La hausse de la dette publique francaise

Visa expert

L’article « La hausse de la dette publique francaise » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - le 06/10/2011

La dette publique de la France continue de gonfler c’est un fait. Les chiffres et statistiques publiés par l’INSEE nous permettent d’en évaluer réellement la teneur. Fin juin, la dette publique culmine à 86,2% de la richesse produite par la France en un an soit une hausse de 1,7 point par rapport au précédent bilan fait en mars. Voyons plus en détails…

Actualité

La dette publique aujourd'hui

Une récente publication met en évidence que la dette publique française atteindrait dorénavant 86,2% du produit intérieur brut (PIB c’est à dire la richesse produite par la France en un an) fin Juin 2010, soit une augmentation de 46,4 milliards d’euros uniquement au cours du second trimestre, pour atteindre fin juin la somme pharamineuse de 1 692,7 milliards.


En comparaison des chiffres de fin 2010, le ratio-dette atteignant à cette époque 82,3%, l’INSEE conclut à une augmentation de 1,7 point au cours du trimestre.

Les données d'évaluation de la dette publique

La dette publique comprend deux données principales:

? la dette de l’Etat au sens propre du terme

? la dette publique au sens de Maastrich qui inclut en plus de la dette de l’Etat celles des administrations telles que la sécurité sociale, les administrations publiques locales et les organismes divers d’administrations centrales.

Une petite précision, les critères de Maastrich ou critères de convergences (établis lors du traité de Maastrich et signés par les membres de l’UE le 7 février 1992) sont des critères basés sur des indicateurs économiques que doivent impérativement respecter les pays membres de l’union européenne, jugés nécessaires à la réussite du Pacte de stabilité et de croissance.


« La dette de l'Etat a augmenté de 52,6 milliards d'euros sur la période avril-juin pour s'élever à 1.339,2 milliards », précise l'Insee dans un communiqué. Quant à la dette publique, elle se repartit de la façon suivante :

? 189 milliards fin juin pour les administrations de sécurité sociale

? 153,9 milliards à la même date pour les administrations publiques locales

? et 10,7 milliards pour les autres organismes divers d’administrations centrales

« La dette nette des administrations publiques s'élève à 1.528,1 milliards d'euros fin juin, soit approximativement 77,8% du PIB, contre 77,2% fin mars, en progression de 23,1 milliards sur trois mois », ajoute l'Insee.

Pourquoi un tel endettement

L’Etat est donc le principal responsable de cet état de fait, sa contribution augmente chaque année un peu plus « Il s'agit pour l'essentiel de sa dette négociable à long terme », précise l'Insee, c’est à dire que ce sont des obligations émises par l’Etat dans le but de placements financiers auprès d’investisseurs et remboursables à long terme (dix ans).

A contrario, les administrations publiques locales ont réduit leur endettement de 2,7 milliards d'euros, et celui des administrations de Sécurité sociale a baissé de 2,3 milliards.


De plus, l’endettement est également dû aux prêts qui ont été accordés au Portugal et à l’Irlande dans le cadre du plan de sauvegarde de la zone euro, ceux-ci à hauteur de 2,4 milliards d’euros (1,6 milliards pour le Portugal et 0,8 milliards pour l’Irlande) ont pesé dans la balance de la dette.

Actualité

Les voies d'amélioration

« Durant la seconde moitié de l'année, les premiers effets de la réforme des retraites et de la Sécurité sociale devraient avoir un impact à la baisse sur la dette. La hausse des recettes liées à l'impôt sur le revenu devrait également avoir un effet favorable sur les comptes de l'État. »


La réduction de la dette de l’Etat revient à arrêter un paquebot lancé à pleine vitesse, il faudra donc plusieurs années pour, avant toute récession, arrêter sa progression.

Le projet de budget 2012, que nous avons détaillé dans une précédente actualité, prévoit donc que la dette publique atteindra 85,5% à la fin de l'année 2011. Le gouvernement estime qu'elle devrait culminer à 87,4% du PIB fin 2012 avant que les premiers effets du projet ne se fasse sentir, refluant ainsi la dette publique à 87,3% en 2013, 86,2% en 2014 et 84,1% en 2015.

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : Une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides