Améliorer la rentabilité de son assurance-vie

Visa expert

L’article « Améliorer la rentabilité de son assurance-vie » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - Vu 1714 fois

Améliorer la rentabilité de son assurance-vie ?
netinvestissement media

Comment améliorer la rentabilité de son assurance-vie ? [VIDEO]

Si vous avez opté pour un contrat d’assurance-vie dit « multi-support », vous avez alors à votre disposition pour ainsi dire tous types de supports pour investir. Et si vous êtes disposé à placer des liquidités sur autre chose que le simple « fonds euro », alors le champ des possibles devient immense.

Avec un CAC 40 qui a été multiplié par 4 depuis sa création et qui fait +13% sur la dernière année, il redevient très tentant de se lancer en bourse pour profiter de la hausse des marchés.

assurance-vie-arbre

Pour améliorer le rendement de votre contrat d’assurance-vie, nous vous proposons dans ce guide d’explorer 4 pistes.

1. La gestion dédiée ou déléguée

Dédiée, déléguée, pilotée, il existe plusieurs moyens de qualifier ces modes de gestion mais elles ont néanmoins un point commun : ce n’est plus vous qui gérez directement le contrat, mais vous en avez confié la gestion (totale ou partielle) à un professionnel : gestionnaire de patrimoine, gestion privée, family office ou services bancaires spécialisés.

Avantages :

Ce choix de déléguer la gestion de son contrat d’assurance-vie et plus généralement d’ailleurs de tout ou partie de ses avoirs financiers a en principe comme objectif d’améliorer la performance.

En effet le professionnel en charge de la gestion est habilité, habitué et équipé pour suivre et optimiser les positions sur vos contrats. Ainsi, il devrait être en mesure de prendre les bonnes décisions au bon moment.

La seconde raison, tout aussi pragmatique est la suivante : un bon gestionnaire financier sera « incentivé » (intéressé) à la performance et aura donc directement intérêt à faire performer votre argent.

Attention toutefois, ce professionnel doit au préalable avoir clairement défini avec vous un « profil d’investisseur » et donc un « profil de risque ». Ses choix de placements et de positions doivent donc être en cohérence avec votre sensibilité au risque.

rentabilite

Inconvénients :

Les frais sont souvent élevés et seuls la taille du portefeuille permet de les amortir. Aussi, si les avoirs que vous envisagez de confier en gestion sont inférieures à 250 000 €, ces formules de gestion déléguée ne sont pas nécessairement les plus intéressantes pour vous.

Autre inconvénient important : la gestion déléguée peut avoir comme conséquence des choix « subjectifs » du gestionnaire qui privilégiera alors presque toujours des « fonds maison », pas toujours les plus performants de leur catégorie. Pour éviter cela, mieux vaut privilégier un conseiller financier indépendant qui ne détient pas lui-même de fonds. Ainsi, vous vous assurez d’un conseil objectif.

L’alternative :

La gestion libre – mais suivi. Les nouveaux courtiers spécialisés tendent de plus en plus vers ce mode de gestion destiné en priorité au « grand public » (de 0 à 200 000 €).

Officiellement, vous gérez vous-même directement votre contrat et bénéficiez ainsi des frais de gestion les moins chers mais vous êtes malgré tout suivi régulièrement par un conseiller financier dédié qui vous donnera des conseils et des suggestions d’arbitrage afin d’optimiser le rendement global de votre contrat.

J'en profite


2. Les fonds à « capital garanti »

Avec la baisse continue des rendements des fonds en euro depuis 10 ans, nous avons vu apparaitre ces dernières années (depuis 2012) de nouveaux types de fonds euro.

Ces fonds garantissent le capital mais ne garantissent en revanche pas le rendement. En d’autres termes, vous pouvez faire en théorie 0% de performance sur l’année.

En contre partie, les fonds sont investis sur un panier d’indice ou de valeurs plus dynamiques et offrant donc un potentiel de performance plus élevé.

3. L’immobilier

Très en vogue depuis 2 ans, les valeurs immobilières (SCI, SCPI, OPCI) ont vu leur part augmenter dans les allocations d’actifs d’assurance-vie.

Les SCPI de rendement offrent en effet un rendement sensiblement plus élevé que les fonds euro classiques (5% à 5,50% en moyenne contre 3% en moyenne pour les fonds euro) tout en assurant un niveau de sécurité élevé. Certes le capital investi dans les SCPI n’est pas contractuellement garanti, mais le risque reste faible, du fait, notamment de la grande mutualisation du risque.

investir-scpi

Là encore, il faut respecter la 1ère règle : diversifier.

Ne mettez pas tout en SCPI et surtout pas tout sur la même SCPI, quand bien même vous la considérez comme performante.

4. Les produits structurés

Bien que peu connus du grand public, les produits structurés sont accessibles au sein de l’assurance-vie et offrent une palette de rendement, risque et de durée très variée qui devrait convenir à tout un chacun.

Les produits structurés fonctionnent selon trois indicateurs :

  • une durée (échéance)
  • un sous jacent (indice)
  • un rendement (performance)

Ces trois éléments composent le produit structuré. Ainsi vous pourrez par exemple acheter un produit structuré qui sert 6% de rendement par an, pendant 5 ans, tant que l’indice EuroStoxx50 ne perd pas plus de 50% de sa valeur au moment de la souscription.

Le produit prévoit ensuite différentes possibilités de sortie. Bien souvent, une fois que les clients ont « gouté » à ce type de produits, ils deviennent « accroc » pour qui sait bien les choisir.

Conclusion

Mon argent est-il vraiment en sécurité dans mon contrat d’assurance-vie ?

La part placée sur le fonds euro est garantie. L’assureur est en outre dans l’obligation de faire face à ses engagements vis-à-vis de l’épargnant : garantie et liquidité. Il faut savoir que même en cas de faillite de l’assureur, il existe une caisse de garantie sensée couvrir chaque contrat à hauteur de 70.000 €. Pour les plus « inquiets », cette assurance est doublée si vous avez deux contrats auprès de deux assureurs distincts, tant que celui-ci ne dépasse pas 70 000 €.

Pour tous les autres supports autres que le fonds euro, le capital n’est contractuellement pas garanti. Leur valeur est donc amenée à évoluer au gré des marchés.

J'en profite

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : Une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

  • OPCI : le meilleur placement immobilier en assurance-vie ?
  • Assurance-vie : comparatif Private Vie / Target Plus
  • Les 10 questions à poser à votre conseiller pour une assurance-vie
  • Assurance Vie et Flat Tax : votre contrat est-il concerné ?
  • Succession : comment faire hériter ses enfants et petits enfants ?
  • Assurance vie : pourquoi vaut-il mieux ouvrir plusieurs contrats ?
Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides