Impôts : forte augmentation en 2017

Visa expert
ANAIS COURAUD AVATAR AUTEUR
Par Anais Couraud
Le 28/03/2018

L’article « Impôts : forte augmentation en 2017 » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

La croissance économique du pays au cours de l’année 2017 ayant atteint 2% du PIB, contre les 1,5% initialement prévus, démontre une augmentation du chiffre d’affaires des entreprises situées sur le territoire français. A plus ou moins grande échelle, les résultats des sociétés ont été porteurs entrainant une hausse des revenus pour les ménages. Conséquence pour l’Etat, les rentrées fiscales ont été dopées, passant de 44,6% à 45,4% du PIB, a annoncé l'Insee ce lundi 26 mars. L’ensemble des prélèvements obligatoires qui avaient été revus à la baisse sous le quinquennat de François Hollande, ont progressé à nouveau tout au long de ces derniers mois.

Le détail de cette hausse de la collecte fiscale

Dans un premier temps, cette augmentation des prélèvements obligatoire s'explique donc par la contribution exceptionnelle à l'impôt sur les sociétés réalisant plus d’1 milliard d’euros de chiffre d’affaires. Cette mesure a été mise en place pour équilibrer le remboursement de la taxe à 3% sur les dividendes, invalidée par le Conseil constitutionnel (soit 10 milliards d’euros indument perçus). Elle a conduit le gouvernement à faire voter en urgence fin octobre une "surtaxe" temporaire de près de 5 milliards d'euros portant sur les 320 plus grandes entreprises françaises.

La progression des recettes fiscales de l’Etat provient également des nouvelles taxes mises en place pour lutter contre le réchauffement climatique. Celles-ci ont augmenté de 2,6 milliards d'euros, sous l'effet notamment de la montée en charge de la taxe carbone, incitant les contribuables à se tourner vers l’énergie verte.

Les deux derniers facteurs liés à la hausse des prélèvements obligatoire viennent directement impacter les ménages. Les rentrées de TVA ont progressé de 7,6 milliards d'euros, en partie du fait d’une légère augmentation de l’inflation durant l’année 2017, mais également car son taux a augmenté (depuis le 1er janvier 2014, 20% contre 19,6% antérieurement).

Parallèlement, les prélèvements sociaux se sont quant à eux accru de 3,3 milliards, comprenant une augmentation de 2,8 milliards d'euros pour la contribution sociale généralisée (CSG). A noter que ces prélèvement sociaux ont augmenté 1,7 points depuis le 1er janvier 2018, laissant imaginer une progression continue de la collecte de ce côté-ci.

Conclusion

Plusieurs mesures sont souhaitées pour augmenter le pouvoir d’achat des contribuables et relancer le financement de l’économie réelle. Le gouvernement a fait entendre une volonté de baisser ce taux d’imposition global de 44,3% du PIB, puis à 43,6% du PIB à la fin du quinquennat. A commencer par les réformes prévues dans la nouvelle loi de finance de 2018. Transformation de l’ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune) en IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière), exonération de la taxe d’habitation pour une partie des ménages et diminution du taux d’imposition sur les sociétés. Pour obtenir davantage d’informations sur cette diminution de l’IS (Impôt sur les Sociétés), vous pouvez vous référer à cet article.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Anais Couraud , Conseillère en gestion de patrimoine

Après l’obtention d’un BTS Assurance en alternance à Groupama Gan Vie en tant que gestionnaire dans le Pôle Prévoyance, Anaïs ressort forte d’une première expérience dans le domaine de l’assurance de personnes. Par la suite, elle fait le choix de poursuivre ses études en Licence Professionnelle Métiers du Droit Privé à la Faculté de Bordeaux afin d’approfondir les connaissances juridiques et qu’elle a pu appréhender lors de son BTS. Grâce à ces 3 années dans le secteur de la protection de la personnes, Anaïs maitrise les différents produits assurantiels tels que la prévoyance, la santé, la retraite et l’assurance vie. Aujourd’hui, du fait de son intérêt pour les produits financiers et immobiliers, elle entreprend un Master en Gestion de Patrimoine et Marchés Immobiliers à l’INSEEC. Elle rejoint le groupe Net Investissement en 2017 à Bordeaux.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides