tous les fronts et de maîtriser tous les aspects de l’administration d’un immeuble. Pour cela, le gestionnaire doit justifier de solides compétences dans des matières aussi variées que le droit, les finances et le commerce, dès lors que ces sujets touchent à l’immobilier.

Ses missions recouvrent également le conseil. Un propriétaire attend autre chose de la gestion de biens immobiliers qu’une simple application des règles : il souhaite aussi être dirigé dans la bonne direction.

C’est pourquoi un gestionnaire doit être force de proposition, conseiller des investissements, proposer des solutions juridiques, maîtriser parfaitement tous les types d’assurances : à lui de soumettre la GLI à son mandant pour prévenir les risques de loyers impayés, de lui lister les garanties indispensables qu’il faut faire apparaître dans un contrat d’assurance multirisque habitation, ou la meilleure assurance pour un propriétaire non occupant, etc.

Un métier à forte responsabilité

Cet angle « conseil », ajouté aux nombreuses responsabilités induites par la gestion immobilière, implique de montrer :

  • Un sens inné du relationnel
  • Un certain talent pour la négociation
  • Une grande maîtrise de soi
  • Une rigueur à toute épreuve
  • Beaucoup d’autonomie et d’indépendance
  • Une disponibilité importante

Conclusion

De sorte qu’une solide formation est indispensable : un BTS professions immobilières suivi d’une Licence professionnelle en management et droit des affaires immobilières, ou un bachelor GESAI (gestionnaire d’affaires immobilières) à l’École supérieure des professions immobilières, est un cursus recommandé. Enfin, la gestion de biens immobiliers étant réglementée par la loi Hoguet, le candidat à cette profession doit être titulaire d’une carte professionnelle en immobilier.

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : Une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

  • PACA : les notaires se mettent à la négociation immobilière
  • Présidentielles 2017 : ce que les candidats prévoient pour l’immobilier
  • Le dispositif « Louer abordable » en détails
  • Lancement du dispositif d’incitation fiscal « Cosse ancien »
  • Paris bientôt capitale de la finance verte ?
  • Immobilier à Lille : c’est parti pour l’encadrement des loyers !
Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides