Fintech : les investissements des fonds réduits de moitié

Visa expert

L’article « Fintech : les investissements des fonds réduits de moitié » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 21/09/2016

Selon l’étude trimestrielle du leader de l’audit et du conseil, KPMG, les levées de fonds en capital-risque des start-up financières ont dégringolé de 49% entre le mois d’avril et juin. Certains parlent alors d’un « dégonflement de la bulle ». Effectivement, selon cette étude, les fintech n’attireraient plus autant qu’au début. Au premier trimestre, la levée de fonds en capital-risque dans le monde s’élevait à 4,9 milliards de dollars. Au second trimestre, la levée n’était que de 2,5 milliards de dollars.

Pourquoi une telle baisse ? Une amélioration est-elle possible ?

chute générale

Une chute générale

Le leader de l’audit et du conseil, KPMG, a publié son étude trimestrielle sur l’essor des fintech dans le monde. Une baisse générale de l’attrait des investisseurs a été constatée pendant le deuxième trimestre de cette année 2016. Effectivement, les fintech ont levé 2,5 milliards de dollars en capital-risque au deuxième trimestre, à travers 195 deals. Par rapport au premier trimestre 2016, c’est une baisse de 49%. Notons que ce n’est pas la première fois que le marché connaît une chute aussi importante mais cette fois-ci, selon KPMG, cette baisse est à prendre au sérieux. Cette chute serait due aux incertitudes sur le marché, au Brexit, et à l’approche des élections américaines.

Tout n’est peut-être pas si mauvais

Pourtant, l’Amérique du Nord reste en première place en ce qui concerne les investissements et le nombre de deals malgré sa forte chute de 1,8 milliards de dollars à 1,3. Vient ensuite l’Asie en seconde place qui a toutefois enregistré la baisse la plus importante, en passant de 2,6 milliards de dollars à 772 millions de dollars. Puis il y a l’Europe, qui quant à elle, connaît une hausse dans ses investissements. Effectivement, au second semestre, l’Europe a enregistré une hausse s’élevant à 369 millions de dollars au lieu de 303 millions au premier trimestre.

Conclusion

Selon Mikaël Ptachek (Directeur de missions Capital Markets chez KPMG), « après une année 2015 florissante et un 1er trimestre 2016 record, la fintech mondiale connait sa première baisse importante de l’année, avec des investissements réduits de moitié, entrainés par la chute de l’Asie, qui avait connu un premier trimestre très exceptionnel ».

Mais malgré une chute générale des levées de fonds en capital-risque, certains secteurs sont en plein essor tels que l’Insurtech, la Blockchain, etc. Ce n’est donc pas la fin des fintech pour autant. Selon Didier Descombes et Fabrice Odent, associés chez KPMG « les fintech restent un secteur porteur ». Reste à vérifier les chiffres du prochain trimestre.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides