Les établissements de crédit augmentent la durée de leur prêt

Visa expert
paul avatar
Par Paul Buzy
Le 07/11/2018

L’article « Les établissements de crédit augmentent la durée de leur prêt » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Bien qu’il soit toujours essentiel de peser le pour et le contre, la durée des crédits immobiliers s’est beaucoup allongée ces derniers mois et permet désormais aux emprunteurs d’emprunter sur de longues périodes. On parle désormais d’un engagement d’une durée de 30 ans, à condition bien sûr que le crédit reste adapté à la situation de l’emprunteur. Cette solution pourrait ainsi permettre à des ménages plus modestes de concrétiser leur rêve.

Les ménages font jouer la concurrence

Aujourd’hui, aucun ménage ne se contente du crédit que lui propose sa banque pour acheter un bien mobilier. En effet, les Français n’hésitent plus à faire marcher la concurrence ou à passer par un courtier afin de trouver la proposition la plus avantageuse. Cette gymnastique, de plus en plus appliquée pour la renégociation des crédits déjà contractés coûte très cher aux banques. Que ce soit en termes de crédit ou d’assurance, la législation a beaucoup évolué ces dernières années et se montre très favorable à l’emprunteur. Ainsi, pour faire face à cette situation, les banques sont entrées dans une guerre commerciale, et n’hésitent pas à assouplir leurs conditions d’emprunt, et à rallonger la durée de leur prêt.

Une durée plus longue, mais à quel prix ?

Plus la durée de financement d’un emprunt immobilier s’allonge, plus le taux d’intérêt qui est accolé augmente puisque la prime de risque sera naturellement plus importante pour le prêteur. Ainsi, pour un exemple de financement de 150 000 € sur 20 ans, le taux immobilier moyen sera de 1,30 %. Sur une période de 25 ans, ce même projet hors assurance aura un taux de 1,60 %. Le coût du crédit est de 20 425 € pour le projet de 20 ans, et il est estimé à 32 093 € sur 25 ans. On voit donc naturellement le coût s’accroître de 57 % pour une différence de cinq ans. Ainsi, si on augmente encore la durée de crédit, les futurs acquéreurs pourront plus facilement concrétiser leur projet avec des mensualités plus faibles mais leur crédit aura un coût final assez conséquent.

Très concrètement, les banques traditionnelles accepteront un dossier sur 30 ans à condition que ce dernier soit également finançable sur une période de 25 ans. Ce raisonnement permet à l’établissement financier de limiter les risques portés par l’emprunteur, notamment en cas de tensions budgétaires futures.

Conclusion

Avec une inflation moyenne de 2,1 % 2018 (source de la Banque de France) et des taux d’intérêt relativement bas, il est logique de constater que les durées des prêts s’allongent. Pour un crédit immobilier, la part financée par l’emprunt est aujourd’hui à 80 % du montant de l’acquisition contre 76 % au troisième trimestre de l’année 2017. Dans un tel contexte, les banques se montrent toujours très offensives et n’hésitent pas à se battre pour satisfaire les emprunteurs.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Paul Buzy , Chef de projet patrimonial

Diplômé d’un Master en Gestion de Patrimoine et Immobilier à l’INSEEC, Paul BUZY rejoint l’équipe de Netinvestissement en 2018, après y avoir effectué son stage de fin d’études. Les différents postes qu’il a occupés précédemment dans des établissements bancaires le pousse finalement à opter pour l’indépendance et il fait le choix d’exercer le métier de chef de projet patrimonial au sein du cabinet le plus disruptif de la place.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides