Bourse : pourquoi et comment investir dans les entreprises de petite et moyenne capitalisation ?

Visa expert
JPP avatar auteur
Par Jean-Philippe Perrin
Vu 453 fois

L’article « Bourse : pourquoi et comment investir dans les entreprises de petite et moyenne capitalisation ? » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Comment réussir son investissement boursier ?
netinvestissement media

[Video] Nos conseils pour préparer au mieux votre investissement en bourse

En résumé :

Les marchés boursiers sont parfois complexes alors investir dans des pépites boursières peut ressembler à un tirage au sort plus qu’à une réelle opportunité pour votre épargne.

Chez Netinvestissement, nous aimons suivre le dicton de Mr WARREN BUFFET : "Mieux vaut acheter une entreprise extraordinaire à un prix ordinaire qu’une entreprise ordinaire à un prix extraordinaire".

Sur les marchés financiers et plus précisément des « actions » vous pouvez distinguer des entreprises de différentes catégories qui sont classées en fonction de leur capitalisation boursière.

Nous calculons donc la taille d’une société en multipliant le cours de l’action par le nombre total d’actions en circulation. Ainsi les sociétés qui ont une taille importante sur les marchés sont appelées « BIG CAPS » (grosses capitalisations] par opposition avec les « SMALL CAPS » (Petites capitalisations) et « MID CAPS » (moyenne capitalisation).

Aujourd’hui, nous allons nous intéresser aux marchés des petites et moyennes capitalisations qui sont souvent perçues comme des investissements prometteurs du fait de la marge de progression et de développement des sociétés mais aussi comme risquées et volatiles car elles ne sont pas encore bien implantées dans leur secteur, comme peuvent l’être les grosses capitalisations dont la réputation est déjà faite.

Nous allons donc étudier en détail la conjoncture macroéconomique et le contexte de ce marché afin de vous proposer en suivant des astuces pour investir sur ce type de secteur.

Sommaire



1. Classification des sociétés en termes de capitalisation (selon la définition du lexique financier Les Echos )

  • les grosses sociétés : la capitalisation est supérieure à 10 milliards d'euros,
  • les valeurs moyennes : la capitalisation est comprise entre 2 milliards et 10 milliards d'euros,
  • les petites valeurs : la capitalisation est comprise entre 500 millions d'euros et 2 milliards d’euros.

La notion de petite et moyenne valeur est donc très relative, nous ne sommes pas sur un marché de startups ou de sociétés forcement très récentes, mais bien sur un marché de sociétés cotées en bourse.

Nous vous précisons que cette définition est propre à chaque organisme car cette dernière peut être élargie en fonction des marchés, des gérants et des investisseurs.


2. Analyse Macroéconomique des "Small & Midd Caps" 

Catégorie d’entreprise le plus rentable sur du long terme...

Nous avons réalisé une étude des performances passées des différentes capitalisations boursières possibles. Pour cela, nous nous sommes basés sur les indices boursiers : MSCI que publie Morgan Stanley Capital International depuis le début du 21e Siècle (2000). Nous avons donc comparé la performance boursière sur tous les pays développés.

IndiceExplicationPerformance annualisée (depuis 2000)Volatilité
MSCI World Large Caps Indice reprenant les grandes capitalisations boursières des pays développés 4,2%13,5%
MSCI World Mid Caps Indice reprenant les moyennes capitalisations boursières des pays développés 6,3%14,9%
MSCI World Small Caps Indice reprenant les petites capitalisations boursières des pays développés 8,2% 16%
MSCI World (Standard) Indice reprenant la moyenne boursière des pays développés 4,6% 13,7%
MSCI WORLD IMI Indice reprenant la performance de la croissance mondiale 5,0% 13,8%

Nous constatons donc que les petites capitalisations ont été les plus performantes, suivies des moyennes capitalisations qui surpassent aussi largement la performance des grandes entreprises.

Investir dans des petites et moyennes capitalisations boursières reste donc plus performant qu’investir simplement sur un indice très performant comme le S&P500 (500 plus grandes capitalisations américaines).

Il est important de rappeler le « track record » de cette catégorie d’investissement car depuis la correction 2018 cette catégorie d’actif est pourtant « boudée » par les investisseurs.

...et ce malgré la sous performance de 2018 et sa volatilisé importante

Nous vous conseillons de vous intéresser à ce type de capitalisations en cette année 2019 et ce même si les marchés 2018 ont oscillé entre -15%/-20% pour certaines valeurs.

Les petites et moyennes capitalisations ont subi de plein fouet les facteurs macroéconomiques majeurs qui ont entrainé un climat anxiogène sur les marchés ( fin du QE et donc le relèvement des taux et guerre commerciale Americano-chinoise). N’oublions pas que la hausse des matières premières avec la mise en place de la norme comptable IFRS15 a fait du mal à cette catégorie d’entreprise.

En outre, la décollecte sur cette catégorie (le retrait de son investissement) a été la plus forte en cette année 2018. A noter que selon EXANE « 50% de la décollecte des fonds actions Small & Mid cap de la zone euro se sont concentrés sur la France ».

C’est un comportement psychologique humain compréhensible : « Quand tout baisse les investisseurs préfèrent réduire au maximum leur volatilité (risque de perte). »

En plus d’une décollecte record, d’une année compliquée, il faut savoir que les petites et moyennes capitalisations sont les entreprises les plus risquées ce qui s’explique notamment par la catégorie de ces entreprises.

En effet, ces entreprises ne sont pas forcément des mastodontes sur leur secteur ou en tout cas moins connues ; elles possèdent donc souvent un bilan financier moins solide, une activité moins diversifiée ou bien une capacité de financement limitée.

Il pourrait donc avoir un risque de défaillance de la société comme il est possible de retrouver un risque de liquidité car les échanges boursiers sur cette catégorie peuvent parfois être très limités. On parle pour les plus petites d’entre elles de « penny stocks » à savoir que le prix de l’action ne dépasse pas un euro et le volume d’échange y est très faible.

Quelle position avoir sur l’année 2019 ?

Dans le malheur, il y a toujours du bonheur, la correction de 2018 permet de faire ressortir des opportunités non négligeables car les petites et moyennes valeurs sont revenues à des valorisations historiquement basses ce qui a entrainé un rebond important en ce début 2019.

Néanmoins, la décollecte sur ce secteur persiste en 2019 ce qui nous oblige à être très vigilant sur les performances à moyen terme car les gérants n’ont pas forcement de possibilités d’action. En effet, ils ne peuvent prendre des positions par manque de liquidités ; ils peuvent juste se contenter d’arbitrer les positions du portefeuille à court terme.

Néanmoins, même si tous les économistes sont en attente des dernières publications de résultats avant de se prononcer sur un investissement massif, nous avons comme conviction que cette classe d’actif est à privilégier sur du long terme.

J'en profite



3. Pourquoi investir dans les entreprises de petite et moyenne capitalisation ?

Les petites et moyennes capitalisations sont le meilleur outil pour diversifier un patrimoine

Nous prenons l’habitude de vous rappeler cette certitude : « Ne pas mettre vos œufs dans le même panier.»

Investir sur ce secteur, c’est donc éviter d’avoir une gestion classique bancaire à savoir posséder de nombreux fonds sur un contrat d’assurance-vie qui est orienté sur un même indice.

Prenons l’exemple avec les actions françaises ; la majorité des échanges boursiers sont orientés vers l’indice CAC40 (40 plus grandes capitalisations de la bourse de Paris) ce qui ne laisse pas la place forcement à une diversification de portefeuille avec d’autres indices comme le CAC SMALL CAPS etc.

Autrement dit, investir seulement dans des grandes capitalisations boursières rassure mais peut mettre en péril votre investissement car souvent ces dernières sont corollées entre elles.

En effet, elles seront sensibles aux mêmes facteurs macroéconomiques comme l’évolution des tensions commerciales internationales ou bien l’évolution des taux directeurs.

En outre, elles seront comme nous l’avons vu avec l’exemple français orientées sur le même indice de référence. 

De leur côté, les capitalisations de taille moyenne et surtout les petites capitalisations ont des marchés souvent nationaux ou à l’échelle d’une zone économique limitée. Leur valorisation dépend davantage de leur croissance intrinsèque, de leur capacité à  innover et à conquérir des parts de marché. Elles ne réagissent donc pas toutes de la même façon aux actualités macroéconomiques. En intégrant à votre portefeuille des Small & Mid caps, vous augmentez donc la diversification de vos investissements.

Plus de performance grâce aux petites et moyennes entreprises

La « prime de risque » pour ce secteur peut être un effet « booster » dans votre portefeuille d’actifs, mais encore une fois, il est important d’être accompagné dans votre choix par un chef de projet patrimonial qui sera en mesure de quantifier cette dernière en fonction de votre projet et du temps consacré à ce dernier.

J'en profite



4. Comment investir dans les entreprises de petite et moyenne capitalisation ?

Vous l’avez donc compris, investir dans des actions de petites et moyennes capitalisations offre des perspectives de performances plus importantes que les grandes entreprises mais avec un potentiel de perte tout aussi grand (voir la volatilité ci-dessus). Afin de contenir ce risque, il faut impérativement diversifier votre investissement.

C’est pourquoi chez Netinvestissement, nous vous déconseillons d’investir seul sur des titres vifs mais plutôt de privilégier des fonds de ce secteur dont le gérant en est un spécialiste.

Vous devez donc investir sur ce secteur au travers d’assurance-vie, de PEA ou compte titre.

Quelques critères mis en avance par les analystes peuvent être cités.

Les Small et Mid Caps

Ils sont souvent implantées sur des niches connaissant des croissances supérieures à celles de l’ensemble du marché. Privilégier les meilleurs de chaque niche afin d’éviter les risques évoquées précédemment.

Ainsi, il sera judicieux de sélectionner des entreprises qui ont une meilleure visibilité sur leur marché et d’avantage de liquidités que la société jeune pousse outsider.

N’oubliez pas que c’est avant tout un choix qui doit se baser sur une analyse comptable (chiffre d’affaires, résultat, dette, trésorerie…) et financière (documentez-vous sur les ratios financiers) ; sans oublier le fondamental qui est de comprendre le business model de la société dans laquelle j’investi.

Le facteur humain est un point à prendre en compte. Le destin d’une entreprise de taille intermédiaire est souvent couplé à celui d’un entrepreneur. Aussi, les changements dans le management et l'actionnariat sont-ils à suivre à travers la lecture des journaux financiers.

Le fonds Sycomore Sélection PME

La gestion de Sycomore reste une gestion ambitieuse qui est d’humaniser l’investissement. Cette société de gestion affiche des valeurs responsables et respecte les bonnes pratiques concernant les enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance. Elle gère un peu plus de 8 milliards d’euros d’actif.

Le fonds Sycomore Sélection PME a donc pour objectif d’investir dans des actions et obligations européennes émises principalement par des petites et moyennes entreprises et des entreprises de taille intermédiaire (PME-ETI).

Les trois critères de sélection :

  • moins de 5 000 personnes salariées
  • chiffre d’affaires inférieur à 1,5 Md € ou total de bilan inférieur à 2 Mds €
  • ayant leur siège au sein de l'UE, Islande et Norvège.

La saison des résultats annuels approche de son terme et le bilan est globalement positif pour les sociétés en portefeuille. A noter en avril les solides publications de Solution 30 et de Soitec (fournisseur de tranche de silicium permettant d’améliorer la performance des composants électroniques). Ce leader mondial a publié un très bon quatrième trimestre et révisé son objectif de marge d’EBE de 30% à 33% pour 2019. Bet at Home, Xilam ou encore Groupe Open s’affichent également parmi les principaux contributeurs positifs sur ce début d’année.

Horizon de placement recommandé : supérieur à 5 ans.

Profil de risque et de rendement : 5/7


Performances arrêtées au 30 avril 2019



Le fonds Echiquier Agenor

Echiquier Agenor est le fond SMALL CAPS d’un des leaders du marché : la Financière de l’Echiquier qui gère aujourd’hui un peu plus de 11 milliards d’euros d’actifs. Ce fonds est très bien noté par Morning Star pour sa régularité de performance et la maitrise des gérants dans un contexte plus défavorable.

Ce fonds possède des critères de sélection drastiques, les gérants analysant les « fondamentaux » des sociétés au travers de processus rigoureux développés en interne. A noter qu’une attention particulière est portée, dans cette sélection, à la qualité du management grâce à des rencontres régulières avec les équipes dirigeantes.

L’objectif est de se positionner sur les leaders européens de demain en investissant dans des valeurs de croissance.

Les critères de sélection :

  • petites et moyennes valeurs européennes dont 25% en France
  • principales positions : IT ,Santé et Industrie.

Horizon de placement recommandé : supérieur à 5 ans.

Profil de risque et de rendement : 5/7


Performances arrêtées au 9 mai 2019



Le fonds DNCA Archer

DNCA Archer est un jeune fonds qui a fait sensation lors de sa création en 2016 puisque pour sa première année, il a été élu meilleur fonds de sa catégorie avec une performance annualisée de 33% ; nous sommes sur un positionnement de moyennes capitalisations, seulement 20% du fonds étant investis sur des petites capitalisations. Nous apprécions ce fonds car il correspond à l’ADN de DNCA Finance ; une analyse fondamentale des sociétés y est instaurée. Ils investissent dans trois thématiques d’investissement : des sociétés qui sont créatrices de valeurs avérées, des entreprises en pleine mutation et des entreprises étant en bas de cycle profitant d’un retournement de cycle.

Les critères de sélection :

  • capitalisation boursière moyenne des entreprises : 4 milliards d’euros
  • répartition géographique sur toute l’Europe
  • portefeuille diversifié d’environ 50 lignes.

Horizon de placement recommandé : supérieur à 5 ans.

Profil de risque et de rendement : 5/7


Performances arrêtées au 9 mai 2019



Le fonds Mandarine Unique

Mandarine Unique vise à sélectionner des "histoires uniques" de croissance, c'est-à-dire des sociétés possédant un profil particulier capable de délivrer de la croissance régulièrement et sur le long terme. Pour ce faire, les gestionnaires sélectionnent des petites et moyennes valeurs européennes dont le profil est « unique » :

  • présent sur des niches 
  • parts de marché mondiales conséquentes
  • moins sensibles à la conjoncture
  • fort potentiel de croissance et d’innovation

Horizon de placement recommandé : supérieur à 5 ans.

Profil de risque et de rendement : 5/7


Performances arrêtées au 9 mai 2019



Conclusion

A travers ce guide, vous avez pu remarquer qu’il n’existe pas de « market timing » sur le marché mais c’est bien dans une stratégie diversifiée, décorrélée et définie sur une vision à moyen long terme que vous avez le plus de chance d’accroitre le couple rendement risque. Vous avez pu comprendre que les petites et moyennes capitalisations sont souvent délaissées à tort sur les marchés car il est plus rassurant d’investir dans une grande capitalisation.

Il est très important de vous poser les bonnes questions et de réaliser un investissement qui vous correspond ; encore une fois c’est dans la constance et dans la diversification que se construit un patrimoine de qualité.

A cette fin, nous vous conseillons de vous rapprocher de votre chef de projet patrimonial Netinvestissement,  à même de vous accompagner dans la définition de votre stratégie patrimoniale à long terme.

À propos de l'auteur

Jean-Philippe Perrin , Conseiller en gestion de patrimoine

Diplômé d’un Master en Gestion de Patrimoine à l’INSEEC , Jean-Philippe Perrin a rejoint dès la fin de son parcours scolaire le cinquième assureur Mondial pour exercer le poste de conseiller financier pendant près de deux ans. Par la suite en 2014, il intégra une banque privée spécialisée en gestion patrimoine où il a occupé le poste de Conseiller en Gestion Patrimoine pendant 4 ans avec beaucoup de réussite. Conscient que le métier de conseiller en Gestion Patrimoine est en pleine mutation, il rejoint, début 2018, Netinvestissement à Paris.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides