Les 7 conseils pour bien épargner son argent

Visa expert

L’article « Les 7 conseils pour bien épargner son argent » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - Vu 2730 fois

Comment épargner en 2017 ? [VIDEO]
netinvestissement media

[Vidéo] Tous nos conseils pour bien choisir les meilleurs placements en 2017

Les Français restent dans le peloton de tête des plus gros épargnants au niveau mondial. Pourtant, lorsque l’on se penche sur l’épargne des français, l’on constate de profonds paradoxes : plus de 1300 milliards sont placés en assurance-vie à 90% sur des fonds euro (qui ne rapportent presque rien, et qui n’ont aucune utilité dans le financement de l’économie réelle) et plus de 300 milliards d’euro sur des livrets bancaires. Ces livrets sont choisis en tant « qu’épargne de précaution » ; or l’on constate là encore que ces livrets dorment longtemps sans être vraiment optimisés. Ce constat paradoxal nous a donné envie de rédiger de guide qui, nous l’espérons, vous aidera à mieux épargner.

Bonne lecture.

livret-argent

1. Déterminez votre profil d’épargnant

Pour bien épargner, il faut commencer par définir votre « profil d’épargnant ». Cela ne se résume pas simplement à savoir si vous avez une grosse aversion au risque ou pas. Se fixer son profil d’épargnant est un exercice qu’il faut prendre au sérieux.

Votre âge, votre situation personnelle et professionnelle, l’état de votre patrimoine et de vos placements sont les premiers et principaux indicateurs pour se fixer.

Le profil d’épargnant tient également compte d’un certain équilibre ; or l’on constate bien souvent que les patrimoines des français, quelle que soit leurs tailles, sont souvent déséquilibrés : soit exagérément sécuritaire (vous n’avez que des livrets, mais vous avez plus de 200 000 € sur ces livrets…) ou encore trop orientée immobilier, ou inversement, majoritairement investi en assurance-vie. Tout est donc une question d’équilibre.

Ensuite bien entendu, votre âge et votre situation financière sont des critères à prendre en compte. A 30 ans il est plus logique et pertinent de se positionner plus fortement en Bourse et de moins en moins, progressivement, plus l’âge de la retraite arrive.

2. Fixez-vous des objectifs

Epargner pour épargner n’a en soi aucun intérêt. Tout placement, tout investissement, toute épargne doit avoir un objectif :

  • Disposer de liquidités à tout moment : dans ce cas vous privilégierez les livrets, sachant que ces supports que l’on appelle des supports d’épargne ne sont en fait que des supports de trésorerie. En effet, les livrets ne rapportent rien ! (si l’on tient compte de la fiscalité des livrets Boostés et de l’inflation)
  • Placer un capital acquis sur le long terme : dans ce cas, et en fonction de votre âge notamment, vous pourrez vous tourner vers des supports de type assurance-vie, SCPI ou location meublée
  • Réduire ou optimiser les impôts : les PERP, Madelin, FCPI/FIP ou encore les investissements immobiliers à caractère défiscalisants sont des solutions à étudier
  • Préparer sa retraite, créer du capital, valoriser un capital etc…

Vous l’aurez compris, vous devez d’abord vous demander pour quelle(s) raison(s) vous décidez d’épargner et en fonction de cela, alors seulement trouver le produit adéquat…. Et non pas l’inverse.

argent

3. Définissez votre capacité d’épargne

« Quelle somme d’argent êtes-vous en mesure d’épargner chaque mois, sans que cela ne change en rien votre train de vie » ?

Cette question très régulièrement posée par les conseillers en gestion de patrimoine à leurs clients permet justement de définir cette capacité d’épargne et par voie de conséquence, les moyens disponibles pour agir, et donc pour atteindre les objectifs préalablement fixés CQFD. Peu importe le montant d’ailleurs, ce qui compte par-dessus tout c’est la régularité.

Exemple : 100 € / mois placés sur un support à 4% rapporte au bout de 20 ans près de 40 000 € !! c’est la durée qui accentue l’effet de levier.

4. Choisissez bien votre support d’épargne

Dans le tout 1er point de ce guide, nous parlions de déséquilibre. Soyons donc vigilant à mieux équilibrer vos placements et leurs répartitions. Si vous avez déjà beaucoup investi dans l’immobilier, privilégiez plutôt les valeurs mobilières et inversement.

Si vous êtes plutôt jeune, n’ayez pas peur d’aller en bourse. si en revanche, vous êtes à 10 ans de la retraite, commencez progressivement à sortir des marchés financiers pour vous recentrer sur des supports moins rentables mais plus sécurisés.

Conseil d’expert : il existe de très nombreux produits, supports, mécanismes, parfois même très simples et peu (voire pas du tout) risqués, mais que vous ne connaissez peut être pas. Eh oui, la gestion de l’épargne est un métier. Alors n’ayez pas peur de vous renseigner avant. Nous développerons ce point plus bas.

5. Comparez avant de vous lancer

On ne le dira jamais assez : COM-PA-REZ !!

De grâce ne vous lancez pas à cœur perdu sur la 1ère « offre commerciale » qui passe. Le meilleur exemple c’est certainement les super livrets boostés à 5% (et qui tombent ensuite à 1% après 3 mois, mais ça très peu d’épargnants le savent et laissent leur argent prendre la poussière…)

Quel que soit le support d’épargne que vous ayez choisi, faites votre marché, allez voir ailleurs ce que l’on vous propose, surtout si c’est votre banque qui vous l’a proposé. En effet, et hormis les livrets bancaires, les produits bancaires sont souvent peu compétitives face aux professionnels et spécialistes du marché.

6. Choisissez bien votre interlocuteur

Si vous avez appliquez le conseil précédent, vous aurez donc bien comparé avant de vous lancer. Une fois cette étape de sélection effectuée, choisissez bien votre interlocuteur, celui ou celle qui va piloter, conduire, suivre, gérer, arbitrer votre contrat et votre épargne.

N’oubliez pas que vous défendez vos intérêts et non pas ceux de l’établissement qui les détient. En d’autres termes, nous ne saurions que trop vous recommander d’opter pour un professionnel de l’épargne et des placements, indépendant de surcroit.

banque confiance

Assurez-vous également que cet interlocuteur est « incentivé » à la performance de votre épargne (s’il s’agit de placements financiers autres que les livrets bancaires). En effet un conseiller intéressé à la performance sera naturellement plus impliqué, plus engagé et certainement plus performant que celui ou celle qui n’a aucun intérêt dans la performance du placement proposé.

7. Suivez votre placement

Nous avons tous tendance à commettre cette erreur : une fois le placement ouvert, on ne s’en occupe plus et on le laisse dormir, végéter, prendre la poussière. Ne commettez pas cette imprudence et surveillez votre placement. N’y a-t-il pas une nouveauté sur le marché dont vous devriez profiter ? un changement de loi ne vous permet t’il pas de bénéficier de nouveaux avantages ?

Un concurrent a sorti un produit équivalent mais plus performant… la surveillance et la veille restent importants en matière d’épargne et de placements.

BONUS : les 3 erreurs à ne pas commettre

  1. Ne pas comparer : même si la publicité sait évidemment très bien y faire, ne vous laissez pas hypnotiser aveuglément. Comparez avant de vous lancer. Il existe bien souvent des différences et des écarts, notamment de performance d’un produit à un autre.
  2. Ne pas demander conseil (vouloir faire tout seul) : sauf si vous êtes un professionnel de la finance ou de la gestion de patrimoine, nous ne saurions que trop vous recommander de demander conseil à un professionnel. Si vous croyez que vous savez et pouvez gérer votre argent vous-même, vous vous trompez.
  3. Sous-estimer la disponibilité : chaque type de placement, chaque catégorie de produits a ses avantages et inconvénients et l’un d’entre eux est la disponibilité (que l’on appelle aussi liquidité). Ne vous focalisez pas uniquement sur la performance du support, regardez bien les frais, la fiscalité et donc la disponibilité effective de vos liquidités. Sous combien de temps concrètement vous pouvez disposer de vos fonds.

Conclusion

Vous l’aurez compris, avant de placer son argent sur un support il est important, pour ne pas se tromper, pour bien optimiser, et pour défendre au mieux ses propres intérêts, de respecter ces quelques règles de base. L’épargne est un acte qui pour certain parait simple voire anodin, mais qui, s’il est effectué correctement, peut s’avérer plus efficace.

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : Une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

  • Placements : que faire avant de partir en vacances ?
  • Que faire avec une épargne de 100€ à 200€ par mois ?
  • Le placement sans risque existe-t-il encore ?
  • Comment bien choisir son conseiller en placements dans le contexte actuel ?
  • Comment obtenir une rente mensuelle de 150€ en plaçant 50000€ ?
  • Comment arrêter définitivement de laisser dormir votre argent ?
Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides