Assurance vie : quel coût en cas de retrait ?

Visa expert

L’article « Assurance vie : quel coût en cas de retrait ? » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - Vu 2614 fois

On dénombre en France plus de 450 contrats d’assurance vie. Des contrats auxquels une grande majorité des français a souscrit sans toujours connaître les différentes caractéristiques. Par exemple, on pense souvent à tort, que l’argent qui est placé en assurance vie est bloqué. C’est pourtant faux puisque un retrait est envisageable notamment pour faire face à un besoin imprévu de liquidités. Ce retrait a un coût qu’il est possible de minimiser en connaissance des spécificités de la fiscalité de l’assurance vie.

assurance-vie-feuille

Les différents coûts d’un retrait de votre assurance vie

Quelle que soit la compagnie d’assurance dans laquelle vous avez souscrit à un contrat d’ assurance vie, le retrait de sommes placés sur votre contrat est possible.


Pour cela, il suffit d’en faire la demande écrite à votre assureur, d’aller voir votre courtier ou distributeur ou bien de faire l’opération sur internet si votre contrat prévoit cette possibilité. On parle alors de rachat.


Ce rachat peut être total ou partiel et seuls les revenus (intérêts inclus dans ce retrait) sont soumis à l’imposition.

L’imposition peut alors se faire soit par le biais d’une déclaration des intérêts à l’impôt sur le revenu soit par un prélèvement libératoire forfaitaire. Ce prélèvement varie selon la durée de détention du contrat. Ainsi, pour les contrats de moins de 4 ans, il s’élève à 35% puis entre 4 et 8 ans de détention, il est de 15%.


Concernant les contrats de plus 8 ans, la fiscalité devient plus avantageuse avec seulement 7,5% de prélèvement libératoire forfaitaire après application d’un abattement de 4600€ pour un célibataire ou 9200€ pour un couple. Ce même abattement annuel (de 4600 ou 9200€) s’applique aussi dans le cadre d’une imposition sur le revenu pour les contrats détenus depuis plus de 8 ans.


Dans tous les cas, les prélèvements sociaux de 15,5% s’appliquent également sur le montant des intérêts inclus dans le rachat.

Minimiser le coût de retrait de votre assurance vie

Sans forcément devoir clôturer son contrat, avoir recours au retrait sur son assurance vie est une alternative possible et intéressante si vous avez besoin de liquidités.


Toutefois, vous avez pu constater que ce n’est pas une action sans conséquences fiscales. En maîtrisant ses conséquences, vous pouvez envisager de minimiser le coût du retrait de votre assurance vie grâce à certains principes de base.


Tout d’abord, sachez qu’il existe des cas d’exonération lorsque le rachat du contrat est effectué dans des circonstances qui peuvent concerner le souscripteur du contrat ou son conjoint. Ces exceptions sont les suivantes :

  • Licenciement ou mise à la retraite anticipée ;
  • Cessation d’une activité non salariée faisant suite à un jugement de liquidation judiciaire ;
  • Invalidité.

    placer-argent

    Hormis ces cas d’exonération, pour minimiser le coût de votre retrait, vous devez avant tout envisager les deux possibilités d’imposition.


    En effet, selon la tranche d’imposition sur le revenu dans laquelle vous vous trouvez, vous aurez plutôt intérêt à choisir l’imposition sur le revenu ou le prélèvement libératoire forfaitaire dégressif selon la durée de détention du contrat. Faites donc vos calculs avec les deux possibilités avant de choisir l’imposition la moins coûteuse.


    Prenez justement bien en compte la durée de détention de votre contrat puisqu’après 8 ans vous pouvez bénéficier de l’abattement annuel. En effet, si sur un an vos intérêts sont inférieurs au montant de cet abattement (4600 ou 9200€ selon votre situation matrimoniale), vous ne serez donc pas taxé


    Ainsi, en étalant vos retraits sur plusieurs années, notamment grâce à des retraits programmés, vous pouvez profiter au mieux de l’avantage de l’abattement et ce à chaque fois. De plus, si vous avez l’habitude ou le désir de retirer des petites sommes, le coût de la fiscalité sera bien moindre. En revanche, sachez que certaines compagnies d’assurance exigent des montants minimum de retraits.


    Enfin, si vous possédez plusieurs contrats d’assurance vie et que vous avez besoin d’effectuer un retrait, faites plutôt votre rachat sur le contrat le moins rentable afin de laisser les autres continuer à vous faire profiter de leur meilleure rentabilité.


    Certes, vous ne réduirez pas directement le coût de votre rachat mais vous en minimiserez son impact sur votre épargne en continuant de faire fructifier vos autres contrats.


    Sachez aussi qu’il existe une alternative au rachat pour pouvoir disposer de l’argent de son contrat d’assurance vie. Il s’agit de demander un prêt à l’assureur. On parle dans ce cas d’avance. L’assureur prête alors la somme demandée sans pour autant la retirer du contrat qui lui continue d’être rémunéré. En revanche, cette avance a un coût, entre 0,5 et 3% selon les différentes modalités des contrats d’assurance vie.


    D’ailleurs, pour profiter des modalités les plus avantages, il est conseillé de choisir parmi les meilleurs contrats d’assurance vie du marché. Vous y trouverez notamment Serenipierre, Version Absolue, Net Life, Sélection Meridien Annuities ou encore e-Novline, Arborescence Opportunités et Shiva Patrimoine. Il est primordial de comparer les assurances vie avant d'y souscrire afin de trouver celle qui vous sera la plus avantageuse.

    Conclusion

    Vous l’aurez compris, effectuer un retrait par le biais d’un rachat total ou partiel de son assurance vie est bel et bien possible mais pas sans conséquence fiscale. Ainsi, pour minimiser le coût de votre éventuel retrait, pensez à envisager toutes les solutions. En outre, pensez à vous tenir informé des différentes options que peuvent vous offrir votre contrat notamment dans le but de sécuriser les plus-values de votre assurance vie.

    En savoir +

    À propos de l'auteur

    Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine associé

    Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : Une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

    Découvrir son profil

    Sur le même sujet

    • Succession : comment faire hériter ses enfants et petits enfants ?
    • Assurance vie : pourquoi vaut-il mieux ouvrir plusieurs contrats ?
    • Assurance-vie : nos conseils pour bien investir en 2017
    • Comparatif Assurance-vie – PERP : quel placement choisir pour la retraite ?
    • Comparatif Assurance-vie – SCPI : quel placement choisir ?
    • Les meilleures assurances vie en 2017
    Voir tous nos articles

    Nos articles les plus lus

    Voir tous nos guides