Les levées de fonds des Fintechs Françaises en forte progression

Visa expert
paul busy
Par Paul Buzy
Le 02/11/2018

L’article « Les levées de fonds des Fintechs Françaises en forte progression » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

L'expression Fintech regroupe les termes « finance » et « technologie » et désigne une start-up qui utilise les technologies pour imaginer et faire évoluer les services financiers et bancaires actuels.

En France, il existe plus de 500 start-ups consacrées à la Fintech. Ces jeunes pousses pourtant catégorisées comme dynamiques et créatives comptent une multitude d’acteurs fragiles et incapables de générer suffisamment de revenus pour être pérennes. Heureusement, le montant total de fonds levés pour ces start-ups progresse fortement et soutient le secteur. À l’échelle mondiale, trois Fintechs françaises parviennent tout de même à se retrouver dans le top 100.

Une menace pour les banques ?

Depuis la crise financière de 2007, les Fintechs ont cherché à contourner le système bancaire classique et à séduire les consommateurs en leur proposant des solutions plus modernes, plus attractive et surtout moins coûteuses. Ainsi, si les banques sont habituées à vivre sans difficultés depuis des décennies, notamment grâce à leur métier de base que sont les dépôts, les crédits, la protection et les moyens de paiement financier, les géants du numérique (Apple, Amazone, Orange...) et les Fintechs dévorent peu à peu leur part de marché. Ces derniers proposent une relation clientèle plus adaptée et plus personnalisée.

Pour une Fintech, l’objectif n’est pas de concurrencer directement le milieu bancaire, mais d’aider le client à obtenir de meilleurs services et à moindre coût. Ainsi, si leur structure ne leur permet pas de devenir un seul et unique leader sur le marché, ces startups s’associent souvent avec les banques, qui en profitent pour évoluer et s’adapter aux nouvelles tendances technologiques. Les banques et les Fintechs sont donc aujourd’hui encouragées à créer des partenariats et à s’aider à évoluer mutuellement. Ainsi, le secteur des Fintechs représente de nombreux espoirs économiques, à travers des innovations technologiques variées et capables d’optimiser les produits ou services actuels.

La progression des levées de fonds

Au premier trimestre de l’année 2018, la collecte de fonds des startups représente plus de 5 millions d’euros. À titre de comparaison, 3,118 millions d’euros ont été collectés sur l’ensemble de l’année 2017. En un an, bien que cette progression soit très forte, la France demeure bien loin des scores réalisés à l’international et notamment dans les pays anglo-saxons. En fait, si les Fintechs françaises bénéficient du soutien de nombreux dispositifs d’aide publique, ces derniers sont complexes à obtenir… De plus, le cadre réglementaire national représente de nombreuses difficultés à dépasser.

Conclusion

Si elle a un train de retard, la France compte bien réagir. La loi PACTE, beaucoup discutée ces derniers mois, prévoit de nombreuses actions de soutien pour les start-ups. De plus en plus nombreuses, les levées de fonds représentent aussi un immense espoir pour les Fintechs françaises.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Paul Buzy , Chef de projet patrimonial

Diplômé d’un Master en Gestion de Patrimoine et Immobilier à l’INSEEC, Paul BUZY rejoint l’équipe de Netinvestissement en 2018, après y avoir effectué son stage de fin d’études. Les différents postes qu’il a occupés précédemment dans des établissements bancaires le pousse finalement à opter pour l’indépendance et il fait le choix d’exercer le métier de chef de projet patrimonial au sein du cabinet le plus disruptif de la place.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides