Investissez dans un contrat d’assurance-vie nouvelle génération

Par Stéphane van Huffel - Vu 869 fois

La fin d’année 2013 a été marquée par un retour des épargnants sur l’assurance-vie, qui a vu sa collecte annuelle se consolider en positif. Les investisseurs continuent de plébiciter ce véhicule de placement, tant pour sa fiscalité avantageuse que pour sa souplesse. En revanche, les fonds euro sont encore massivement investis malgré des résultats plutôt décevant pour l’année achevée. Faut-il se satisfaire de ce constat et se contenter d’une prise de risque minimum ? Non ! Il existe aujourd’hui de bons outils nés de l’ingénierie patrimoniale des acteurs du marché pour vous aider à trouver de la performance : les contrats d’assurance-vie nouvelle génération.

epargne-assurance-vie

Pourquoi suivre ce conseil ?

Le rendement moyen des fonds euros en 2013 a été annoncé à 2,80%. Historiquement bas. Pendant ce temps, les indices boursiers connaissaient de belles hausses, de 18% pour la CAC 40 ou de 19,5% pour le SBF 120 par exemple. Le problème est que plus de 75% des fonds investis en assurance-vie le sont sur les fonds euros. Il faut donc sortir de cette situation d’immobilisme, tant sur le plan des rendements, que sur le plan de l’utilité des sommes « bloquées ».

De nombreux assureurs ont anticipé cette situation et ont travaillé à créer de nouvelles solutions permettant de maintenir un niveau de risque acceptable tout en profitant de rendements plus élevés. Ces contrats offrent une nouvelle génération de fonds euro « boostés » ainsi qu’une large palette d’Unités de compte vous permettant de personnaliser au mieux votre investissement.

Pourquoi maintenant ?

Nous sommes en pleine période d’annonce des résultats de rendements offerts en 2013 par les différentes compagnies d’assurance et il est facile de trouver de l’information sur les nombreux contrats existants. Vous pouvez également plus facilement comparer les offres et préparer au mieux une nouvelle stratégie d’investissement.

De plus, les acteurs du marché distributeurs des contrats « nouvelle génération » vont profiter de cette période pour annoncer leurs nouveautés et leurs offres commerciales 2014.

Comment suivre ce conseil ?

Tout d’abord en prenant le temps de vous renseigner et d’étudier les offres du marché. Ces nouveaux contrats ne sont pas si nombreux mais ils demandent de bien comprendre leur fonctionnement. Comparer un contrat ou un fonds par rapport à un autre ne dépend plus d’une politique de frais mais sur des critères d’acceptation du risque et de durée d’investissement par exemple.

Les principaux contrat que nous vous conseillons :

comment faire ?

  1. Generali a lancé son fonds euro Elixence, éligible dans son contrat Himalia : il s’agit d’un fonds plus dynamique dont la composition est innovante. En effet, une part plus importante d’actions constitue le fonds, autour de 30%. Le reste est maintenu (70%) en obligations d’Etat de qualité. Il propose une performance plus attractive mais ne garanti pas de rendement minimum. Il a pour autant distribué en 2013 un rendement de 4,16%. Vous devez en revanche pour bénéficier de ce fonds euro accepter une répartition de votre investissement de 20% minimum en UC. Cela implique de se pencher un peu plus sur les fonds choisi mais permet d’espérer plus de performance
  2. Primonial AM distribue depuis 2012 son contrat Sérénipierre, qui propose le fonds euro Sécurité Pierre Euro (Suravenir) qui a rendu un 4,15% en 2013. Ce fonds euro à capital garanti repose sur une politique d’investissement non plus tournée vers les obligations d’Etat et les actions mais sur des supports immobiliers ( SCPI, foncières etc.) ce qui explique sa belle performance. Vous devez là encore accepter une part de risque en ventilant votre investissement sur minimum 25% d’UC. Ce choix de la compagnie repose clairement sur un besoin de sécuriser sa stratégie en évitant une collecte exclusivement en fonds euro (donc trop axée immobilier).
  3. Life Side Patrimoine (groupe SPIRICA) propose également depuis 2012 deux nouveaux fonds euro à capital garanti que vous retrouvez dans les contrats Version Absolue ou Version Opportunités :
    • Neo Euro : il s’agit là encore d’un fonds euro « boosté » dont la stratégie repose à la fois sur une poche action plus importante mais également sur des obligations privées à meilleur rendement que les obligations des grands états. Il s’inspire de la gestion dite à « coussin » consistant à piloter l’exposition aux actifs risqués en fonction de l’ évolution des marchés et de la volatilité des sous-jacent. En cas d’évolution défavorable, ce fonds est réactif pour arbitrer en faveur des sous-jacents de repli. Sa performance 2013 a été de 3,67%.
    • Euro Allocation Long Terme : ce fonds euro a une stratégie de composition dynamique et opportuniste qui repose sur sa capacité à s’adapter aux marchés. Actuellement, le choix concret des gérants est de miser sur l’immobilier (85%) sous forme de SCPI essentiellement. Toutefois, les options prises permettent de s’adapter rapidement aux évolutions des sous-jacents afin de garantir à long terme une performance solide sans bloquer la liquidité. Il a distribué en 2013 comme en 2012 4,01%.

Conclusion

Tous ces fonds euros, et au-delà tous ces contrats, offrent une garantie en capital identique aux fonds euro classiques. En revanche, leur exposition à des sous-jacents différents (actions, immobilier etc.) ne leur permettent pas de proposer de rendement minimum garanti. Cependant, la législation limite ce rendement garanti à 2,25%, ce qui n’est plus selon nous un critère de comparaison incontournable.

L’important, c’est que se maintient la liquidité des sommes que vous investissez et surtout que le mécanisme de l’effet-cliquet sur ces nouveaux fonds euro vous garantit de sauvegarder une performance passée.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides