Fiscalité : les réformes repoussées à 2018

Visa expert

L’article « Fiscalité : les réformes repoussées à 2018 » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 13/07/2017

La réforme de la taxe d'habitation, visant à exonérer à terme 80 % des ménages français avait été abordé lors de la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron. C’est l’une des mesures phare du Président de la République et elle devrait entrer en vigueur dès 2018, d’après une source à Bercy. Néanmoins, cette réforme provoque l'inquiétude des collectivités locales, bien que l'exécutif ait assuré que l'Etat compenserait leur manque à gagner.

La réforme de la taxe d’habitation entrera en vigueur dès 2018

Cette réforme fiscale était une promesse faite aux français lors de la campagne d'Emmanuel Macron. Cependant, le calendrier était encore resté flou mais la réforme de la taxe d'habitation commencera à entrer en vigueur dès 2018, a indiqué lundi 10 juillet une source à Bercy, confirmant des informations de Franceinfo. En effet, le Président de la République a décidé dimanche d'accélérer sur cette réforme avec l'accord de son Premier Ministre, Edouard Philippe.

"Le dispositif doit monter en puissance progressivement chaque année pour aboutir à 80% des ménages en 2022. Ça devrait finalement commencer l'an prochain » précise RTL. « Les premiers concernés seront les propriétaires avec des petits revenus."

Cette réforme était l'une des mesures phares du candidat Macron en matière de fiscalité. À terme, 80 % des ménages devraient être exonérés de cette taxe. Mais cela suscite l'inquiétude des collectivités locales, bien que l'exécutif ait assuré que l'Etat compenserait leur manque à gagner. Toutefois, ces derniers jours, le gouvernement avait pris garde de maintenir le flou sur son calendrier.

Les conséquences de cette réforme

Cette exonération devrait coûter près de 6 milliards d’euros auxquels s’ajouteraient également 7 milliards de baisses d’impôts annoncées plus tôt le week-end dernier. Ce revirement doit beaucoup aux critiques qui ont commencé à grandir depuis quelques jours sur les choix fiscaux du gouvernement. « Il faut arrêter cette petite musique de plus en plus forte, qui évoque de façon erronée une hausse des prélèvements obligatoires pour l'an prochain », décryptait-on dimanche matin à Matignon.

La semaine dernière a été marquée par les annonces de report à 2019 de plusieurs baisses d'impôt promises par le candidat Emmanuel Macron dont la réforme de l'ISF et l’exonération de la taxe d'habitation. Certains économistes avaient commencé à annoncer leur mécontentement suite à ces décisions.

Conclusion

Cette annonce de report à 2018 de plusieurs promesses de campagne du candidat Macron n’a pas fait l’unanimité. Les économistes restent sceptiques et pour apaiser cette atmosphère pesante Edouard Philippe avait annoncé samedi dernier « environ 7 milliards d'euros » de baisses d'impôts dès 2018. Il faut savoir que ces mesures avaient déjà été évoquées sous le mandat de François Hollande en 2016.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides