La dépense publique en faveur des maisons de retraite

Visa expert

L’article « La dépense publique en faveur des maisons de retraite » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - le 09/05/2013

Le 23 avril dernier s’est réuni le Conseil de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) afin de voter son rapport d’activité pour l’année 2012. La ministre déléguée chargée des personnes âgées, Michèle Delaunay en a profité pour annoncer des mesures en faveur de la médicalisation des maisons de retraite et le déblocage de 220 millions d’euros en 2013.


Lors de cette réunion du Conseil de la CNSA, la ministre a confirmé que le projet de loi « Autonomie » serait prêt avant la fin de l’année et que la montée en charge des mesures se ferait étape par étape jusqu’à la fin du quinquennat.

placer-argent

Réduction de la sous-consommation des crédits

2012 est marquée par la réduction de la sous consommation des crédits alloués aux établissements et services médico sociaux pour personnes âgées. En 2012, les enveloppes non utilisées se sont montées à 189 millions d’euros contre 245 millions en 2011 et 226 millions en 2010.


Cette sous-consommation est un problème récurrent qui s’explique notamment par un décalage dans le temps entre les autorisations de création de places dans les établissements et leur financement. Pour remédier à cette situation jugée inadmissible par les associations gestionnaires, les gouvernements Fillon et Ayrault avaient décidé le déblocage par anticipation de crédits et avaient mobilisé les agences régionales de santé (ARS) pour accélérer les procédures. Cela commence à porter ses fruits et Michèle Delaunay s’est félicitée de cette baisse de 25% « un euro voté doit être un euro dépensé », « nous ferons un pas de plus dans cette direction en 2013 » a-t-elle promis.

Médicalisation des établissements : 162 millions d’euros annoncés

Dans le cadre initial du projet de loi de financement de la Sécurité Sociale (PLFSS), 147 millions d’euros avaient été annoncés. Finalement, la ministre a indiqué que 15 millions supplémentaires viendraient s’y ajouter par redéploiement ainsi que 85 millions en autorisation d’engagement à effet 2014.


Ces crédits serviront à la médicalisation des établissements et devraient permettre la création de 6 000 à 8 000 emplois malgré le déficit d’attractivité du secteur. « Nos établissements ont beaucoup de mal à attirer des aides-soignantes qualifiées ou des infirmières. Elles préfèrent aller exercer à l’hôpital ou l’activité, souvent plus technique est jugée plus noble » déplore Claude Caléro, directeur de la maison de retraite Lumière et Paix à Nîmes et président de la FNADEPA Gard.

140 millions d’euros pour le PAI

Michèle Delaunay a également annoncé pour 2013 que 140 millions d’euros seraient dirigés vers un Plan d’Aide à l’Investissement dans les maisons de retraite publiques et associatives. « Ces crédits permettrons par exemple de faire des travaux de rénovation ou de transformer des chambres de deux lits en chambres à un lit » a précisé la ministre. De plus, ces crédits supplémentaires contribueront à diminuer le reste à charge des personnes âgées.

Conclusion

Des efforts restent à faire mais le Conseil a salué les engagements pris par le gouvernement ces huit derniers mois. Il souhaite encore des améliorations telles qu’une refonte du modèle de l’aide à domicile, une délégation rapide des crédits aux ARS et une réforme du statut des personnels territoriaux qui accompagnent les personnes âgées et les personnes handicapées.

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr. Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides