Placement assurance vie : nos conseils pour 2013

Visa expert

L’article « Placement assurance vie : nos conseils pour 2013 » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - Vu 22568 fois

Vous l’avez tant aimé entre 2000 et 2008, mais depuis vous vous en êtes désintéressé(e) de plus en plus au point de lui faire des infidélités voire même de la quitter. Les français ont un rapport presque passionné avec l’assurance-vie. Tantôt ils la plébiscitent, tantôt ils la quittent et depuis le début de l’année 2012, la décollecte sur les contrats d’assurance-vie a atteint des records : plus de 4 milliard d’euros depuis Janvier. L’assurance-vie a-t-elle encore un avenir ? Faut-il ouvrir ou garder son contrat d’assurance-vie en 2013 ? Quel avenir pour l’assurance-vie en 2013 ? Ce guide tente d’apporter quelques éléments de réponses.

assurance-vie-feuille

Les rendements des fonds en euro vont, pour la troisième année consécutive, annoncer une baisse de leur performance. Un peu plus de 3% net pour les plus performants, moins de 3% pour les autres. Ajouté à cela une baisse importante de la collecte et une volatilité forte des marchés financiers, les beaux jours de l’assurance-vie sont clairement derrière elle et les prévisions économiques pour l’année 2013 ne vont pas dans le sens d’une amélioration.

Seul point positif dans ce marasme, les avantages de la fiscalité du contrat d’assurance-vie sont maintenus et aucun changement n’est (pour l’instant) prévu par le nouveau gouvernement.

Ce sombre constat nous amène tout naturellement à nous demander si l’assurance-vie a encore un avenir, notamment en 2013.

Pour réaliser ce guide, nous avons décidé d’analyser l’assurance-vie autour de 4 composantes fondamentales de ce contrat :

    1. Le fonds en euro
    2. Le régime fiscal
    3. Les unités de compte
    4. Les différents types de contrats pour 2013

    1. Le fonds en euro

    Nous le disions plus haut, les rendements des fonds en euro ne cessent de baisser depuis 3 ans et 2012 prévoit une nouvelle baisse.

    Pourquoi ? des taux directeurs à leur niveau bas historique, les nouvelles règlementations Bâle III et Solvency II qui imposent aux émetteurs de provisionner plus de fonds propres sont une partie de l’explication.

    N’attendez pas plus de 3% net cette année si vous avez un contrat en fond euro dans une banque.

    Devant cette chute des rendements et une décollecte continue, les assureurs ont réagi en créant des fonds euro Boostés pour certains ou encore des fonds euro 100% immobilier pour d’autres.

    L’objectif de ces fonds en euro « nouvelle génération » est évidemment de séduire de nouveaux souscripteurs autant que de garder les actuels en allant chercher davantage de rendement sur des sous-jacents à la fois plus performants et moins risqués ou volatils. Bien souvent, le support est immobilier.

    Ainsi, le fonds en euro Serenipierre est le 1er du genre à être investi à 100% dans de l’immobilier d’entreprise. Il offre la même liquidité qu’un fond euro classique avec un objectif de rendement net pour 2013 aux alentours de 4%

    Le fonds euro Boosté à quant à lui une approche un peu différente. L’idée étant de créer une poche d’obligations d’entreprises privées du CAC 40 intégrée au fond euro classique et dont les performances viendront « booster » le rendement global du fond euro.

    En résumé : pour la poche fonds euro de votre contrat d’assurance-vie en 2013, optez plutôt pour un fond de type Immo ou Boosté pour dynamiser davantage cette poche sécuritaire

    J'en profite


    2. Le régime fiscal de ce placement

    Le contrat d’assurance-vie est passé entre les gouttes. Pas de rabot, pas de modification, pas de réforme prévue pour l’instant. Les avantages fiscaux de l’enveloppe assurance-vie restent donc inchangés. Alors même qu’il est question d’aligner les revenus du capital sur ceux du travail, l’assurance-vie continue de bénéficier de l’option du PFL (prélèvement forfaitaire libératoire).

    Pour rappel, l’assurance-vie, si elle est détenue plus de huit ans, permet de bénéficier d’une fiscalité réduite à « seulement » 7,5% (avant prélèvements sociaux). Bien qu’il ne soit donc pas question de modifier ce barème, le gouvernement a toutefois annoncé que la date prise en compte ne se ferait peut être plus sur l’ouverture du contrat mais sur la date du versement effectif de l’argent sur le contrat.

    regime-fiscal

    Autre avantage substantiel de l’assurance-vie : l’enveloppe exonérée de droits de succession. Pour rappel une assurance-vie est transmissible sans payer de droits de succession dans la limite de 152500€ par parent et par enfant. Or, et alors que le Gouvernement a décidé de baisser à nouveau les plafonds exonérés à 100000€ et de rallonger la durée, l’assurance-vie a encore tout son sens et offre des avantages fiscaux à considérer.

    En résumé : alors que les réformes fiscales engagées par le Gouvernement ne sont pas favorables à la plupart des placements financiers, l’assurance-vie est préservée. Profitez-en.

    3. Les unités de compte

    Nous ne le dirons jamais assez : un contrat d’assurance-vie ne se limite pas au fond euro ; nous devrions même dire « ne devrait pas se limiter » au seul fonds euro.

    L’assurance-vie est une enveloppe qui offre une multitude d’options de placements et de choix de supports : ce sont les unités de compte ou fonds actions. Avec l’assurance-vie vous avez la possibilité d’investir sur tout type de secteur et partout dans le monde. Alors pourquoi se limiter simplement à un fonds euro ? Par sécurité ?

    Lorsque la sécurité rapporte péniblement l’équivalent de l’inflation, il est temps de reconsidérer les choses. Les unités de compte vous permettent en effet de profiter pleinement des avantages du contrat en architecture ouverte ; encore faut -il en avoir confié la gestion à un professionnel. Or, si la banque ne gère pas les contrats d’assurance-vie mais ne fait que les héberger, les gestionnaires professionnels indépendants savent faire vivre votre contrat et le faire évoluer au gré des évolutions de marché.

    Les unités de compte : pour votre contrat d’assurance-vie, voici deux pistes à envisager. Tout d’abord les pays émergents. Ce sont sur les 10 prochaines années, les seuls qui vont connaitre des croissances fortes et durables : La Chine et l’Inde bien évidemment, mais également l’Amérique du Sud, le Brésil ou l’Afrique du Sud sont également des zones à suivre.

    La seconde piste, à la fois plus sécuritaire et plus « proche » de vous ; ce sont les fameuses SCPI de rendement. La plupart des bons contrats d’assurance-vie donnent accès à quelques SCPI. Leurs rendements sont aux alentours de 5% nets et elles offrent une très faible volatilité, le tout sur un sous-jacent solide : l’immobilier.

    En résumé : donnez de l’oxygène à votre assurance-vie, ouvrez là vers de nouveaux horizons grâce aux unités de compte ; mais allez y progressivement, modérément, et en n’omettant pas de sécuriser les plus-values automatiquement sur le fonds euro.

    4. Les différents types de contrats d'assurance vie pour 2013

    bonhomme_loupe

    Tous les contrats d’assurance-vie ne se ressemblent pas.

    Devant la volatilité des investisseurs, les assureurs ont mis au point des contrats de plus en plus spécifiques, presque sur-mesure, et adaptés de fait à des situations ou besoins de plus en plus précis.

    Outre les options « classiques » que l’on pourra retrouver dans la plupart des contrats sur le marché (assurance-vie vs contrat de capitalisation – sécurisation automatique des plus-values – répartition des versements automatiques – options de gestion, etc), trois contrats ont récemment vus le jour et ont chacun leur spécificité qu’il est important de connaitre pour être sûr de souscrire au contrat qui est le plus adapté à votre situation.

    Serenipierre


    Le contrat d’assurance-vie 100% immobilier. Si vous ne croyez que dans la pierre et si vous pensez que l’immobilier est à la fois plus rentable et moins risqué que les marchés financiers, alors ce contrat est fait pour vous.

    Ce contrat d’assurance-vie vous permettra en effet de mixer une poche fonds euro à capital garanti investi dans l’immobilier, avec, pourquoi pas, des SCPI de rendement en unités de compte pour aller booster le contrat global.

    Edit 2015 : pour la troisième année consécutive (2012, 2013 et 2014), Serenipierre offre un rendement net supérieur à 4%. Cette remarquable performance confirme la qualité de ce contrat.

    Meridien Annuities


    Un contrat d’assurance-vie tout ce qui a de plus normal, sauf qu’il est le 1er à garantir une rente à vie fixée pour l’instant à 4% nette. Si le contrat peut être ouvert à tout moment, le déclenchement de la rente à vie ne peut se faire qu’à partir de 60 ans. Pratique pour l’investisseur qui veut maitriser sans contrainte ni mauvaise surprise, une rente complémentaire pour sa retraite.

    Octuor Capitalisation


    Un contrat spécifique pour celles et ceux qui souhaitent pouvoir faire des rachats partiels programmés (ou ponctuels) sans supporter la moindre fiscalité.

    Pour rappel, si vous souhaitez effectuer des rachats sur votre contrat, une partie du capital et une partie de la plus-value sera débloquée et vous supporterez alors la fiscalité en vigueur en fonction de la période. Ce contrat unique a été construit avec un mécanisme de participation aux bénéfices. Ainsi les plus-values sont mises dans la participation jusqu’à la huitième année. Du coup, en cas de retrait, seul le capital est racheté, donc sans subir de plus-value.

    Conclusion

    L’assurance-vie est pleine de ressources souvent inexplorées et d’opportunités qui peuvent être saisies en 2013. Il existe de nombreux contrats et tout autant d’options ou de spécificités. Il y a forcément un contrat adapté à votre situation. Pour le savoir, le meilleur moyen est encore de vous rapprocher d’un professionnel indépendant du conseil qui seul sera à même de vous aider à trouver le meilleur contrat ; et rappelez-vous que les réseaux « marqués » ne pourront vous proposer que leur propre contrat et non pas l’ensemble des contrats du marché.

    J'en profite

    À propos de l'auteur

    Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine

    Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

    Découvrir son profil

    Sur le même sujet

    Voir tous nos articles

    Nos articles les plus lus

    Voir tous nos guides