Paris : un tiers des bureaux vides en logements

Visa expert

L’article « Paris : un tiers des bureaux vides en logements » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Guilhem Garcia - le 27/04/2015

Grande promesse de campagne de Mme Hidalgo maire de Paris, la transformation de 250000m² de bureau en logement devrait être réalisée pour 2020. En effet, le manque grandissant de logement sur la capitale, impose à la mairie de trouver de nouvelles solutions pour réussir à créer de nouveaux logements dans un secteur où la demande ne cesse de croître.

Un grand nombre de bureaux disponibles

Un grand nombre de bureaux disponibles

La mairie à recensée plus de 500 adresses de bureaux vacant qu’elle voudrait faire transformer en logement. Principalement situé dans le VIIe et IXe, ses emplacements pourraient permettre de transformer 250000m² en logements et d’obtenir ses nouveaux logements d’ici 2020.

L’expérience a déjà été menée de 2001 à 2012 où 378600m² de bureaux vacants ont été transformés en logements. Ce changement d’usage permettrait d’attirer des jeunes travailleurs et de créer de nouveau espace d’échange en recréant une mixité sociale dans ces quartiers de Paris intra muros.

La problématique du coût et de la disponibilité des biens

Malgré un grand nombre d’immeuble disponibles, la mise à disposition ne sera pas simple. Pour inciter et faciliter les mises en place de nouveaux projets de réhabilitation, la mairie réfléchie à la mise en place d’avantages fiscaux ainsi qu’à la refonte du Plan Local d’urbanisme. D’ici la fin de l’année, la modification du PLU devrait notamment permettre de mettre fin à l’obligation de création de places de parking.

Autre point de tension dans ce type de projet, le coût de la réhabilitation. Le dernier exemple en date est le Palatino réalisé par le groupe EIFFAGE dont le coût a bondit de 10 millions d’euro suite au retrait de 1000 tonnes d’amiante. C’est souvent la plus grande difficulté de réalisation dans ce type de projet. Une fois le bâtiment curé des surprises peuvent apparaître : renforcement de plancher, présence d’amiante… Ces aléas de la réhabilitation peuvent rendre nulle la rentabilité d’un projet et peut également freiner certains investisseurs privés qui préféreront continuer à louer sous forme de bureau même s’ils doivent baisser le loyer.

Conclusion

Nous voyons bien ici que le problème de logement sur la région parisienne est loin d’être réglé. Mais ces réhabilitations de bureaux pourraient être un bon moyen de créer de nouveaux logements sur Paris intra muros. Il faudra par contre inciter les propriétaires avec par exemple des avantages fiscaux à transformer leurs biens ou un assouplissement du PLU.

À propos de l'auteur

Guilhem Garcia , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Après l’obtention d’un Master en gestion de patrimoine, Guilhem débute sa carrière au sein d’une grande banque régionale. Après 10 ans de carrière dans différents groupes bancaires, où il a occupé des postes de conseiller clientèle professionnel à gestionnaire en patrimoine, il décide d’ouvrir son cabinet spécialisé en prévoyance et patrimoine auprès d’un des grands assureurs de la place. Son désir d’indépendance et d’évolution professionnelle, le pousse naturellement à rejoindre début 2014 le groupe WAST AND VAN en tant que consultant en gestion de patrimoine sénior.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides