Une gestion des finances différentes en zone euro

Visa expert

L’article « Une gestion des finances différentes en zone euro » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - le 15/07/2013

Les 13èmes « rencontres économiques d’Aix en Provence » se sont déroulées les 5, 6 et 7 juillet derniers. Lors de ces trois jours, le gotha du monde économique mais aussi politique et universitaire s’est retrouvé afin d’écouter et d’analyser les points de vue des personnalités marquantes de l’actualité économique et financière française, européenne et mondiale. Cette année, la thématique principale était « le choc des temps, l’économie mondiale entre urgences et long terme ». Pierre Moscovici a profité de ces rencontres pour livrer son point de vue sur la nécessaire reconfiguration de la gouvernance de la zone euro.

choix-gestion

Des efforts à poursuivre pour redresser les comptes

La plupart des protagonistes ont souligné la nécessité pour les européens de poursuivre leurs efforts de redressement au regard de l’étendue des dettes souveraines des pays riches qui sont loin d’être remboursées. « On a un taux moyen aujourd'hui de 110% du PIB de dette publique dans les économies avancées », a affirmé la directrice du Fonds monétaire international Christine Lagarde. "C'est du jamais vu depuis les années 1880". Ces dettes se sont certes "considérablement alourdies à l'occasion des différents plans de relance" en 2009, mais ne peuvent pour autant pas être effacées, a-t-elle prévenu. Elle préconise « des politiques budgétaires responsables, crédibles et de long terme » pour « placer l’endettement sur une trajectoire descendante ».


De son coté le ministre français de l’Economie a estimé qu’on était « en train de changer de paradigme » et que l’Europe commençait à adopter une attitude plus pragmatique en privilégiant des mesures structurelles plutôt qu’un strict respect du retour des déficits sous le plafond des 3% du PIB.

Reconfiguration de la gouvernance

Un des autres obstacles à surmonter pour la zone euro, c’est son déficit de légitimité démocratique. Pour Jean-Claude Trichet, ancien président de la BCE, des efforts ont déjà été réalisés en ce sens. Pendant la crise « nous avons réussi à faire d'immenses pas en avant », à travers « des décisions prises par 17 démocraties », a-t-il estimé notamment à travers « le renforcement du Pacte de stabilité », la surveillance macro-économique et l'Union bancaire.


"Nous avons donc renforcé de facto considérablement l'union politique (mais) il n'y a pas l'équivalent en légitimité démocratique", a-t-il regretté, appelant à "donner beaucoup plus de capacité d'influence et de décision au Parlement européen".


Pour Pierre Moscovici, ce souhait d’une plus grande démocratie européenne passe par une reconfiguration de sa gouvernance et la création d’un poste de « ministre des Finances de la zone euro » qui présiderait l’Eurogroupe et serait également le commissaire européen aux Affaires économiques. « Il faut que la zone euro soit beaucoup plus visible, qu'on ne voit pas 17 ministres qui se réunissent la nuit... », a-t-il expliqué.

Conclusion

Pour notre ministre de l’Economie, il faudra « profiter » du renouvellement en 2014 de la Commission européenne pour faire cette réforme de gouvernance. Il a répété qu'il souhaitait également que la zone euro bénéficie d'un budget propre, « pour elle-même, en partie contracyclique, par exemple pour assurer un seuil minimal d'assurance-chômage ». Il a également à nouveau plaidé pour la création d' « une commission, une chambre, un comité » de la zone euro au sein du Parlement européen, « qui puisse légiférer sur les affaires d'intérêt commun à la zone euro ».

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : Une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides