Défiscalisation immobilière en 2019 : les dispositifs disponibles

Visa expert
Fabien appere - avatar auteur
Par Fabien Appéré
Vu 147 fois

L’article « Défiscalisation immobilière en 2019 : les dispositifs disponibles » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Comment tirer profit de la défiscalisation ? [Vidéo BFM]

[Vidéo] Tous nos conseils pour faire les bons investissements

En résumé :

Ce guide recense tous les dispositifs de défiscalisation à travers l’investissement immobilier comme la loi Pinel, la loi Denormandie, le Déficit Foncier, la location meublée, la loi Censi-Bouvard, la loi Malraux et les Monuments Historiques. Vous trouverez les différents critères d’éligibilité ainsi que les caractéristiques de chaque dispositif.

Nous verrons à travers ce guide les différents dispositifs de défiscalisation à travers l’investissement immobilier. Que se soit la loi Pinel, Denormandie, déficit foncier, location meublée, Censi-Bouvard, loi Malraux ou encore les Monuments Historiques, ces dispositifs peinent à combler les carences en logements sur le territoire français. Nous rentrerons dans les détails de chaque loi pour comprendre pourquoi et comment choisir le bon dispositif en fonction de votre situation personnelle et de vos objectifs. Le guide aura pour but également de vous permettre d’éviter les pièges de l’immobilier.

Sommaire



1. Loi Pinel

Le dispositif Pinel s’adresse aux personnes qui souhaitent acheter un bien immobilier dans le neuf pour le louer comme résidence principale non meublée. La réduction d’impôt est calculée sur le prix du bien dans la limite de 300 000 euros et de 5 500 euros le mètre carré : 12% pour un engagement de location de six ans, 18% pour neuf ans, 21% pour douze ans. Le bailleur doit respecter des plafonds de loyers et de ressources du locataire.

La Loi Pinel est un dispositif fiscal

La Loi Pinel créé par Sylvia Pinel, ministre du logement et Manuel Valls ancien Premier Ministre afin de relancer la construction de logements neufs en France (plan de relance du logement 2015). Ce dispositif a été lancé par le gouvernement pour remplacer le dispositif Duflot qui était trop restrictif. Le dispositif Pinel offre une réduction d'impôt lors de l'achat d'un bien immobilier neuf, à condition, qu'il soit mis en location pendant 6 ans au minimum. L'achat d'un appartement ou d'une maison en loi Pinel doit avoir lieu entre le 1er septembre 2014 et le 31 décembre 2021.

Le dispositif Pinel et la loi Censi Bouvard ont été prolongés en 2017 par Emmanuelle Cosse. La ministre du logement avait à l'époque une volonté très claire de prolonger les outils qui sont utiles pour la construction de logements. La Loi Pinel 2018 est la version remaniée par Jacques Mézard le nouveau ministre de la cohésion des territoires, elle est recentrée sur les zones tendues où il y a besoin de logements et rabotée dans le but de faire faire des économies au gouvernement. Elle garde, cependant pour le moment, tous les avantages de la loi Pinel 2017 (article 68 de la loi de finances pour 2018).

En 2019, la Loi Pinel est encore plus intéressante

Avec le prélèvement à la source, la Loi Pinel est intéressante pour les contribuables qui investissent pendant l'année blanche en 2018. En effet, ils bénéficieront d'une avance de trésorerie de la part de l'Etat et n'auront donc aucun effort d'épargne sur les premiers mois de l'année 2019.

En effet, Edouard Philippe, actuel Premier Ministre, et Julien Denormandie, ministre du logement, ont annoncé que 60% du crédit d'impôt Pinel serait versé dès janvier 2019 au lieu de septembre comme c'était initialement prévu. Une très bonne affaire pour les contribuables qui se lancent dans un investissement Pinel en 2018 ou en 2019.

La défiscalisation Pinel permet donc de baisser son impôt sur le revenu tout en devenant propriétaire d'un investissement locatif. La loi Pinel nécessite, cependant, de respecter certaines conditions: plafonds de loyer Pinel, plafonds de ressources du locataire Pinel, plafond au m² et zones éligibles à la loi Pinel.

Tous les contribuables français résidant en France et payant leurs impôts en France peuvent bénéficier des dispositions de la loi Pinel pour réduire leur imposition. Le cas des expatriés est un peu particulier, en effet, le maintien de l’avantage Pinel lié à un investissement est acquis à condition que l'investissement ait été réalisé avant le départ de France.

Profitez de notre offre EXCLUSIVE pour investir dans l'immobilier SANS APPORT

J'en profite


2. Loi Denormandie 

Votée fin 2018, la loi de finances pour 2019 a instauré un dispositif de défiscalisation à destination des futurs propriétaires bailleurs qui achètent un logement entre le 1er janvier 2019 et le 31 décembre 2021 dans une ville où le besoin de réhabilitation de l'habitat centre-ville est particulièrement fort et le rénovent. Ce dispositif a été proposé par Julien Denormandie, ministre en charge de la Ville et du Logement.

Le dispositif Denormandie est une nouvelle aide à destination des futurs propriétaires bailleurs qui effectuent des travaux de rénovation dans un logement situé dans un quartier ancien dégradé. Rénover un bien dans une ville moyenne permet de profiter d’une réduction d’impôt identique à celle du dispositif Pinel. Le montant des travaux, «facturés par une entreprise», doit représenter au moins 25% du coût total de l’opération (prix du bien + travaux).

Le bien doit être situé dans une des 222 communes retenues dans le «Plan Action Cœur de Ville» (Vannes, Valenciennes, Épinal, Arles, Perpignan, Dax, etc.). Sur le plan fiscal, l’investisseur doit bien sûr choisir entre le «Denormandie» et le mécanisme du «déficit foncier» (lire ci-dessous immobilier ancien avec travaux).

Certaines conditions doivent être remplies pour bénéficier d'une défiscalisation :

  • Le bien immobilier au titre duquel l'aide est sollicitée doit être destiné à la location
  • Il doit se situer dans une ville éligible, à savoir une commune dont le besoin de réhabilitation de l'habitat en centre-ville est particulièrement marqué (Plan Action Cœur de Ville) ou dans une commune ayant signé une convention d'opération de revitalisation de territoire (introduite par ELAN)
  • Les travaux de rénovation doivent représenter au moins 25% du coût total de l'opération (prix d'achat du bien + frais de notaire + travaux)
  • Les travaux pris en compte doivent soit améliorer la performance énergétique du bien (de 30% pour les maisons et de 20% en habitat collectif), soit correspondre à au moins deux des travaux suivants : isolation de la toiture, isolation des murs donnant sur l'extérieur, isolation des parois vitrées donnant sur l'extérieur, changement du système de chauffage, changement du système de production d'eau chaude sanitaire
  • Les travaux doivent être réalisés par une entreprise certifiée RGE (Reconnu Garant de l'Environnement)
  • Le loyer mensuel hors charge ne doit pas dépasser une certaine limite (voir ci-dessous)
  • Les revenus des locataires ne doivent pas excéder un certain plafond (le même que dans le cadre du dispositif Pinel).

Le montant de l'aide accordée au futur propriétaire bailleur d'un logement à rénover représentera 12, 18 ou 21% du coût de l'opération, en fonction de la durée pendant laquelle le propriétaire bailleur s'engagera à louer son bien (6, 9 ou 12 ans). Pour le calcul de l'aide, les dépenses sont prises en compte dans la double limite de 300 000 euros par contribuable et de  5 500 euros par mètre carré.

3. Déficit foncier

Les travaux d’entretien et d’amélioration réalisés dans un bien locatif sont déductibles des loyers taxables. Si leur montant est supérieur aux revenus fonciers, l’excédent est déductible du revenu global dans la limite de 10 700 euros par an. La part du «déficit foncier» supérieure à 10 700 euros est imputable sur les revenus fonciers des dix années suivantes. Cet avantage fiscal n’est pas pris en compte pour le plafonnement des niches fiscales à 10 000 euros. Si vous effectuez les travaux vous-même, seul le prix d’achat des matériaux est déductible.

le déficit foncier permet de réduire de manière drastique ses revenus fonciers imposables

Échappant au plafonnement global des niches fiscales (fixé à 10 000 € annuels). Il existe un déficit foncier lorsque la totalité des charges déduites dépasse les revenus locatifs générés. Par exemple, si le propriétaire réalise d’importants travaux dans son logement et que le coût de ces travaux est déductible, sa défiscalisation peut être supérieure aux revenus perçus. La différence est appelée le déficit foncier. La loi autorise le contribuable à retrancher ce déficit de ses autres revenus perçus (salaires, dividendes, pensions etc.) dans la limite de 10 700 €. Une fois cette opération de soustraction réalisée, s’il existe encore un surplus, il est possible de reporter cet avantage fiscal dans le temps, sur 10 ans maximum.

Pour pouvoir faire jouer le déficit foncier, le propriétaire du logement doit opter pour le régime réel d’imposition. Systématique au-dessus de 15 000 € de revenus générés, il est optionnel en dessous de ce montant. Le contribuable doit donc demander à changer de régime auprès de l’administration fiscale. L’autre régime appliqué par défaut est le régime micro-foncier, permettant un abattement automatique de 30 % représentatif des charges. Si le montant de vos charges est supérieur à 30 % de vos revenus, vous avez donc tout intérêt à modifier votre régime d’imposition.

Le déficit foncier n’est pas une loi

C'est plutôt une astuce fiscale intéressante à connaître pour optimiser encore vos revenus locatifs et réduire votre imposition. Condition sine qua non pour en profiter : imposer vos revenus locatifs via le régime réel. En micro-foncier, le déficit foncier ne fonctionne pas. L’utilisation du déficit foncier doit se faire dans le cadre fiscal de référence et selon les règles établies par celui-ci.
D’une part, le déficit foncier ne concerne que les immeubles à usage d’habitation. Inutile d’espérer profiter du dispositif pour des immeubles professionnels ou commerciaux. Par ailleurs, la location du bien doit être continue et effective durant trois ans au minimum.
L’autre écueil à éviter lors de l’utilisation de ce dispositif est d’intégrer au déficit foncier les travaux de construction, reconstruction et d’agrandissement qui ne doivent pas être pris en compte, au risque d’un redressement fiscal.


4. La location meublée 

La location meublée est un mécanisme fiscal de plus en plus utilisé par les propriétaires fonciers en recherche de flexibilité et d’optimisation fiscale.

Vos loyers sont soumis au régime des Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC) moins pénalisant que celui des revenus fonciers (qui s’applique aux locations nues). La plupart des loueurs en meublé sont soumis au régime micro-BIC, bénéficiant ainsi d’un abattement de 50% sur les recettes tirées de cette activité (l'abattement en micro-foncier est de 30% pour les locations nues). Le surplus est soumis au barème progressif et aux prélèvements sociaux (17,2%).

Si vos loyers dépassent 70 000 € par an, vous êtes soumis au régime réel et pouvez alors déduire toutes vos charges ainsi que l’amortissement du bien immobilier. La location d’un appartement meublé à titre habituel est considérée comme une activité commerciale. Les revenus ne sont pas considérés comme des revenus fonciers mais sont imposés dans la catégorie des Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC). Deux statuts fiscaux co-existants, c’est encore une fois le montant des loyers encaissés qui va déterminer le régime fiscal applicable.

Le Loueur en Meublé Non Professionnel

Le statut de Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP) est un statut par défaut, c’est-à-dire qu’il s’applique quand on ne remplit pas les critères pour être Loueur en Meublé Professionnel (LMP).
Ainsi, si on ne remplit pas un des trois critères suivants,on est LMNP :

  • Percevoir plus de 23 000 €strong> de recettes au titre de la location
  • Etre inscrit au Registre du Commerce et des Sociétésstrong>
  • Les recettes issues de la location sont supérieures aux autres revenus perçusstrong> (salaires.)

Ce statut est applicable pour tout type de location meublée, même saisonnière. Lorsque l’on perçoit moins de 33 200 € au titre d’une location meublée, c’est alors le régime du micro-BIC (Bénéfices Industriels et Commerciaux) qui s’applique, avec l’avantage de pouvoir appliquer  un abattement forfaitaire de 50 % des loyers perçus pour couvrir l’ensemble des charges de propriété. 


Le Loueur en Meublé Professionnel

Pour bénéficier de ce statut, il faut remplir trois conditions cumulatives:

  • Etre inscrit au registre du commerce des sociétés (RCS)
  • Percevoir plus de 23.000 euros de recettes annuelles
  • L’activité de loueur doit représenter plus de la moitié des revenus du foyer fiscal (traitements et salaires, pensions et rentes viagères, BIC autres que ceux tirés de la location meublée, Bénéfices Non Commerciaux).

Si vous remplissez toutes les conditions exigées pour le statut de loueur professionnel, quatre avantages importants s’offrent à vous : les charges déductibles comprendront les dépenses habituelles de propriété (tels que les frais de gestion et d’entretien) mais aussi d’autres frais tels que les frais de notaire lors de l’acquisition du bien et surtout les amortissements des biens et équipements loués, le bailleur peut imputer les déficits fonciers constatés sur ses revenus personnels et en cas de revente du bien, il bénéficie d’une exonération de taxation de la plus-value sous certaines conditions (notamment être loueur en meublé professionnel depuis au moins 5 ans et que les recettes tirées de la location au cours des deux années précédentes n’excèdent pas 90 000 € hors TVA).

J'en profite


5. Censi-Bouvard

Acheter un logement dans une résidence services (étudiantes, seniors, etc) exploitée par un professionnel avec lequel vous signez un bail commercial permet de profiter d’une réduction d’impôt égale à 11% de la valeur d’achatstrong> dans la limite de 300 000 € étalée sur neuf ans.

Pour bénéficier du dispositif, vous devez tout d’abord devenir acquéreur d’un bien immobilier neuf (ou ancien de plus de 15 ans, avec des travaux le ramenant à un niveau équivalent à celui d’un bien neuf).

Ce bien doit être loué meublé par bail commercial avec un engagement de conservation de 9 ans minimum. La location doit rapidement débuter après la livraison du bien.

Les recettes locatives ne doivent pas dépasser 23 000 € par an, ni représenter plus de 50% des revenus de l’investisseur.

À noter :

L’absence de plafonds de loyers, de ressources des locataires et de zonage avec le LMNP Censi-Bouvard. Le non-respect des engagements de location entraine la perte du bénéfice des incitations fiscales.

Si le montant de la réduction d'impôt dépasse le montant d'impôt à payer, celui-ci est reportable 6 ans. Dans le cas où l'impôt payé par le contribuable serait insuffisant pour absorber la réduction d'impôt Censi-Bouvard 2019, le solde non utilisé une année donnée peut être reporté sur l'impôt des 6 années suivantes, à condition que le logement soit encore en location l'année de l'utilisation du report de la réserve.

6. Loi Malraux

Investir dans un bien immobilier de caractère situé dans un centre historique permet de profiter d’une réduction d’impôt de 22 ou 30% du montant des travaux selon la zone géographique. Surtout, elle échappe au plafonnement des niches fiscales. En contrepartie de l’avantage fiscal, vous devez louer pendant neuf ans.

Le dispositif Malraux 2019 donne droit à une réduction d'impôt calculée sur le montant des travaux de restauration engagés par le contribuable à hauteur de :

  • 30% pour les immeubles situés dans un Site Patrimonial Remarquable avec PSMV (Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur) approuvé, les QAD (Quartiers Anciens Dégradés) et les quartiers conventionnés NPNRU (Anciens secteurs sauvegardés)
  • 22% pour les immeubles situés dans un Site Patrimonial Remarquable avec PVAP (Plan de Valorisation de l'Architecture et du Patrimoine) approuvé ou dont le programme de restauration a été déclaré d'utilité publique (Anciennes ZPPAUP et AVAP).

Le montant des travaux pour le calcul de la réduction d’impôt en loi Malraux 2019 est plafonné à 400 000€ pour une période de 4 années consécutives.

La défiscalisation Malraux s'adresse aux contribuables français qui investissent dans des appartements à rénover (logements destinés à la location). Les travaux doivent aboutir à la restauration complète de l'immeuble et la qualité du bâti est suivie par un Architecte des Bâtiments de France.
Les opérations en loi Malraux 2019 sont localisées la plupart du temps dans les Centres Villes Historiques et offrent aux investisseurs une excellente opportunité de défiscalisation et une bonne protection à moyen et long terme.

7. Monuments Historiques

Si vous achetez un bien immobilier dans un immeuble classé Monument Historique pour le louer, la totalité des charges et des travaux de restauration est déductible de vos revenus fonciers, puis imputables sur votre revenu global sans limitation.

Les travaux de rénovation réalisés sur un bien immobilier classé ou inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques permettent de bénéficier d’une fiscalité particulièrement attractive puisque ces dépenses sont déductibles du revenu imposable du contribuable qui les réalise sans limite et hors plafonnement des niches fiscales. L’investisseur est tenu de louer le bien pendant 3 ans pour obtenir l’avantage fiscal en totalité (régime du déficit foncier), et d’en conserver la propriété pendant 15 ans.

Par ailleurs, sous condition d’obtenir l’agrément du ministère de la culture et d’ouvrir le bien aux visiteurs un certain nombre de jours par an, l’investisseur en Monuments Historiques pourra bénéficier d’une exonération de droits de succession.

Conclusion

Vous avez pu découvrir tout au long de ce guide les différents dispositifs de défiscalisation à travers des investissements dans l’immobilier.

Cependant, l’économie d’impôt doit rester la cerise sur le gâteau et ne doit en aucun cas représenter le seul et unique objectif de votre projet. Utiliser le crédit comme levier patrimonial sera également une arme redoutable d’optimisation.

Afin d’éviter les nombreux pièges d’une telle opération, il est fortement recommandé de vous faire accompagner par un professionnel de la gestion de patrimoine. Les chefs de projets patrimoniaux Netinvestissement. se tiennent à votre disposition pour vous accompagner dans la mise en place et la réussite de votre stratégie patrimoniale.

À propos de l'auteur

Fabien Appéré , Conseiller en gestion de patrimoine

Fabien Appéré débute sa carrière professionnelle en 2000 dans la banque de détail où il occupera les postes de Conseiller patrimonial, chargé d’affaires professionnel puis Directeur d’agence. Après 17 années passées dans différentes grandes banques nationales et dans un secteur en pleine mutation, son désir d’indépendance l’incite à rejoindre l’équipe de Netinvestissement pour mettre la satisfaction client au coeur de la relation.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

  • Vous payez entre 5000€ et 10000€ d'impôts : quelles sont les solutions pour réduire votre imposition ?
  • Vous payez entre 1 000€ et 2 000€ d'impôts : quelles sont les solutions pour réduire votre imposition ?
  • Pourquoi choisir Netinvestissement pour réduire vos impôts ?
  • Défiscalisation 2019 : comment réduire ses impôts dès cette année ?
  • 2000€ à 5000€ d'impôts : quelles sont les solutions pour réduire votre imposition ?
  • Les 3 meilleurs PERP du marché en 2018
Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides