Les 10 erreurs à ne pas commettre lors d’un investissement « boursier »

Visa expert

L’article « Les 10 erreurs à ne pas commettre lors d’un investissement « boursier » » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - Vu 680 fois

Contexte de volatilité forte oblige, les investisseurs s’interrogent toujours plus sur les bons choix à faire afin d’optimiser leur épargne. Mais comment aborder l’investissement financier dans un tel environnement d’incertitudes économiques et de craintes géopolitiques ?

Puisqu’il n’est plus possible de compter sur les véhicules d’épargne préférés des français que sont les fonds euros des contrats d’assurance ou les livrets bancaires pour vous offrir un bon ratio rendement/risque, certains investisseurs s’intéressent de plus en plus aux marchés financiers.

Mais s’il est un exercice qui demande beaucoup de prudence et du sang-froid, l’investissement « boursier » réclame à un certain nombre de réflexes de bon sens qu’il faut savoir respecter afin d’éviter un accident sérieux. Nous allons vous aider à appréhender cette mécanique en vous rappelant les 10 erreurs à ne pas commettre lorsque vous souhaitez aborder ce type de placements.

Investir sans stratégie préalablement définie

1. Investir sans stratégie préalablement définie

Avant tout, il est important de vous préparer au mieux à ce type d’investissement. Il est primordial que vous connaissiez bien votre situation patrimoniale globale, que vous définissiez votre capacité d’absorption du risque et que vous ayez un objectif précis pour le capital que vous envisagez d’injecter.

En effet, il arrive trop souvent qu’un épargnant place un capital sans trop savoir pour quelle raison et surtout sans but précis. Ne pas avoir de stratégie, même large, est une erreur qui peut avoir de lourdes conséquences. En effet, si vous ne définissez de cadre à votre investissement, vous risquez d’être trop souvent tentés de changer brutalement de cap et donc de faire de mauvais choix.

2. Investir toutes ses liquidités

Enfoncer une porte ouverte peut sembler inutile et pourtant il est n’est pas rare de voir encore des épargnants concentrer la totalité de leurs avoirs ou liquidités sur un seul actif. Nous vous déconseillons vivement de le faire sur les actifs boursiers qui par essence même sont exposés au risque. La volatilité et les incertitudes de marchés ont même une grande utilité en la matière vous permettant de saisir des opportunités.

Soyez donc raisonnable et limitez votre investissement à une proportion de vos liquidités correspondant à vos futurs besoins et au risque maximal que vous pouvez concrètement supporter. Par exemple : si vous avez un capital que vous souhaitez investir dans le but de préparer de futurs revenus complémentaires de retraite, évitez de les concentrer sur des marchés exposés car le risque de tout perdre existe.

3. Investir dans une seule catégorie d'actifs

Voici une erreur trop souvent commise alors qu’il semble couler de source que diversifier et disperser ses prises de position en bourse sont les bases d’une bonne gestion. Pour rappel, diversifier veut dire répartir son capital sur une allocation d’actifs décorellés les uns des autres comme par exemple des actions européennes d’un côté et des actions nord-américaines de l’autre. Disperser veut dire qu’une fois les secteurs d’investissement choisis et diversifiés, il faut répartir vos actifs sur différents supports dans chacun de ces secteurs comme par exemple différentes valeurs européennes au sein du secteur des actions européennes. C’est à cette condition que vous donnerez à votre portefeuille une capacité de résistance et d’adaptation aux fluctuations des marchés.

4. Acheter à des niveaux trop élevés

Voilà une erreur souvent commise mais qu’il est difficile d’éviter de faire. En effet, définir le bon prix d’une chose, d’un service ou d’un actif boursier est la base même du système économique. Alors, il est compréhensible que l’investisseur profane, même averti, puisse de temps en temps faire le mauvais choix.

Surtout dans un contexte très mouvementé où le niveau de prix d’un actif ne dépend plus simplement de faits comptables tangibles et vérifiables (influence macro, géopolitique, media etc.). Le meilleur conseil à vous donner est de bien étudier les valeurs dans lesquelles vous souhaitez investir et de vous informer sur les ratios financiers basiques de celle-ci. Ne vous laissez pas entrainer dans des conceptualisations financières trop complexes et n’oubliez pas que les performances passées ne présagent pas des performances futures.

5. Vouloir gagner trop vite

Une donnée importante est trop souvent oubliée par l’épargnant lorsqu’il aborde la « bourse » : le temps. Contrairement à ce que pensent un grand nombre d’investisseurs, les marchés financiers sont à aborder avec une vision plutôt long terme. La notion de « faire un coup », bien qu’existante et vérifiable, est trop souvent synonyme de mauvais choix et donc de catastrophe au final pour le détenteur de l’actif concerné. Vous devez comprendre que l’investissement boursier est un vrai métier, déjà compliqué pour les hommes de l’art. Sachez donc raison garder et envisager votre prise de positions sur le long terme.

Chute finance

6. Ne pas prêter attention aux tendances du marché

Dans la continuité de l’erreur précédente, ne laissez pas pour autant « s’endormir » votre investissement. Beaucoup d’épargnants ouvrent un compte-titre, un PEA ou un contrat d’assurance-vie multi-supports sur une idée ponctuelle, y intègrent les valeurs ou OPCVM qui leur plaisaient sur le moment puis laissent courir le tout.

Et c’est en fin de compte une des plus grandes erreurs puisqu’il est primordial que vous fassiez l’effort de suivre votre investissement. Et pour éviter que cela ne vous prenne trop de temps, nous vous conseillons de suivre au moins les tendances de marché. Choisir, selon vos convictions, de suivre telle ou telle tendance (souvent sur plusieurs mois) vous permet de garder un œil sur votre portefeuille et d’éviter de vous réveiller trop tard.

7. Désinvestir à la première baisse

Investir en bourse implique que vous ayez bien intégré que la mécanique même du système reposant sur des échanges, cela induit de la volatilité. Cette volatilité est utile pour faire évoluer le cours de l’actif et donc donner du dynamisme à celui-ci. C’est indirectement ce qui vous poussera à investir ou désinvestir sur une valeur définie.

Vous devez donc intégrer que ce cours va monter et baisser constamment et qu’il ne faut dès la première inflection vous retirer brutalement. C’est le meilleur moyen d’entériner une perte. Il faut garder la tête froide avant tout.

8. Agir trop rapidement

En tant que Conseillers en Gestion de Patrimoine et Conseillers en Investissement Financier nous ne pouvons que vous préconiser de garder votre cap (à condition que vous en ayez défini un) et de ne jamais agir précipitamment.

Et ce, ni dans un sens ni dans un autre. Que vous constatiez une belle hausse ou que vous subissiez une forte baisse, prenez le temps de comprendre ce qui se passe et si cela s’explique dans une tendance passagère ou si il peut s’agir d’un événement plus conséquent à moyen terme. Et ne prenez de décision de gestion qu’après avoir bien poser à plat les conséquences de celle-ci sur votre capital.

9. Privilégier uniquement le court terme

Cela peut paraître une répétition mais un rappel supplémentaire ne fait pas de mal : acceptez que l’investissement boursier doit s’envisager à long terme. Privilégier le court terme et la recherche d’une plus-value immédiate est une des erreurs les plus répandues et les plus graves en la matière. Et d’ailleurs, ce conseil peut être adapté à toutes classes d’actifs en matière de patrimoine (y compris immobilier, SCPI etc.).

Gérer un portefeuille, arbitrer ou « trader » sur le court terme est un métier qui demande de la disponibilité et de vraies compétences…et cela n’empêche pas les crises et les pertes pour autant.

10. Ne pas suivre ses investissements

Pour finir, nous vous rappelons également qu’il est déterminant de suivre attentivement votre investissement et vos prises de position. Y compris si vous choisissez de déléguer le suivi et la gestion de votre portefeuille.

Nous constatons trop souvent que les épargnants ne savent pas vraiment ce qu’il y a dans leurs comptes-titres, PEA ou contrats d’assurance-vie, qu’ils ne connaissent pas le rendement moyen depuis ouverture ni leur niveau d’exposition réel au risque. Un peu d’implication et d’interaction (une fois ou deux pas an) vous permettra de vous tenir un minimum informé. A fortiori si vous n’êtes pas vraiment suivi par un professionnel…

Conclusion

L’investissement « boursier » ne doit plus effrayer l’épargnant profane, bien au contraire. Le vrai sujet aujourd’hui est la pédagogie dont les professionnels concernés doivent faire preuve pour expliquer à leurs clients l’intérêt réel à cette classe d’actifs. Une fois définis votre profil de risque et votre stratégie d’investissement, rien de doit vous empêcher de vous lancer, si cela est fait raisonnablement et progressivement.

Nous ne saurions en revanche que trop vous préconiser de vous rapprocher d’un professionnel du conseil en gestion patrimoniale ou du conseil financier afin de vous faire aider. Choisir de gérer seul son portefeuille ne doit pas être exclu mais cela a conduit beaucoup d’épargnants à connaître des situations difficiles.

J'en profite

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides