Le décret sur le retour de la retraite à 60 ans inquiète

Visa expert

L’article « Le décret sur le retour de la retraite à 60 ans inquiète » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - le 13/06/2012

François Hollande avait promis un assouplissement de la réforme des retraites engagée en 2010. Après moult éventualités concernant le contenu du décret qui signerait un retour de la retraite à 60 ans pour certains, la mesure a été présentée en conseil des ministres. Si l’on connaît dorénavant plus en détail ses contours, sa mise en application pourtant inquiète et fait douter les experts.

tirelire-livreta

Le décret sur le retour de la retraite à 60 ans

A l’occasion d’une communication relative à l’élargissement des possibilités de départ à la retraite à 60 ans, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, a concrétisé la promesse de François Hollande de revenir sur la réforme des retraites.


Il est donc question de donner la possibilité de partir à la retraite dès 60 ans (et non 62 ans) aux salariés du privé mais aussi aux fonctionnaires et non salariés qui ont commencé à travailler à 18 ou 19 ans et qui ont 41 années de cotisations à leur actif, avec un avantage accordé aux mères et aux chômeurs.


Ce sont environ 100 000 personnes qui seront concernées en 2013 par cette nouvelle mesure qui se base sur l’actuel dispositif des « carrières longues ». Pourtant, le dispositif actuel permet déjà une retraite anticipée pour les personnes qui ont commencé à travailler au plus tard à 17 ans.

Concernant l’avantage accordé aux mères et aux chômeurs, il s’agit de tenir compte de l’impact de la maternité et des périodes de chômage sur les carrières. Ainsi, les mères et les personnes qui ont connu le chômage pourront compter 2 trimestres comme validés au titre des périodes de chômage ou du congé maternité.


Ces trimestres considérés comme cotisés s’ajoutent aux 4 trimestres qui peuvent déjà être validés par tous les assurés au titre du service militaire, des arrêts maladie-maternité et des accident du travail.


Le décret doit entrer en vigueur au 1er novembre, après une publication au Journal Officiel au début de l’été. Quant au coût de la mesure, il est estimé a 1,1 milliard d’euros pour 2013 et atteindra 3 milliards d’ici 2017.


Son financement sera assuré en intégralité par une hausse des cotisations sociales (pour les salariés et employeurs) qui sera d’abord de 0,1 point et s’échelonnera pour atteindre 0,5 point à l’horizon 2017.

Une mesure qui inquiète

Parmi les associations et autres organisations sceptiques vient en tête le MEDEF qui s’inquiète de cette hausse des cotisations perçue comme dangereuse pour la compétitivité des entreprises ainsi que pour la pérennité financière des régimes de retraite déjà fortement fragilisée par un déséquilibre important.


De plus, certains experts s’interrogent non seulement du financement de la mesure mais aussi du chiffrage du coût réel de celle-ci car jusqu’à maintenant les chiffres n’ont jamais été tenus en la matière et il est difficile d’anticiper les comportements individuels vis-à-vis de la retraite. Tout comme il est compliqué de faire les calculs au vue de la complexité de notre système, composé de 35 régimes obligatoires différents.

chute-finance

D’ailleurs, si l’on prend l’exemple du dispositif des carrières longues, dès 2006, il avait coûté 1,8 milliard à l’Etat et en 2008, il a atteint les 2,3 milliards d’euros. Un dérapage imprévu par le gouvernement qui avait été contraint de restreindre les règles quant aux rachats de trimestres. La crainte est donc que le nouveau dispositif reproduise les mêmes erreurs.

Conclusion

Le décret sur le retour de la retraite à 60 ans suscite des divergences. Ces divergences s’expliquent par des différences de points de vue politiques mais aussi de visions économiques. Que cette mesure inquiète certains ou en rassure d’autres, dans tous les cas, notre système de retraites par répartition est indéniablement bancal. Préparer sa retraire doit donc être un objectif important pour tout épargnant qui envisage un placement financier, un investissement locatif, etc. Les placements retraite sont en effet de rigueur pour se constituer des revenus complémentaires et profiter d’une retraite sereine.

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : Une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides