Investissez au capital d'une PME

Par Karl Toussaint du Wast - Vu 1019 fois
La « récolte » impôts de l'année 2013 touche à sa fin

Pourquoi est-ce le moment ?

Tout d'abord, car la « récolte » impôts de l'année 2013 touche à sa fin et qu'il est donc judicieux de s'intéresser dès maintenant aux différentes méthodes en vigueur vous permettant d'alléger votre future fiscalité. En effet, Le PLF 2014 sera probablement annonciateur de nouvelles hausses d'impôts.


Également, car en cette période économique tendue, il semble intéressant de soutenir les PME et PMI françaises dans leur développement et leur recherche de croissance. Il est effectivement démontré que les PME et PMI ayant bénéficié d'un tel investissement sont plus performantes et permettent donc de créer des emplois et, de la richesse.


Et enfin, tout simplement parce-qu'il faut profiter de cette mesure avant qu'elle n'arrive à son terme, c'est-à-dire jusqu'au 31 décembre 2016, ce qui vous donne ainsi encore un peu de temps pour optimiser durablement votre fiscalité.

Pourquoi suivre ce conseil ?

Avant tout car, pour profiter pleinement des avantages fiscaux que vous apportera l'investissement PME-PMI, il vous faudra souscrire au capital d'une société non cotée lors de sa création ou à l'occasion d'une augmentation de capital. Ainsi, comme nous l'avons vu précédemment, ce placement financier vous donnera en premier lieu l'opportunité de soutenir l'économie française.


Ensuite, car investir au capital d'une PME ou d'une PMI vous permet d'obtenir une réduction d'impôts pour le moins intéressante : vous pourrez réduire votre impôt sur le revenu de 18 % ou votre ISF de 50 %. Tout en sachant que, même si ces deux réductions sont cumulables, pour obtenir les deux avantages fiscaux il vous faudra faire deux souscriptions bien distinctes ainsi que deux versements séparés.


Et enfin, car investir dans une entreprise vous permettra également de :

  • diversifier votre patrimoine
  • accéder à des rendements intéressants, souvent plus importants que dans l'immobilier
  • déduire vos intérêts d'emprunts ayant servi à souscrire des titres

Comment faire pour appliquer ce conseil ?

Pour réaliser cet investissement, vous devez souscrire au capital d'une société non cotée en numéraire, lors de la création de la société ou lors d'une augmentation de capital.


De plus,vous devez obligatoirement être domicilié fiscalement en France et prendre l'engagement de conserver les titres pendant les 5 ans suivant la souscription, tout en sachant que ces derniers ne doivent pas donner lieu à un remboursement avant la fin de la dixième année suivant la souscription.

Souscrire au capital d'une société non cotée en numéraire

En ce qui concerne l'entreprise, ce doit être une PME ou une PMI qui doit être soumise à l'impôt sur les sociétés et qui ne doit pas exercer une activité limitée à la gestion de son propre patrimoine mobilier ou immobilier. Elle doit employer moins de cinquante salariés et avoir un chiffre d'affaires et un total de bilan inférieur à 10 millions d'euros au cours de l'exercice. La société doit avoir été créée depuis moins de cinq ans et être en phase d'amorçage, de démarrage ou d'expansion et, à la clôture de son exercice, elle doit employer au moins deux salariés. En outre, le capital doit être détenu à plus de 50% par des personnes physiques ou des sociétés familiales.


Si vous souhaitez donner un « coup de pouce » à l'économie française tout en profitant vous aussi de quelques avantages fiscaux, l'investissement au capital d'une PME-PMI est fait pour vous. Toutefois, soyez prudent, la réduction d'impôts ne doit pas vous faire oublier les risques inhérents à un tel investissement : la perte de capital. Placement risqué en raison des aléas des ventes, il est donc indispensable de vous faire accompagner par un professionnel compétent.

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : Une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides