Les pays nordiques dans le viseur !

Visa expert

L’article « Les pays nordiques dans le viseur ! » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 21/02/2014

Les performances enregistrées ces 36 derniers mois sur l'ensemble des marchés financiers, à l'exception peut-être des marchés émergents sur le second semestre 2013, ont été plutôt positives et les investisseurs qui avaient effectué leur retour sur les OPCVM actions ont été récompensés. En ce début d'année, la difficulté réside dans le fait de trouver de nouvelles perspectives de rendement. Et les pays nordiques offrent un ensemble d'éléments d'analyses optimistes qui place leurs marchés dans le viseur des gérants des grandes institutions.

Les pays Nordiques dans le viseur

Une zone géographique hétérogène

La zone Nordique regroupe les trois pays scandinaves (Suède, Norvège, Finlande) ainsi que le Danemark. Cette zone est aujourd'hui très surveillée par les plus grandes maisons de gestion et un certain nombre d'entre elles a créé des fonds spécifiques sur ce secteur géographique. Le premier intérêt réside dans l'hétérogénéité du groupe de pays. Si ils ont des populations plutôt réduites (9,5 millions d'habitants pour la Suède et autour de 5 millions pour les autres), leurs superficies varient de 41 000km2 pour le Danemark à 450 000km2 pour la Suède.

Et leurs économies sont très différentes les unes des autres. En effet, la Suède détient un tissu industriel très exportateur avec des groupes internationaux de grande envergure (SAAB, IKEA, etc.) présents dans le monde entier et offrant des savoir-faire très demandés. La Finlande est le berceau du groupe Nokia (Microsoft) mais possède un tissu solide de PME très créatrices d'emploi. La Norvège est un pays "à part" qui possède des ressources très importantes en matières premières (pétrole et gaz) qui lui ont permis de se créer d'immenses réservés de trésorerie dans son fond souverain qui est très actif dans l'investissement industriel local (pharmaceutique par exemple) et international. Le Danemark est le pays nordique le plus proche de ses voisins européens avec une structure économique plus interdépendante de la zone euro.

Des fondamentaux très solides

Si ils sont différents les uns des autres, les pays de la zone nordique ont un point commun : un endettement très faible (en dessous de 50% du PIB) et une culture stricte de la maîtrise des déficits publics. Leur forte fiscalité (ils sont classés dans les 6 pays les plus "fiscalisés" de la planète), héritage du début des années 90 et des lourdes réformes structurelles engagées par ces pays au prix de gros efforts de leurs citoyens, a permis la mise en place de solides politiques sociales, résolument tournées vers l'innovation et la formation.

La conséquence principale est un quasi plein-emploi sur la zone. Plus globalement, la rigueur financière des groupes et sociétés de la zone nordique permet aux gérants et analystes des fonds spécifiques sur le secteur de modéliser de vraies stratégies d'investissement. Le secrétaire bancaire (en particulier Danois) a ainsi entamé une mutation profonde afin de rendre plus lisible ce segment du marché.

Il existe plus de cinquante fonds spécifiques zone Nordique mais la majorité d'entre eux sont gérés et distribués localement. L'offre européenne et française que vous pouvez retrouver dans vos contrats d'assurance-vie ou dans vos PEA / compte-titres se développe petit à petit et les fonds déjà accessibles sont de plus en plus plébiscités. Sans pour autant s'exposer trop sur ce secteur, il semble plus que recommandé d'arbitrer une partie de ses avoirs sur la zone et de profiter des bons résultats qu'elle semble être encore en mesure de proposer.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides