Retraite : des inégalités de plus en plus importantes

Visa expert

L’article « Retraite : des inégalités de plus en plus importantes » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - le 04/05/2013

La grande question des retraites est un sujet présent chez tous les français. Elle préoccupe les citoyens, et ceux-ci s’interroge sur leur niveau de retraite futur et sur les solutions possibles pour l’améliorer.


Elle préoccupe tout autant les politiques, et ces derniers doivent relever le défi de penser le régime des retraites sur trois axes : le financement à court terme, la pérennité à long terme de notre système de répartition, et des mesures de justice.


Sur ce dernier point en effet les français sont inégaux sur leur niveau de retraite. Analysons la question des retraites sous l’angle des inégalités constatées.

Inégalités entre actifs et retraités actuels

Inégalités entre actifs et retraités actuels

Au sujet des retraites un constat s’impose :

  • le niveau de vie des seniors est proche de celui des actifs,
  • les pensions des jeunes retraités progressent plus vite,
  • les revenus du patrimoine accentuent les écarts


Que revêt ce triple constat ?
Une toute récente étude publiée par l’Insee bouscule de nombreuses idées reçues à l’heure où se profile une nouvelle réforme des retraites. L’étude démontre que le niveau de vie moyen des plus de 65 ans a augmenté « au même rythme » que celui des personnes en activité entre 1996 et 2009. A 1.877 euros par mois en moyenne, il se situe aujourd’hui « à un niveau proche ».

L’étude montre aussi que les seniors ont moins souvent de très faibles revenus que les 18-64 ans. Si l’on cumule les aides telles que l’allocation logement au minimum vieillesse leur assure un certain plancher de revenus. Il en ressort aussi que leur taux de pauvreté est sensiblement inférieur à celui des actifs (10,4?%, contre 12,8?%).


l’Insee constate qu’au cours des quinze dernières années, le niveau de vie des «?jeunes?» seniors a progressé bien plus vite que celui de leurs aînés. Le résultat est que le niveau de vie moyen des plus de 75 ans est aujourd’hui inférieur de 11?% à celui des 65-74 ans, alors qu’il était quasi comparable il y a une quinzaine d’années.


Autre constat de cette étude Insee les personnes seules ont un niveau de vie plus faible. En effet, elles ne bénéficient pas des économies d’échelle procurées par la vie en couple et leurs pensions de retraite sont en général plus faibles en raison de la proportion élevée de femmes, notamment très âgées, qui ont moins cotisé pour leur retraite durant la vie active. Le taux de pauvreté des plus de 75 ans a sensiblement augmenté en quinze ans, et plus particulièrement chez les femmes isolées, pour s’élever à 13?%, contre 7,7?% chez les «?jeunes retraités?».

L’impact des réformes sur les retraites actuelles et futures

Sur le court terme les politiques sont face à l’obligation de trouver des solutions de financement pour payer les retraites. D’ores et déjà en 2013 le gouvernement a envisagé des pistes telles que la désindexation du de l'inflation de la revalorisation des retraites.


Traditionnellement, les pensions des retraités augmentent au même rythme que l'inflation. Inutile de constater que cela va raboter légèrement le niveau des retraites cette année, et davantage à mesure que nous avancerons dans le temps !


Les mesures en matière de réforme des retraites se succèdent car la résolution de cette équation est complexe.

Impact des réformes sur les retraites actuelles et futures

Les retraités actuels ont un niveau de vie proche de celui des actifs, ce qui pose la question du devenir des niveaux de retraites des actifs actuels. Vivrons-nous moins bien que nos actuels retraités ? Une fois cette problématique posée quelles solutions restent-ils aux actifs ?

solution retraite

La recherche de solutions pour la retraite …

La recherche des solutions par les gouvernements successifs, au-delà de l’allongement de la durée de cotisation et donc du départ à la retraite qui est devenu une certitude, les français peinent à faire confiance au gouvernement actuel pour maintenir la pérennité du système par répartition.


Ainsi le sondage Ipsos pour l'Union mutualiste retraite et Liaisons sociales, publié jeudi 2 mai montre que 76% des personnes interrogées affirment ne pas faire confiance "au gouvernement pour assurer l'avenir des retraites": 50% ne lui font "pas du tout confiance" et 26% "plutôt pas confiance".

L’absence de solutions pérennes et viables pour le système des retraites interroge les français sur les solutions qu’il est envisageable de mettre en place pour obtenir une amélioration de leur niveau de revenus au moment de la retraite.


Les solutions d’épargne classiques telle que l’assurance-vie, le PERP… sont certes envisageables. C’est certes souhaitable mais est-ce suffisant ?


Ne faut-il pas envisager des solutions plus efficaces, avec des effets de levier pour permettre de constituer un capital de type financier ou immobilier suffisamment important pour espérer « rattraper et/ou améliorer» son niveau de vie ?


Des solutions alternatives, sécurisantes et plus puissantes existent, citons en autre exemple les solutions en SCPI, les solutions immobilières de rendement de type EHPAD, la constitution d’un patrimoine immobilier par l’utilisation du levier fiscal au travers du dispositif Duflot, l’assurance-vie ayant un sous-jacent d’investissement tangible et fiable tel que l’immobilier de bureaux …

Conclusion

Les retraites restent une réelle préoccupation et les solutions apportées pour pérenniser le système de retraire par répartition semblent difficiles à trouver. Les récentes mesures de désindexation sur l’inflation de la revalorisation des retraites, laisse entrevoir un affaiblissement du pouvoir d’achat des retraités actuels dès cette année. Les retraites des actifs actuels seront donc incertaines quant à leur niveau de pension.


L’équation du système de retraite, de son financement et de sa pérennité est difficile à modéliser et à projeter. Une action s’impose, prendre l’initiative de compléter sa retraite future avec des solutions adaptées. Pour cela, consultez au plus vite votre conseiller en gestion de patrimoine !

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : Une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides