Comment bien choisir son conseiller en placements dans le contexte actuel ?

Visa expert

L’article « Comment bien choisir son conseiller en placements dans le contexte actuel ? » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - Vu 392 fois

Comment reconnaître un bon conseiller en placements ?[VIDEO]
netinvestissement media

[Vidéo] Tous nos conseils pour bien choisir votre conseiller en placements

Dans un contexte continuellement en mouvement, il est de plus en plus compliqué de se faire accompagner en matière de placements et de gestion patrimonial. Et l’arrivée du numérique dans l’univers bancaire et patrimonial ne facilite finalement pas toujours les choses.

A qui s’adresser ? Comment choisir son conseiller ? Quels sont les critères à privilégier pour cibler au mieux le professionnel qui vous accompagnera dans le temps ? Quelles sont les bonnes questions à se poser avant de prendre votre décision ?

En plein coeur de ce second épisode électoral, nous vous donnons quelques clés pour bien choisir votre interlocuteur en matière de placements.

Sommaire

1) Vérifiez le degré de compétences et les agréments professionnels de votre interlocuteur

Avant tout, vous devez en tant que profane vous poser la question des compétences et des capacités professionnels de la personne qui est censée vous aider à gérer votre argent ; y compris votre banquier ou votre assureur familial.

Vous devez savoir qu’il existe une règlementation précise sur les métiers du Conseil en Gestion de Patrimoine, du Conseil en Investissement Financier, du Courtage en produits et solutions d’assurance ou de la vente de biens immobiliers. Vérifiez donc :

  • L’enregistrement de votre Conseil en Investissement Financier avec un numéro CIF par l’intermédiaire d’une chambre professionnelle elle-même agréée par l’AMF
  • Le N° ORIAS de votre interlocuteur (sur le site www.orias.fr) afin de valider ses autorisations de pratiquer son métier et son respect des obligations annuelles de formation
  • Le N° d’enregistrement de la carte de Transaction Immobilier (Carte T) auprès de la Chambre de Commerce du siège social de la société concernée
  • Son assurance Responsabilité Civile Professionnelle qui couvre le risque d’erreurs et qui vous protège en ce sens.

L’ensemble de ces agréments vous permet de penser que le professionnel qui va vous accompagner est à jour de ses formations, qu’il se tient donc informé des nouveautés et des évolutions juridiques et fiscales constantes.

Astuce :

Faites toujours jouer la concurrence ce qui vous permet de voir les différents niveaux d’approche de vos interlocuteurs.

J'en profite


2) Définissez avec votre conseiller votre projet, vos besoins, vos objectifs et vos moyens

Un élément déterminant qui doit vous aider dans votre choix d’accompagnant réside dans la démarche de celui-ci. La priorité reste avant tout de définir votre profil de risque et vos besoins au travers d’un audit patrimonial. Ce support permettra à votre conseiller de mieux comprendre vos objectifs et de vous présenter des préconisations en adéquation avec ceux-ci tout en respectant vos moyens.

Cette étape, ainsi que les suivantes, doivent être rapidement formalisées au travers d’une lettre de mission qui va cadrer votre relation avec votre conseiller, l’amplitude de sa mission et les engagements de chacun.

Notez qu’un Conseiller en Gestion de Patrimoine ou un Conseiller en Investissement Financier est tenu de respecter le secret professionnel et que les données personnelles que vous lui transmettez sont protégées.

3) Dématérialisé ou pas, le conseil « gratuit » n’existe pas

Une fois validées les compétences de votre interlocuteur et lancée la démarche d’accompagnement, se pose bien entendu la question du coût que peut représenter l’intervention d’un Conseil en Gestion de Patrimoine indépendant ou un Conseiller en Investissement Financier.

Tout d’abord, notez bien qu’il n’existe pas de minimum de patrimoine à détenir pour faire appel à un professionnel du placement. Il existe de plus en plus d’outils permettant de « démocratiser » le conseil patrimonial.

Au même titre, et malgré une offre de plus en plus présente, en particulier en ligne, de produits et solutions à frais réduits voire exonérés, sachez que personne ne travaille gratuitement. Etant donné que tout travail mérite salaire, votre interlocuteur sera, à un moment ou à un autre dans le processus commercial qui vous lie, rémunéré.

Cela peut être sous forme :

  • D’honoraires de conseil : définis dans la lettre de mission dès le début de votre relation, ils dépendent de la charge de travail que votre situation demandera et de la pertinence des conseils qui vous seront donnés. L’intervention de votre conseiller s’arrêtera à la remise d’un bilan patrimonial et d’une analyse vous permettant d’agir par vous-même par la suite.

  • De commissions de souscription : dans le cadre de la souscription de produits financiers (assurance-vie, PEA, contrat de capitalisation, contrat retraite etc.), vous pouvez avoir à subir des « frais d’entrée » de la part à la fois de l’émetteur du contrat mais aussi de votre conseiller. A vous de les négocier mais ne perdez pas de vue que le tout à 0% correspond forcément à des offres ne prévoyant pas toujours un suivi et un accompagnement dans le temps.

  • De commissions immobilières : comme tout agent immobilier, votre conseiller peut se charger de vous accompagner dans le montage d’un projet immobilier, tant sur l’ingénierie bancaire que sur la sélection du produit et sa gestion. Il sera rémunéré alors par le promoteur immobilier ou le vendeur du bien concerné. Dans la plupart des cas, ce coût est intégré dans le prix du bien et est parfaitement transparent pour vous.

  • De commissions sur encours gérés : chaque année, votre conseiller peut être rémunéré par ses partenaires financiers (banques privées, assureurs etc.) sur la part de frais de gestion de vos actifs puisqu’il participe au suivi de vos contrats.

Astuce :

Vérifiez avec votre conseiller, qui doit être transparent sur le sujet, qu’il ne perçoit plus d’honoraires de votre part si vous la confiez la mission de vous « vendre » le produit ou la solution préconisée. Ce n’est plus autorisé par la règlementation.

J'en profite

Exemple : vous définissez un besoin d’investissement en loi PINEL, sur de l’immobilier neuf pour bénéficier d’une réduction d’impôt. Votre conseiller vous confirme que votre tranche d’âge, vos revenus, votre structure familiale, votre taux d’endettement et votre capacité d’épargne vous autorise à vous lancer dans ce type d’opération et vous lui confiez la mission de trouver le support immobilier. Etant donné que votre interlocuteur peut et est rémunéré par le promoteur immobilier, celui-ci ne peut plus vous facturer ses honoraires.

4) Privilégiez aujourd’hui la transversalité du conseil pour aborder vos problématiques avec une vision globale

Une question récurrente peut se poser lorsque vous, épargnant, vous décidez de vous faire accompagner dans votre stratégie patrimoniale. Devez-vous privilégier un spécialiste, un généraliste ou réunir plusieurs professionnels autour d’une table ?

Il n’y a pas de solution meilleure qu’une autre. Chaque schéma peut être adapté à vos attentes et à votre mode de perception d’une relation commerciale dans le temps. Il va de soi que privilégier un professionnel ayant la capacité d’avoir une vision globale et transversale de vos problématiques est un véritable plus. Il est primordial en matière de placements de s’assurer des impacts et conséquences qu’un investissement peut avoir sur le reste d’un patrimoine, tant au niveau de l’exposition globale au risque, qu’au niveau fiscal ou au niveau successoral.

Un CGP (Conseiller en Gestion de Patrimoine) ou un CIF (Conseiller en Investissement Financier) sérieux saura toujours vous dire lorsque votre demande ou votre besoin dépasse son savoir-faire et fera alors appel à d’autres professionnels qui, sous son impulsion, participeront à la résolution de ceux-ci.

Ne ratez rien de nos conseils
Inscrivez-vous à la newsletter

OK

5) Recherchez avant tout de la pédagogie car comprendre son investissement est la base de sa future réussite

La qualité première que doit avoir votre CGP ou votre CIF est sa capacité à « vulgariser » un discours qui peut parfois être très technique. Méfiez-vous parfois des interlocuteurs qui étalent leur savoir avec pléthore de références juridiques invérifiables ou de mots techniques indigestes pour le profane que vous êtes.

Il est déterminant dans votre relation à long terme que vous compreniez bien ce que vous êtes en train de mettre en place, les risques que comporte cette stratégie et les tenants et aboutissants de vos choix. Votre conseiller est votre partenaire, ce qui implique qu’il doit faire preuve de beaucoup de pédagogie et de transparence avec vous.

Par exemple, il peut être utile que votre conseiller distille les éléments technico-juridiques lourds de votre projet d’investissement au compte-goutte afin de vous permettre de les ingérer et de les digérer dans les meilleures conditions. Trop souvent, par soucis de transparence ou pour « épater la galerie », les interlocuteurs financiers que vous êtes amenés à rencontrer vous abreuvent de données et d’informations dont vous n’avez pas forcément besoin, au risque de vous noyer sous un trop plein d’éléments pas toujours utiles à ce state.

6) Le positionnement de Netinvestissement.fr ?

Etre « Glocal ». Etre « Glocal », c’est avoir une approche globale par le digital et locale avec des cabinets de proximité à Paris et en région afin de balayer la totalité des besoins des épargnants français.

L’utilisation des outils digitaux et une forte présence sur le web permet d’ouvrir de nombreux champs d’action et donne accès à une offre très complète en matière de solutions et produits patrimoniaux. En revanche, la dématérialisation et la déshumanisation de l’outil web peut effrayer ou rebuter un certain type de clients. D’où l’idée de continuer à soutenir un modèle de conseil et d’accompagnement plus classique avec la possibilité de recevoir les clients dans des locaux ou de tisser un réseau relationnel.

La double stratégie développée aujourd’hui par Netinvestissement.fr vous permet ainsi d’avoir accès à 14 Conseilleurs en Gestion de Patrimoine diplômés et inscrits comme Conseillers en Investissement
Financiers à la fois par le biais du digital mais également physiquement si besoin. A cela s’ajoute un maillage local de CGP indépendants référencés et validés par Netinvestissement.fr pour vous apporter un maximum de conseils avisés.

Conclusion

Vous avez désormais quelques armes pour bien choisir votre interlocuteur en matière de conseil patrimonial et de placements. Prenez le temps de bien choisir ce professionnel car il est censé vous accompagner une bonne partie de votre vie.

Retenez surtout qu’il est important qu’il vous comprenne bien et que vous compreniez bien les pistes qu’il souhaite vous faire emprunter. Et ne lésinez par sur le coût de ses prestations si elles sont de qualité et parfaitement adaptées à vos besoins.

Bien entendu, toutes nos équipes sont à votre disposition pour répondre à vos questions et vous accompagner dans vos futurs projets.

J'en profite

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

  • Que faire avec une épargne de 100€ à 200€ par mois ?
  • Le placement sans risque existe-t-il encore ?
  • Comment obtenir une rente mensuelle de 150€ en plaçant 50000€ ?
  • Comment arrêter définitivement de laisser dormir votre argent ?
  • Quel placement financier choisir et pour quelle durée ?
  • Gagnant à l'Euromillions ou au loto : comment placer votre argent ?
Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides