Investir dans une PME avec les FCPI/FIP

Visa expert

L’article « Investir dans une PME avec les FCPI/FIP » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - Vu 3047 fois

Vous souhaitez réduire vos impôts ? Vous êtes à la recherche d'un placement « utile » et non volatile ? Investir dans une PME est la solution qu'il vous faut. En plaçant votre argent dans une PME, vous financez le développement de l'économie et contribuez à l'essor des entreprises. Cette contribution est en retour récompensée par une réduction d'impôts « one shot » d'IR et d'ISF ainsi que d'une exonération sur les plus-values.

3 moyens d'investir dans une PME

1. En investissant en direct

L'investissement en direct au capital d'une PME vous permet non seulement de choisir l'entreprise que vous souhaitez soutenir (il vous est possible d'investir au capital de votre propre PME et de bénéficier des mêmes avantages) mais également de bénéficier de plafond d'investissement plus important que lorsque vous choisissez d'investir via des FIP/FCPI.

Plafond d'investissement : 40.000 € pour un couple, 20 000 € pour un célibataire et 18% de réduction d'impôts immédiate sur le revenu.

50% de réduction d'ISF plafonnée à un investissement maximum de 90.000 € (soit une réduction max de 45.000 €).

directions

2. Fonds Commun de Placements dans l'Innovation (FCPI)

Un FCPI est un organisme de placement collectif qui vous permet d'investir au capital de PME à caractère innovant et non cotées. Il doit être composé d'au moins 60% de titres de sociétés à caractère innovant. Les 40% restants du fonds peuvent être librement alloués sur différents OPCVM. A noter que la durée de détention des FCPI est de 5 ans minimum.

De plus, les FCPI doivent respecter deux critères : l'investissement minimum de 40% de leur actif en augmentation de capital et un choix de sociétés cibles de 2 salariés minimum.

3. Fonds d'Investissement de Proximité (FIP)

Quant au FIP, il s'agit là d'un actif qui doit être composé d'au moins 60% de parts de PME non cotées ayant moins de 250 salariés. Idem que pour les FCPI, les 40% restants peuvent être librement alloués sur différents OPCVM et la durée de détention minimale est aussi de 5 ans.

Les critères que doivent respecter les FIP sont les suivants:

  • un ratio d'investissement de 60% dans 3 régions limitrophes ;
  • un investissement de 50% maximum dans une région ;
  • un ratio d'amorçage de 20% dans des entreprises de moins de 8 ans ;
  • un investissement minimal de 40% de leur actif en augmentation de capital ;
  • les sociétés cibles doivent avoir au moins 2 salariés.


En investissant dans des FCPI et des FIP, vous vous engagez donc à moyen ou long terme sur un produit financier qui permet le développement et la transmission de PME.

Pour chacun de ces supports (FIP ou FCPI), les plafonds d'investissement sont de 12.000 € pour un célibataire et 24.000 € pour un couple. A savoir : il est possible de cumuler investissement FIP + FCPI vous permettant ainsi de doubler votre réduction d'impôts.

Ces placements rentrent dans la catégorie des supports risqués mais leur rentabilité peut atteindre des sommets si les PME locales ou innovantes se développent fortement. Les gains potentiels sont alors élevés. Cependant, de par la nature du risque, il est conseillé de ne pas engager plus de 20% de ses liquidités dans ces fonds.

Principaux avantages : réduction d'impôt sur le revenu et exonération sur les plus-values

tirelire

La réduction d'impôt dont vous bénéficiez est « one shot » c'est-à-dire que vous pouvez en profiter immédiatement l'année de votre souscription.

Le dispositif fiscal qui vous encourage au financement des PME a été raboté récemment. Les particuliers qui souhaitent réduire leur impôt sur le revenu doivent accompagner une entreprise de moins de 5 ans, de moins de 250 salariés, et dont le chiffre d'affaires et le total de bilan sont inférieurs à 10 millions d'euros.

Le dispositif fiscal qui vous encourage au financement des PME a été raboté récemment. Les particuliers qui souhaitent réduire leur impôt sur le revenu doivent accompagner une entreprise de moins de 5 ans, de moins de 250 salariés, et dont le chiffre d'affaires et le total de bilan sont inférieurs à 10 millions d'euros.

Outre la réduction d'impôt, vous bénéficiez également d'une exonération sur les plus-values (après vous être acquitté des prélèvements sociaux).

La condition de la réduction d'impôts et de l'exonération des plus-values est de conserver vos parts au moins 5 ans. Sauf exceptions qui sont : décès, invalidité ou licenciement du souscripteur. Hormis ces cas, en cas de sortie anticipée, les avantages fiscaux sont perdus, la réduction d'impôt doit être remboursée et les plus-values sont imposées.

Pour votre déclaration aux services fiscaux, l'attestation d'inscription en compte et une attestation fiscale de l'établissement dépositaire vous sont nécessaires.

Une opportunité de réduire votre ISF

Grâce à la loi TEPA, l'investissement au capital d'une PME permet également une réduction « one shot » de votre ISF de 50% du montant dans la limite de 90 000 € investis. S'y ajoute aussi l'exonération d'imposition sur la plus-value au-delà de la 5ème année (hors prélèvements sociaux) ainsi qu'une exemption du plafonnement des niches fiscales.

Pour la réduction de votre ISF, vous devrez allouer 20% minimum de l'actif éligible en augmentation de capital à des entreprises de moins de 8 ans d'existence et investir au minimum 40% des disponibilités dans le cadre d'augmentations de capital.

Pour bénéficier de la réduction d'impôt sur la fortune, nous vous rappelons qu'il vous faudra également respecter la condition qui est la détention des parts ou actions à conserver pendant 5 ans.

lassurance-de-pret

Comment bien choisir son opérateur ?

Depuis la mise en place de ces produits défiscalisants, la plupart des réseaux nationaux bancaires ce sont lancés sur ce créneau et créant leurs propres fonds. Or il faut de préférence éviter de sélectionner de tels fonds, et ce pour deux raisons principales :

  • L'intégralité des sommes collectées au travers du réseau (des centaines d'agences en France) doit obligatoirement être investie dans les 2 ans qui suivent. Autrement, le fond est requalifié et vous perdez votre avantage fiscal. C'est ainsi que des investissements « tout azimuts » sont faits sur d'innombrables PME qui certes respectent les critères d'éligibilité, mais qui n'ont pas été auditées en amont. Dans ce cas, c'est un peu la « roulette russe »
  • Les réseaux bancaires ne sont pas des spécialistes et leurs méthodes privilégient la quantité à la qualité.


Afin d'optimiser vos chances de réaliser un bon placement, privilégiez donc des opérateurs spécialisés tels que Alto Invest, 123 Venture ou A plus finance.

Conclusion

Investir au capital d'une PME permet avant tout de soutenir intelligemment nos entreprises, de favoriser le développement de notre économie, tout en bénéficiant de réduction. De plus, ce type de support vous permet aussi de diversifier votre patrimoine. En la matière, il est vivement conseillé de choisir des opérateurs spécialisés car ils restreignent leur collecte annuelle. Cela vous garantit un choix plus pertinent des sociétés dans lesquelles vos fonds sont investis. N'hésitez pas à répartir vos fonds sur plusieurs PME afin de répartir le risque et de profiter au mieux des rendements espérés.

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : Une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides