Optimisez la ventilation de votre contrat de capitalisation

Par Stéphane van Huffel - Vu 912 fois
tirelire-livreta

Pourquoi est-ce le moment de se pencher sur son contrat de capitalisation ?

L’automne est historiquement une période de réflexion des épargnants quant aux meilleurs choix à faire dans leurs portefeuilles. Il est temps de faire un premier bilan des mouvements de l'année et d'anticiper les tendances de l'année à venir.


C'est d'autant plus le bon moment pour vous de vous interroger sur les orientations à donner à vos placements financiers alors que le livret A et le LDD enregistrent sur octobre une collecte record.

Pourquoi suivre ce conseil?

Avant tout parce que la plupart d'entre vous délègue la gestion et le suivi de leur contrat de capitalisation à leur banquier sans en connaître le contenu, le niveau de risque ou la performance.


Ensuite, car il est primordial de saisir les opportunités et de prendre les choses en main, sans se laisser porter. Il faut être acteur de la gestion de son patrimoine et non spectateur. Sans devenir un "spécialiste", vous devez intégrer les opérations que vous mettez en place ou qui vous sont conseillées.


Enfin, l'amplitude des possibilités sur les marchés actions, obligations ou immobiliers est suffisamment importante pour offrir à tout moment des possibilités d'optimisation de votre épargne. Et les contrats de capitalisation proposés actuellement par les établissements financiers et les compagnies d'assurance permettent de se positionner sur plusieurs types de sous-jacents et de support afin de maîtriser la volatilité et l'exposition au risque.

Comment mettre ce conseil en application?*

En cette fin d'année, privilégiez avant tout un contrat de capitalisation offrant le maximum de supports, vous donnant accès à plusieurs types de marchés, de secteurs d'activité ou de localisation géographique.


Nous conseillons de maintenir un fonds de portefeuille sécurisé pour 60% de votre actif investi, avec fonds euro garanti, en particulier en privilégiant les nouvelles offres de fonds euro à sous-jacent immobilier. Ceux-ci rassurent face aux fonds euro "classiques" dépendants du marché obligataire et en particulier des obligations d'états, souvent peu rémunératrices (OAT français, Bunds allemands etc.) ou trop exposées (Trésor grec ou espagnol).

bonhomme loupe

Pour la partie Unités de Compte (UC), n'hésitez pas à profiter du rendement actuel des parts de SCPI de rendement (entre 4,5 et 6%) avec une ventilation sur 15% des sommes investies. L'introduction de parts de SCPI dans un contrat de capitalisation permet de limiter la fiscalité sur les revenus de ces supports attractifs mais fortement fiscalisés en cas d'achat direct et permet plus de liquidité qu'en détention sèche.


Penchez-vous également sur les fonds mixtes prudents qui ont une bonne amplitude d'adaptation aux évolutions des marchés action, obligation et monétaire. Leurs gérants ont la possibilité de profiter des tendances positives de ces trois familles d'actifs ce qui offre une bonne capacité de couverture et de maîtrise de la volatilité tout en bénéficiant des phases haussières. Nous conseillons une ventilation de 15%.


Enfin, ne sous-estimez pas les fonds actions, dont nous conseillons une exposition à 10% des sommes investies. Privilégiez un fonds avec gérant-associé, ce qui implique une approche intégrée de la part du professionnel qui pilote le fonds. Les fonds actions françaises grande capitalisation en gestion "value" garde une forte attractivité, de nombreux grands groupes nationaux étant encore sous-évalués sur les marchés. Pour ceux d'entre vous qui ont une connaissance un peu plus précise des produits financiers, vous pouvez envisager d'intégrer dans votre contrat un fonds structuré obligataire ou indiciel à duration fixe qui offre à la fois un bon levier de rendement (5 à 8% de l'an) avec de nombreuses options de sortie qui améliore la liquidité de ces supports. Attention, sur ce type de support, faites-vous conseiller par un professionnel reconnu du secteur.


*cette préconisation de ventilation n'est qu'une hypothèse dépendant de votre situation, de votre patrimoine et de vos objectifs.


Être acteur de son patrimoine implique donc que vous soyez pro-actif dans vos choix et à l'écoute des opportunités de marché. Restez vigilant tout de même dans vos choix et n'hésitez pas à demander à être accompagné d'un professionnel du conseil en gestion de patrimoine qui sera le mieux placé pour être force de proposition.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides