Baisse du déficit budgétaire français en 2012

Visa expert

L’article « Baisse du déficit budgétaire français en 2012 » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - le 11/02/2013

Vendredi dernier le gouvernement a finalisé les comptes de l’État pour l'année 2012 et, le mystère qui planait autour du déficit budgétaire de la France a pu être levé. Confirmant les estimations publiées à la mi-janvier ce dernier s'élève donc à 87,2 milliards d'euros contre 90,7 milliards en 2011.

baisse du déficit bancaire français

Un chiffre malgré tout conforme aux objectifs

En comparaison des estimations données par la dernière loi de Finances rectificative, qui étaient de 86,2 milliards d'euros, il est vrai qu'avec ses 87,2 milliards d'euros le déficit budgétaire français comporte un milliard de plus.


Seulement ce surplus ne représente pas nécessairement une mauvaise nouvelle car, il confirme tout de même les grandes lignes qui ont été évoquées lors de la prévision du déficit public et, il répond notamment à l'objectif de ce dernier, fixé à 4,5 % du PIB.


Rappelons en effet que le gouvernement s'est engagé, auprès de la France mais aussi de l'Union Européenne, à baisser le déficit public à 4,5% du produit intérieur brut (PIB) en 2012 pour le ramener à 3% du PIB à la fin 2013.

Rappelons en effet que le gouvernement s'est engagé, auprès de la France mais aussi de l'Union Européenne, à baisser le déficit public à 4,5% du produit intérieur brut (PIB) en 2012 pour le ramener à 3% du PIB à la fin 2013.


Et, selon Jérôme Cahuzac ministre du Budget, ce résultat « conforte notre stratégie de retour à l'équilibre ».

Les dépenses de l’État en baisse

Cette baisse du déficit budgétaire français s'explique en grande partie par la discipline mise en place au niveau des dépenses de l’État.


La gestion 2012, qui a été qualifiée comme étant «particulièrement rigoureuse», a en effet permis une baisse des dépenses de près de 300 millions d'euros. Une somme qui s'impose comme un chiffre historique en comparaison à l'ensemble du dernier quinquennat, où les dépenses avaient augmenté en moyenne de 5 à 6 milliards d'euros par an.

déficit français

Des recettes amoindries

Si la baisse du déficit budgétaire est due à la gestion efficace des dépenses de l’État, au contraire, le « surplus» d'un milliard d'euros résulte quant-à lui des recettes fiscales qui se sont révélées moins importantes que prévu.


En effet les encaissements, même s'ils augmentent de 13,4 milliards d'euros en comparaison à 2011 et ce, en raison des hausses des différents impôts, restent tout de même inférieurs de 1,6 milliards d'euros aux prévisions établies.


La TVA serait notamment la cause de cette baisse, selon le ministre du Budget, la célèbre taxe aurait rapporté 3,3 milliards d'euros de moins qu'attendu.

Conclusion

Bien que se révélant moins importante que les prévisions, la baisse du déficit budgétaire de la France n'en reste pas moins encourageante pour le futur, en particulier dans la perspective de l'objectif du déficit public à 4,5 % de PIB.


Il est effectivement important de prendre en compte le contexte et notamment, la croissance du PIB plus faible que prévu, qui n'a pas contribué à faciliter les choses et qui de fait, confirme cette évolution positive du déficit budgétaire.


Il faudra patienter encore un peu avant d'obtenir les résultats définitifs, qui ne seront publiés que le 29 mars.

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr. Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides