Comment se protéger contre la reprise de l’inflation

Visa expert
paul avatar
Par Paul Buzy
Vu 97 fois

L’article « Comment se protéger contre la reprise de l’inflation » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Cela faisait maintenant plusieurs années que les taux d’intérêt se dépréciaient, parfois même jusqu’à devenir négatifs. Cette situation, qui valorisait de très nombreux actifs notamment immobiliers, arrive aujourd’hui à son terme puisque la FED (Banque Centrale des États-Unis) et la BCE (Banque Centrale Européenne) remontent désormais progressivement leurs taux.

Cette augmentation, jugée nécessaire par le Président de la FED, Jérôme Powell, est une réaction face à une hausse des salaires et une reprise inflationniste aux États-Unis. Manifestant une augmentation générale des prix, l’inflation grignote progressivement le capital des épargnants, sous réserve que ces derniers préservent leurs capitaux sur des supports de placement peu ou pas suffisamment rémunérés.

En effet, l’épargnant qui investit dans des fonds certes garantis mais dont la rémunération est liée à celle des obligations risque de voir son patrimoine diminuer. Alors, comment organiser son patrimoine si l’on estime que les prochains millésimes se traduiront par une reprise de l’inflation ?


Des supports aux rendements supérieur à l'inflation

La solution repose sur des supports qui, décorrélés du marché obligataire, proposent un potentiel de rendement nettement supérieur à l’inflation. Pour un épargnant dont l’objectif est de faire fructifier un capital, une assurance-vie dont le choix des supports s’organise autour d’unités de compte bien diversifiées et d’un fonds en euros non-obligataire aura toute sa pertinence. Pour un épargnant dont l’objectif est de percevoir un complément de revenu, l’investissement dans des SCPI en direct ou à crédit sera aussi une solution face à l’inflation, via l’augmentation du prix des loyers.

Vous pouvez trouver des éléments de réponses plus détaillés en consultant notre guide : Assurance-vie : les alternatives au fonds en euros classique


Pourquoi est-ce le moment ?

Parce que nous sommes dans une période de reprise inflationniste et que le redémarrage de l’économie (via l’inflation) frappe directement les rendements, notamment ceux à capital garanti tel que les fonds en euros traditionnels ou les comptes bancaires.

En effet, ces derniers souscrits dans des conditions de marché de taux bas mettront du temps à suivre les vents porteurs en cas de reprise conjoncturelle. Ainsi, si ces types de supports ont mis du temps à diviser leurs rendements, leur pertinence est aujourd’hui très discutable.


Pourquoi suivre ce conseil ?

Dans un contexte de reprise progressive de l’économie et de hausse modérée des taux, les rendements offerts par les fonds euros vont continuer de s’écorner avant de pouvoir enfin profiter des vents porteurs économiques. Si les mesures menées par la banque centrale ont fortement influencé les conditions financières en Europe, elles ont fortement impacté l’économie réelle faisant profiter les emprunteurs (agents à besoin de financement) aux dépens des épargnants (agents à capacité de financement).

Face à une telle situation, suivre ce conseil vous permettra de conserver des rendements attractifs et de défendre la valeur de votre épargne notamment face à l’inflation. Pour une dimension sécuritaire, se diriger vers de nouvelles formules de fonds euros vous permettra d’échapper aux contraintes obligataires. Pour la recherche de performance, vous diriger vers une exposition plus dynamique et bien diversifiée vous permettra d’échapper aux contraintes inflationnistes.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Paul Buzy , Chef de projet patrimonial

Diplômé d’un Master en Gestion de Patrimoine et Immobilier à l’INSEEC, Paul BUZY rejoint l’équipe de Netinvestissement en 2018, après y avoir effectué son stage de fin d’études. Les différents postes qu’il a occupés précédemment dans des établissements bancaires le pousse finalement à opter pour l’indépendance et il fait le choix d’exercer le métier de chef de projet patrimonial au sein du cabinet le plus disruptif de la place.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides