ALSTOM, une valse à trois temps (acte 2)

Visa expert

L’article « ALSTOM, une valse à trois temps (acte 2) » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - le 29/04/2014

Alors que les dirigeants de G-E et d’Alstom ont prévu de se rencontrer aujourd’hui à Paris en vue de finaliser les modalités d’une éventuelle cession, le gouvernement a rappelé aux deux géants de l’industrie, que sont G-E et Siemens, qu’il a son mot à dire.

Les tensions quant au choix du futur d’acquéreur du groupe français semblant persister, se pose la question du recours possible à une alternative.

mesure fiscale

Vers une nationalisation d’Alstom

Cette proposition a notamment été évoquée par Jean Clause Mailly (FO), ce dernier considérant que « le gouvernement à les moyens d’agir » et qu’il se doit de le faire dans la mesure où « Alstom est stratégique pour la France en terme de stratégie industrielle ». En outre, le recours à une nationalisation, même partielle, permettrait à l’Etat de gagner du temps dans un climat social actuel particulièrement tendu.

Rappelons qu’une nationalisation, même temporaire, reviendrait pour l’Etat à racheter les parts de Bouygues (actuel actionnaire majoritaire d’Alstom avec 29 % des parts en sa possession).

Rester seul ?

Avec un recul du carnet de commande de 12% et une baisse de son chiffre d’affaires au cours des neufs derniers mois de l’année dernière, Alstom demeure trop petit pour tenir malgré sa position de leader sur de nombreux marchés. En effet, le symbole de l’industrie française semble avoir un positionnement trop milieu de gamme avec des produits trop chers notamment par rapport à la concurrence des pays émergents.

Recours à une augmentation de capital

A également été évoqué par le gouvernement l’idée d’une entrée de l’Etat via une augmentation de capital (comme cela avait été le cas en 2003). Cependant, cela supposerait que le Conseil d’Administration d’Alstom y soit favorable, ce qui ne semble pas être le cas.

Le PGD d’Alstom, Patrick Kron considérant cette option comme n’étant « pas du tout à l’ordre du jour ».

stats

Partenariat avec un industriel français

Si les chemins d’Alstom et d’Areva se sont déjà croisé en 2003 à l’occasion d’une cession de l’équipementier de sa division Transmission et distribution, ces deniers mois Areva, alors en difficulté sur ses activités des énergies renouvelables, envisageait une alliance avec l’industriel français dans l’éolien en mer. Finalement, cette alliance s’est réalisée avec l’espagnol Gamesa.

D’autres partenaires industriels sont envisageables, notamment Thales pour la partie des transports et Safran pour la partie énergie, mais il apparaît que ce dernier est déjà partenaire avec le géant Américain sur les moteurs d’avion ce qui complique davantage la situation.

Conclusion

Le Conseil d’Administration entend rendre ses conclusions dès demain (date évoquée lors de la réunion dudit Conseil ce dimanche), en attendant le gouvernement continu de manœuvrer au mieux de ses intérêts même si la marge de manœuvre tend à s’amenuir compte tenu de la position de plus en plus affirmée d’Alstom d’un partenariat avec le géant Américain.

<< ALSTOM, une valse à trois temps (acte 1) ALSTOM, une valse à trois temps (acte 3) >>

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : Une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides