L'échec du déblocage de l'épargne salariale

Visa expert

L’article « L'échec du déblocage de l'épargne salariale » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 11/12/2013

Le président de la république, souhaitant relancer la consommation des français, a permis un déblocage exceptionnel de l’épargne salariale. En effet une fenêtre de six mois du 1er juillet au 31 décembre 2013 est accordée. Les fonds sont normalement bloqués pendant une durée de 5 ans.

banque-tirelire

Rappel des conditions de ce «déblocage exceptionnel»

  • Ne sont concernées que les sommes investies avant le 1er janvier 2013
  • Un plafond de 20.000€ de retrait et en une seule fois
  • Il doit financer l’achat d’un ou de plusieurs biens ou la fourniture d’une ou de plusieurs prestations de services Le texte de loi précise que le salarié doit pouvoir prouver à l'administration fiscale l'usage de ces sommes.
  • Exonéré d’impôt sur le revenu, mais fiscalisé à hauteur de 15.5 % de prélèvements sociaux sur la plus-value réalisée

Bilan à quelques jours de la fermeture de la fenêtre

Tandis que les jours sont comptés avant la fin de cette mesure, regardons les chiffres. 1 à 1,2 milliards d’euros auraient été débloqués. Si on suit cette évolution, 1,5 à 2 milliards d’euros seront débloqués.

Ce chiffre est à mettre en rapport avec les 94,6 milliards d’euros d’encours estimés en 2012. Ce qui nous donne un pourcentage famélique de 2%.

Eléments d’explications

  • Les salariés ont peur de l’avenir.
  • Le contexte économique difficile ne les encourage pas à consommer.
  • L’augmentation des impôts.
  • Un manque de communication du gouvernement.

Conclusion

En 2004 et 2008, dates des précédents déblocages 80% de l’épargne avait été redirigée vers d’autres support d’épargne. Matelas débloqué vers des supports adaptés à la préparation de la retraite. Sujet brûlant dans l’esprit français eut égard aux réformes à minima. Une chose est sûre, la préparation d’un complément de retraite s’impose.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides