Bitcoins : au tour de Goldman Sachs de s’y intéresser

Visa expert
avatar
Par Karl Toussaint du Wast
Le 13/10/2017

L’article « Bitcoins : au tour de Goldman Sachs de s’y intéresser » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

La banque d’investissement américaine, Goldman Sachs est la première à Wall Street à envisager de créer un pole de trading dédié au bitcoin. En effet, les monnaies virtuelles de ce genre ont toujours été perçues d’un mauvais oeil par les organismes de régulations et les institutions financières. Considérées comme « trop volatiles » la semaine passée par Christine Lagarde, cela n’empêche pas la banque Goldman Sachs de s’y intéresser fortement.

Fonctionnement du bitcoin

Comme évoqué récemment dans notre article « ces monnaies virtuelles sont un sujet que tous les établissements financiers ou institutions ne peuvent plus ignorer ». Effectivement, l'essor du bitcoin repose sur une monnaie fantôme qui fonctionne de façon autonome sur un réseau d'ordinateurs et non pas sous la supervision d'une banque centrale, comme les différentes devises existantes.

Certains utilisateurs ont la possibilité de conserver leur anonymat et peuvent commercer directement, sans passer par une banque. Et de ce fait, les institutions financières regardent de travers cette monnaie virtuelle qui se voit être prisée par des trafiquants de drogue et des pirates informatiques.

La démarche de Goldman Sachs

Aujourd’hui, Goldman Sachs envisage de spéculer sur le bitcoin pour le compte de ses grands clients institutionnels. Ici, l'intérêt de la puissante banque d'affaires américaine et de donner un coup de pouce au bitcoin, affaibli depuis plusieurs semaines par la décision de la Chine qui veut interdire les opérations de marché en bitcoins.

"En réponse à l'intérêt des clients pour les crypto-monnaies, nous sommes en train d'explorer quel est le meilleur moyen de répondre à leurs demandes sur ce segment", a déclaré Tiffany Galvin, une porte-parole de la banque. Même si l’on assiste uniquement aux prémices du bitcoin, Goldman Sachs étudie de près la possibilité d’acheter et de vendre cette monnaie virtuelle grâce à une cellule de trading dédiée comme à celle d’autres monnaies (dollars, yens ou euros...).

Le tout nouveau pari de la banque américaine est de démocratiser ce moyen de paiement à un usage quotidien et non pas seulement à un actif d’épargne. Et elle ne sera bientôt plus l’unique à miser sur cette monnaie. Des grands noms de banque comme Barclays et HSBC souhaitent travailler aujourd’hui avec la nouvelle technologie de la blockchain.

Conclusion

Néanmoins, beaucoup d’avis divergent. Certains parlent de « monnaie trop risquée », d’autres encore « d’escroquerie » comme l’a exposé Jamie Dimon, le PDG de JPMorgan Chase. Des propos nuancés par Christopher Dembik "Jamie Dimon va à rebours de l'histoire. Bien sûr que le marché du bitcoin est volatil, mais il représente une indéniable révolution que scrutent avec attention les États et les régulateurs". Heureusement, des garde-fous comme le gendarme de la Bourse, la SEC, vont consolider la règlementation contre les fraudes financières liées au bitcoin.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr. Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides