L'assurance-vie plus intéressante que les livrets ?

Visa expert

L’article « L'assurance-vie plus intéressante que les livrets ? » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - Vu 5143 fois

Décollecte. La fin de l'année 2011 a été, entre autre, marquée par une décollecte de l'épargne des français des contrats d'assurance-vie. Ce phénomène s'est accentué début 2012, avec en parallèle une collecte record en janvier sur le livret A. Sans revenir sur les nombreuses raisons qui expliquent ce transfert entre les deux placements préférés des Français, il est important de constater les forces et faiblesses de chacun de ces supports afin d'appréhender avec objectivité les tenants et aboutissants de son investissement.

Perspective pour 2012

Quelles perspectives en 2012 ?

Les Livrets ont comme principal avantage leur totale liquidité puisque leur déblocage peut s'effectuer en 48h. Ils offrent également une rémunération par quinzaine, totalement défiscalisée pour le Livret A et le Livret de Développement Durable permettant de profiter rapidement et dans les meilleures conditions des gains engendrés. Ombre au tableau, leur rémunération, principalement indexée sur l'inflation (évolution du coût de la vie) est de 2,25% en moyenne à l'heure actuelle.


L'assurance-vie à quant à elle, a comme principal avantage son adaptabilité à l'évolution des besoins patrimoniaux de son souscripteur. Placement financier pur, ce contrat peut se transformer en placement retraite (avec possibilités de rentes viagères), en outil de transmission (démembrement de la propriété et de l'usufruit du contrat), en outil de succession (150K€ exonérés de droits en cas de succession) ou encore en assurance décès dans certains cas. Son rendement, dépendant des choix des fonds qui sont intégrés dans le contrat peut varier et reste plus attractif que celui des livrets mais soumis à une imposition complexe, incitative dans le temps.

Le choix entre ces deux supports doit avant tout se faire sur la base du besoin que la somme investie doit ou va couvrir à court, moyen ou long terme. L'assurance-vie garde clairement l'avantage si l'objectif de placement est long-termiste et patrimonial. Il n'en demeure pas moins que ce contrat garde toutes ces chances également dans certains cas pour un placement de liquidités à court ou moyen terme.

Démonstration

1er cas :

M et Mme Martin ont un capital de 15 000 €. Des revenus de 45 000€ par an, deux enfants et une imposition de 1650€ avec tranche marginale d'imposition de 14%. Ils hésitent entre Livret A et assurance-vie car ils s’interrogent sur la rentabilité de ces placements à court, moyen et long terme.

LIVRET

Type LivretMontant investiRémunération brute

Type Impositon

Taux Imposition

Prélèvement sociaux
Livret A 15 000 € 2,25 % - 0 % 0 %

Montant total investi 15 000,00 €
Montant net après 2 ans 15 682,59 €
Montant net après 4 ans 16 396,25 €
Montant net après 8 ans 17 922,47 €

ASSURANCE-VIE

Type SupportMontant investiRémunération brute

Type Impositon*

Taux Imposition

Prélèvement sociaux
Fonds Euro 15 000 € 3,62 % IRPP 14 % 13,50 %

Montant total investi 15 000,00 €
Montant net après 2 ans 15 800,61 €
Montant net après 4 ans 16 662,29 €
Montant net après 8 ans 19 268,72 €

* imposition après 8 ans au PFL de 7,5% mais abattement de 9200€ donc exonération d'imposition

Du fait de leur tranche d’imposition sur le Revenu basse de 14%, M et Mme Martin n’ont clairement aucun intérêt à privilégier le livret face à l’assurance-vie. Même à très court terme, en cas de besoin ils peuvent « racheter » les sommes de cette assurance-vie sans subir de perte de rentabilité due à la fiscalité subie alors.

2ème cas :

M et Mme Dubois ont un capital de 50 000 €. Des revenus de 95 000€ par an, deux enfants et une imposition de 9850€ avec tranche maximale d'imposition de 30%. Ils hésitent entre dispatcher la somme sur différents livrets et l’assurance-vie car ils s’interrogent sur la rentabilité de ces placements à court, moyen et long terme.

LIVRET

Type LivretMontant investiRémunération brute

Type Impositon

Taux Imposition

Prélèvement sociaux
Livret A x2 30 600 € 2,25 % - 0 % 0 %
L.D.D x2 12 000 € 2,25 % - 0 % 0 %
Livret Sup 7 400 € 2,25 % PFL 24 % 13,50 %

Montant total investi 50 000,00 €
Montant net après 2 ans 52 148,71 €
Montant net après 4 ans 54 391,62 €
Montant net après 8 ans 59 176,90 €



ASSURANCE-VIE

Type SupportMontant investiRémunération brute

Type Impositon*

Taux Imposition

Prélèvement sociaux
Fonds Euro 50 000 € 3,62 % IRPP ou PFL 30 % 13,50 %

Montant total investi 50 000,00 €
Montant net après 2 ans * 52 082,32 €
Montant net après 4 ans ** 55 464,54 €
Montant net après 8 ans *** 63 688,37 €


* imposition après 2 ans à l'IRPP pour bénéficier de la tranche de 30% au lieu du PFL de 35%
** imposition après 4 ans au PFL de 15% au lieur de la tranche IRPP de 30%
*** imposition après 8 ans au PFL de 7,5% avec abattement de 9200€

Dans le cas de M et Mme Dubois, les livrets, du fait du droit à souscrire un livret A et un LDD défiscalisés par membre du couple, gardent l’avantage à très court terme(3 ans maximum). Par la suite, les résultats sont proches excepté sur long terme, puisqu’au-delà de 8 ans l’assurance-vie prend nettement l’avantage.

3ème cas :

M. Durand a un capital de 80 000 €. Des revenus de 100 000€ par an, sans enfants et une imposition de 23 540€ avec tranche maximale d’imposition de 41%. Il hésite entre dispatcher la somme sur différents livrets et l’assurance-vie car il s’interroge sur la rentabilité de ces placements à court, moyen et long terme.

LIVRET

Type LivretMontant investiRémunération brute

Type Impositon

Taux Imposition

Prélèvement sociaux
Livret A 15 300 € 2,25 % - 0 % 0 %
L.D.D 6 000 € 2,25 % - 0 % 0 %
Livret Sup 58 700 € 2,25 % PFL 24 % 13,50 %

Montant total investi 80 000,00 €
Montant net après 2 ans 82 636,30 €
Montant net après 4 ans 85 364,03 €
Montant net après 8 ans 91 107,41 €

ASSURANCE-VIE

Type SupportMontant investiRémunération brute

Type Impositon*

Taux Imposition

Prélèvement sociaux
Fonds Euro 80 000 € 3,62 % PFL 41 % 13,50 %
Montant total investi 80 000,00 €
Montant net après 2 ans * 83 743,26 €
Montant net après 4 ans ** 88 743,26 €
Montant net après 8 ans *** 101 142,39 €


* imposition après 2 ans à l'IRPP pour bénéficier de la tranche de 30% au lieu du PFL de 35%
** imposition après 4 ans au PFL de 15% au lieur de la tranche IRPP de 30%
*** imposition après 8 ans au PFL de 7,5% avec abattement de 9200€

Sur les sommes placées plus importantes et en particulier pour les contribuables célibataires assez lourdement fiscalisés, l’assurance-vie se détache clairement en faisant bénéficier de sa rentabilité et de l’évolutivité de sa fiscalité à l’investisseur.

Assurance-vie / livrets : avantages et inconvénients

Ces trois exemples basiques montrent, de façon certes simplifiée mais efficace, que dans le cadre d’une comparaison cohérente entre les livrets proposés par les organismes bancaires et les assureurs grand public et un contrat d’assurance-vie bien choisi, il est toujours impératif de prendre le temps de poser les chiffres à plat et de ne pas se contenter d’arguments trop simplistes pour prendre une décision d’investissement.


La fiscalité des contrats d’assurance-vie est en effet théoriquement plus importante que celle des livrets, en particulier les livrets dit « conventionnés » totalement défiscalisés , mais la rémunération et l’utilisation à moyen/long terme des options de ces mêmes contrats leur donne selon nous clairement l’avantage.

    Avantages et inconvénients

    Conclusion

    Dans un contexte de recherche, pour les établissements bancaires, d’actifs comptabilisés en fonds propres (pour le respect de la norme Bâle III) dont ne font pas partie les contrats d’assurance-vie, les grands acteurs du marché ont tendance à orienter l’épargne des français plutôt vers les livrets liquides qui s’inscrivent eux comptablement dans le bilan bancaire plutôt que vers les traditionnels contrats d’assurance-vie. L’argument principal utilisé est double : rendement faible sur les fonds euro garantis et fiscalité lourde en cas de sortie anticipée. Mais l’investisseur averti prendra aisément conscience que cela n’est pas toujours le cas et que les opportunités existent encore pour le « placement préféré des français ».

    J'en profite

    À propos de l'auteur

    Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine

    Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

    Découvrir son profil

    Sur le même sujet

    Voir tous nos articles

    Nos articles les plus lus

    Voir tous nos guides