Placements court terme : les solutions

Visa expert

L’article « Placements court terme : les solutions » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Guilhem Garcia - Vu 1319 fois

Nous l’avons tous observé, les taux des prêts immobiliers sont à leurs plus bas historiques. Dans leur sillage, les rendements des placements d’épargne à court terme sont également très bas, mais ils ont au moins le mérite de pouvoir rémunérer un minimum votre trésorerie sur du court terme. Une précision importante quand nous parlons de solutions d’épargne à court terme, il s’agit bien ici d’un horizon de placement à moins d’un an. Au-delà de cette durée, nous basculons sur des solutions à moyen long terme.

En revanche, il n’y a pas de montant d’épargne adapté à ce type de produit. En fonction des projets et des habitudes de fonctionnement de chacun, la trésorerie concernée par ce type de solution sera très disparate. Au travers de ce guide, nous allons vous aider à définir les différentes solutions qui vous sont proposés dans ce marché de l’épargne à court terme. Elles auront toutes un point commun, elles seront disponibles à tout moment.

Livret A

1. Le Livret A ou Livret Bleu

Sûrement le placement le plus connu des français. Créé en 1818, il est l’un des premiers produits d’épargne créés en France. Il fut longtemps la chasse gardée de la Banque Postale et des Caisses d’Epargnes alors qu’au Crédit Mutuel, il porte le nom de Livret Bleu. Ses caractéristiques sont assez simples.

Vous n’avez droit qu’à un seul Livret A, toutes banques confondues. Par ailleurs, les caractéristiques de ce livret sont à l’identique d’une banque à une autre. Comme tous les livrets réglementés, il est plafonné. Vous ne pourrez pas déposer plus de 22 950€ si vous êtes un particulier et 76 500€ si vous êtes une association. Ces fonds seront rémunérés à un taux de 0.75% net, étant donné que le Livret A n’est soumis ni aux impôts, ni aux prélèvements sociaux.

2. Le Livret de Développement Durable (LDD)

Il vient souvent compléter le Livret A dans les offres bancaires. Autrefois appelé CODEVI, il a été transformé en LDD (Livret Développement Durable) en janvier 2007. Compte à vue, créé au départ pour le financement des travaux d’économie d’énergie, il permet également le financement des petites et moyennes entreprises. Comme le Livret A, la multi détention n’est pas autorisée. Ses caractéristiques sont assez proches du Livret A puisqu’il est également plafonné, à 12 000€ de versement maximum. Le LDD propose également un taux de rémunération de 0.75% net, sans subir aucune imposition et sans prélèvements sociaux.

3. Le Livret d’Epargne Populaire(LEP).

Créé en 1982, il avait pour but de proposer une solution d’épargne aux personnes bénéficiant de bas revenus et un taux de rémunération supérieur à ceux pratiqués par les autres livrets défiscalisés. Ainsi, vous pouvez bénéficier d’un LEP si votre revenu fiscal 2014 ou celui de votre époux/partenaire de PACS ne dépassent pas les limites suivantes :

Ouverture d'un LEP en 2016 : plafond de revenus selon la situation familiale

Quotient familial Plafond de revenus
1 part 19 255 €
1,5 parts 24 396 €
2 parts 29 537 €
2,5 parts 34 677 €
3 parts 39 818 €
3,5 parts 44 959 €
4 parts 50 100 €
Demi-part supplémentaire 5 141 €

Le plafond de versement est limité à 7 700€ et la rémunération proposée est de 1.25% net, étant donné que le LEP n’est ni soumis aux impôts ni aux prélèvements sociaux.

4. Le Compte Epargne Logement

Créé en 1965, le compte épargne logement (CEL) avait pour but de rémunérer l’épargne des particuliers et de leur permettre d’obtenir un prêt épargne logement avec un taux avantageux, en vue de la réalisation de travaux ou d’un achat immobilier. Les titulaires de CEL bénéficient d’une rémunération de 0.75% net d’impôts hors prime d’état mais sont soumis aux prélèvements sociaux.

Attention : vous ne pouvez pas financer n’importe quel type de travaux ou d’achat grâce à votre CEL. Ainsi, il se limite aux opérations suivantes :

  • construire ou acheter votre résidence principale, neuve ou ancienne,
  • acheter un terrain à construire à la condition que ce prêt finance en même temps les dépenses de construction,
  • financer des travaux d'économie d’énergie, d'extension, de réparation ou d'amélioration de votre logement.

livret jeune

5. Le livret jeune

Il s’agit encore ici d’un livret réglementé qui est destiné aux personnes qui ont entre 12 et 25 ans. Ce livret permet aux jeunes de bénéficier d’une rémunération identique à celle du Livret A, soit 0.75% net d’impôts et de prélèvements sociaux. Sa principale différence avec le Livret A est son plafond de versement puisque vous ne pourrez pas dépasser plus de 1 600€.

6. Les livrets boostés

Il n’y a pas de règles particulières pour ces livrets. Chaque établissement est libre de proposer une offre particulière. La principale caractéristique de ces livrets est de vous proposer une rémunération attractive pendant une période définie avec très souvent un montant plafonné. Les points importants à vérifier avant de se lancer dans ce type de promotion sont les conditions de sorties ainsi que les frais qui peuvent être appliqués par certains opérateurs. Ces livrets sont souvent très attractifs les premiers mois et alignent ensuite leur rémunération sur le Livret A avec l’inconvénient d’être soumis, eux, à l’impôt et aux prélèvements sociaux.

7. Les comptes à termes

Offre phare de certains établissements bancaires pendants plusieurs années, ils peuvent se révéler plus intéressants que certains livrets, même s’ils ont perdus de leur superbe ces dernières années avec la baisse des taux directeurs. Le principe du compte à terme est simple. Vous immobilisez de l’argent pendant une durée prédéfinie et en contre partie vous obtenez une rémunération en fonction de cette durée. La contrainte par rapport aux livrets est le blocage des fonds. Si vous sortez avant la date prévue, vous perdrez souvent l’intégralité de la rémunération. D’autre part, les intérêts créés par ces placements sont soumis à l’imposition et aux prélèvements sociaux.

Conclusion

Il existe donc encore des placements court terme qui permettent de rémunérer votre trésorerie et d’assurer une certaine liquidité à votre épargne.

Mais il faut bien garder à l’esprit que ces placements ne sont adaptés qu’à des objectifs à moins d’un an souvent en rapport avec la gestion quotidienne (capitalisation pour payer ses impôts, partir en vacances ou autre épargne de précaution etc.).

Au-delà, ces solutions ne sont pas les mieux adaptées. Une assurance vie sera sans doute plus judicieuse malgré la fiscalité qui s’applique en cas de rachat anticipé si vous n’avez d’objectif précis d’utilisation des fonds investis. Le temps jouera en votre faveur.

N’hésitez pas à vous rapprocher de votre conseiller en gestion de patrimoine qui pourra vous aider à déterminer le montant à placer sur ces solutions de placements à court terme et vous aiguiller vers d’autres opportunités à long terme.

J'en profite

À propos de l'auteur

Guilhem Garcia , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Après l’obtention d’un Master en gestion de patrimoine, Guilhem débute sa carrière au sein d’une grande banque régionale. Après 10 ans de carrière dans différents groupes bancaires, où il a occupé des postes de conseiller clientèle professionnel à gestionnaire en patrimoine, il décide d’ouvrir son cabinet spécialisé en prévoyance et patrimoine auprès d’un des grands assureurs de la place. Son désir d’indépendance et d’évolution professionnelle, le pousse naturellement à rejoindre début 2014 le groupe WAST AND VAN en tant que consultant en gestion de patrimoine sénior.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides