Alstom : une alliance avec GE officialisée

Visa expert

L’article « Alstom : une alliance avec GE officialisée » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - le 24/06/2014

Après deux mois de pourparlers intenses entre le gouvernement et les deux géants de l’industrie, le Conseil d’Administration d’Alstom a validé à l’unanimité ce samedi le projet d’alliance avec le géant Américain sur la reprise de son pôle énergie, rejetant ainsi l’offre présentée par le groupe Allemand, Siemens.

Dans le même temps, l’Etat a annoncé sa volonté de rentrer dans le capital d’Alstom et a entamé avec Bouygues, l’actuel actionnaire majoritaire, des négociations.

collaboration

Une véritable alliance mondiale

Suite aux hésitations du groupe industriel français et à l’offre concurrente du tandem Siemens/ Mitsubishi, GE a revu son offre initiale et a notamment exprimé sa volonté de former avec Alstom une véritable alliance mondiale dans le nucléaire et français dans les turbines à vapeur en France afin de garantir que la technologie utilisée dans les centrales nucléaires reste française.

Plus précisément, le géant Américain envisage une alliance à 50/50 dans le nucléaire ainsi qu’un projet de coentreprises en vue de respecter la logique d’alliance et d’amélioration tant désirée par le gouvernement.

Cette alliance prendrait la forme d’une société détenue à part égale par les deux industriels au sein de laquelle l’Etat aurait un droit de veto, ainsi que des droits de gouvernance.

GE a également confirmé son projet de créer 1 000 emplois supplémentaires en France dans les domaines ayant actuellement une forte valeur ajoutée, c'est-à-dire la fabrication et l’ingénierie.

Face à de telles promesses de partenariats, le géant Américain a cependant du revoir à la baisse sa proposition de rachat, cette dernière s’élevant désormais à 16 milliards de dollars, soit environ 12 milliards d’euros.

Une entrée de l’Etat au capital

Dans une volonté de protection de l’économie française, l’Etat a fait part de sa volonté d’entrée dans le capital d’Alstom et a entamé des négociations en fin de semaine dernière avec l’actuel actionnaire majoritaire, Bouygues, quant au prix de l’action. Selon certaines sources, les négociations entre Bercy et Bouygues sur le prix de l’action aurait débuté autour de 30 euros.

Arnaud Montebourg à également préciser lors d’une interview, qu’en cas de refus de la part de Bouguyes de vendre une partie de ses parts à l’Etat, la future alliance entre GE et Alstom « ne se fera pas ».

Dans la même interview, le ministre de l’Economie a tenu à rassurer les contribuables en précisant que l’entrée de l’Etat au capital d’Alstom serait entièrement financée par la vente de certaines participations que l’Etat possède au sein d’autres groupes français.

Conclusion

En attendant la mise en place effective de l’alliance mondiale entre le géant Américain et le groupe industriel français qui devrait avoir lieu courant 2015, les syndicats ainsi que les salariés d’Alstom ont fait part de leur satisfaction. Ces derniers voyant dans l’entrée de l’Etat au capital d’Alstom une garantie quant au devenir de l’économie française.

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : Une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides