SPECIAL GRECE : point sur les marchés Européens

Visa expert

L’article « SPECIAL GRECE : point sur les marchés Européens » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 06/07/2015

Suite aux récents rebondissements entourant le « dossier Grec » et tout particulièrement l’expression, lors du référendum tenu ce dimanche, du refus par la majorité du peuple Grec d’accepter les demandes de réformes exigées par les créanciers européens en contre partie du maintien des aides européennes, nous constatons depuis quelques semaines une recrudescence de la volatilité sur les marchés européens. Ces derniers vacillant au gré des négociations tenues entre les Ministres des Finances Européens et le Premier Ministre Grec, Alexis Tsipras.

SPECIAL GRECE : point sur les marchés européens

Les principaux indices boursiers (CAC 40, DAX, EURO STOXX) craignent un dénouement défavorable, à savoir une rupture des aides aux banques Grecques suivi d’une éventuelle sortie de l’Europe si aucun compromis n’est trouvé avant le 20 Juillet, date de la prochaine échéance de 3.5 milliard d’euros au profit de la BCE. Malmenés par six mois de négociations infructueuses l’optimisme des investisseurs quant à une issue favorable semble petit à petit laisser place à l’incertitude.

Les conséquences d’une sortie de la Grèce

Si les conséquences d’une sortie de l’Europe sont considérables pour la Grèce (Risque de dévaluation du drachme, fuite des capitaux, mise en place de mesures d’austérité afin de garantir la stabilité du pays possible risque de guerre civile), celles-ci restent mesurées pour l’Europe. le non remboursement par la Grèce de ses dettes sera couvert et assuré par la BCE qui poursuivra sa politique de QE.

En effet, selon Mario Draghi, actuel Président de la Banque Centrale Europe (BCE), l’Europe dispose d’instruments suffisamment performants pour venir en soutien des marchés Européens et des Etats membres. Ce dernier se disant prêt en cas d’aggravation de la situation à renforcer le QE (Quantative Easing), ainsi que l’OMT (Opérations monétaires sur titres) dans le but d’apaiser les marchés et d’absorber les potentiels effets néfastes d’une sortie de la Grèce au travers de politique de rachat d’une partie de la dette souveraine de chaque Etat. Rajoutons que les expositions des banques françaises à la dette grecque reste mesurée à quelques pourcents seulement.

Quelles perspectives pour les marchés européens ?

Après un début d’année marqué par un regain historique des marchés européens due notamment à la faiblesse de l’euro face au dollars, à l’augmentation des exportations, à la baisse des coûts et des matières premières, ainsi qu’à la politique accommodante de la BCE matérialisée par la mise en place du Quantative Easing, les actions européennes connaissent actuellement une période de correction due à un regain de volatilité et ce au détriment de leur performance. Les obligations elles aussi devraient connaitre davantage de volatilité. Mais volatilité ne rime pas forcément avec baisse.

L’AVIS DE NETINVESTISSEMENT ET LA POSITION DES ASSOCIES

Grâce à des fondamentaux solides nous restons persuadés du fort potentiel de revalorisation des marchés actions européennes. Les marchés Européens restent portés par une amélioration des conditions de financement des entreprises, la hausse des perspectives de croissance sur la zone, la sécurisation du marché par la BCE, la faiblesse de l’euro, ainsi que par la publication de chiffres de l’activité manufacturière positifs.

Nos convictions de marché restent inchangées : à l’achat sur la zone Europe, plutôt Europe du Nord, accentuer nos positions au Japon et favoriser les fonds dividendes. Nous continuons à penser qu’une fois passé le « dossier Grec » et ce, quelqu’en soit l’issue, le CAC40 devrait dépasser les 5300 points d’ici la fin de l’année 2015.

Comme en témoigne la résistance des marchés européens, les incertitudes entourant le dossier Grec et leurs conséquences apparaissent comme cycliques pour nombre d’investisseurs et devraient être suivies par une stabilisation du marché dans les mois à venir.

Nous en parlons sur BFM Business

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides