Placements financiers intéressants en 2011

Visa expert

L’article « Placements financiers intéressants en 2011 » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - Vu 3701 fois

Que vous soyez non imposable ou que vous ayez déjà un bien en défiscalisation, vous pouvez quand même placer de l'argent pour dégager des intérêts. Voici les différentes possibilités qui s'offrent à vous pour des placements intéressants en 2011.

1) Placements financiers "refuges" : les matières premières (l'or en particulier)

L’or est une valeur refuge : comparé aux actifs boursiers, le cours de l’or est nettement moins volatile. L’or a toujours été un très bon placement financier durant les crises économiques. L´évolution du prix de l´or est caractérisée par la hausse : en 5 ans, la valeur de l'once a plus que doublé.

La plupart des conseillers financiers recommandent d'investir dans l'achat d'or à hauteur de 5% à 15% de votre portefeuille. C'est un investissement de sécurité qu'il ne faut pas négliger.

Tant que les marchés financiers ne sont pas stabilisés et que le dollar reste faible, le manque de confiance des investisseurs continue de provoquer une forte demande en métal jaune. A long terme, tout plaide pour une nouvelle appréciation de l’or. La production a chuté de 20% depuis son pic de 2001, pour des coûts de production de plus en plus élevés.

Une étude a montré qu’en dessous de 940 dollars l’once, les mines d’or ne pouvaient satisfaire aux exigences de rentabilité des marchés. Le seuil des 1000 dollars l’once est ainsi devenu un fort soutien pour le métal jaune. Sans compter qu’à la moindre faiblesse des cours, les banques centrales des pays émergents vont en profiter pour diversifier à bon compte leurs réserves de change, au détriment du dollar. L'once cotait à plus de 1500$ en juin 2011.

Avantages :

  • Valeur refuge par excellence
  • Rendement passé : 18,5%. Le rendement futur dépend bien sûr des cours et n'est pas garanti.

2) SCPI avec effet levier


L'achat de parts de Sociétés Civiles de Immobiliers (SCPI) constitue une alternative complémentaire originale et intéressante pour investir dans l'immobilier. Les SCPI sont une des formes de placement collectif dans l'immobilier. Elles acquièrent et gèrent un patrimoine immobilier pour le compte des investisseurs qui en détiennent les parts sociales.

Les parts de SCPI peuvent s'acheter à crédit. L'intérêt est de bénéficier de l'effet de levier pour augmenter le rendement du placement et le rendre plus intéressant.

Le principe est le suivant :

La somme est placée sur un contrat d'assurance-vie qui sert de garantie auprès d'une banque (nantissement du contrat) afin de mettre en place un crédit "in fine" d'un montant à peu près égal à 10 fois la somme de départ. Le principe du crédit "in fine" est de ne rembourser mensuellement, que les intérêts (les remboursements mensuels sont donc faibles). A la fin de la durée de l'emprunt, tous les intérêts sont remboursés. Vous n'aurez alors qu'à rembourser la somme prêtée initialement.

En parallèle, chaque mois, avec les revenus de la SCPI, vous remboursez les intérêts et vous acquittez de l'impôt (prélèvements sociaux + impôts sur vos revenus). L'excédent des revenus de la SCPI est placé sur le contrat d'assurance-vie. Au terme du crédit "in fine", les parts de SCPI sont revendues pour rembourser la somme due à la banque. Le montage sert également d'assurance décès car vos ayants droits, en cas de décès, récupèrent la somme placée sur l'assurance-vie + la somme abondée sur la SCPI.

Avantages :
Les avantages de cette formule de placement sont nombreux : mutualisation des risques, revenus réguliers, meilleure liquidité, absence de souci de gestion, transparence d'informations...

3) Les obligations

Un emprunt obligataire (ou obligation) est une créance qu'a son détenteur sur l'organisme émetteur (Etat, entreprise...). Une obligation peut également être revendue avant son échéance selon son prix de marché à la date de la vente. Une obligation fonctionne sur le même principe qu’une reconnaissance de dette, alors qu'une action représente une part du capital de la société.

Le cours d'une action dépend des fluctuations du marché et n'est pas connu à l'avance. La valeur de l'action peut augmenter mais elle peut aussi baisser. Pour une obligation à taux fixe, le rendement est connu à l'avance. L'émetteur s'engage à rembourser intégralement la valeur d'achat au terme fixé, ainsi que, chaque année, un intérêt régulier défini à l'avance.


Avantages :

  • Pour les obligations françaises: les revenus sont imposables au titre des revenus mobiliers. Donc deux modalités d'imposition, au choix du contribuable : application du barème progressif + 12,3 % de prélèvements sociaux, ou sur option du contribuable, prélèvement libératoire au taux global de 30,1 %.
  • Obligations étrangères: les revenus sont imposables au titre des revenus mobiliers sans option possible pour le prélèvement libératoire, sauf pour les obligations dont l'émetteur est situé dans un pays de l'Espace économique européen (hors Liechtenstein).
  • Lorsque l'obligation est souscrite dans le cadre d'une assurance vie, l'imposition est celle des assurances vie.

4) Placement financier indispensable : l'assurance vie

L'assurance vie est un des placements préférés des français car elle cumule des avantages en terme de fiscalité, de succession et de sécurité.


Le rendement du fond en euros d'une assurance vie est aux alentours de 4% en 2009 et 3,3% en 2010. Le rendement total de votre assurance-vie dépendra surtout de la partie investie dans des actifs à risque et des frais annexes qui varient suivant les contrats (les frais sur versement et les frais de gestion font fluctuer le rendement).

Le taux minimum garanti s’entend "net de frais de gestion". Vous pouvez, si nécessaire, demander une avance sur le capital épargné plutôt que d'effectuer un retrait.

La somme empruntée ne peut dépasser 80% de l'épargne et le taux d'intérêt sera supérieur d'1% à 2% à celui du contrat. Mais l'avance n'est pas imposable, contrairement à un retrait. L’assurance-vie permet de léguer un capital à une personne désignée sans avoir besoin de rédiger de testament.

Avantages :
• Fiscalité intéressante
• Pas de droits de succession et possibilité de désigner le ou les successeurs

J'en profite


5) La Bourse : le PEA

Le PEA consiste à encourager l'investissement en bourse des particuliers (Le montant maximum des versements est de 132.000 €). Celui-ci est plus restrictif qu'un compte-titre ordinaire car toutes les valeurs mobilières ne sont pas éligibles selon le référencement de l’indicateur "valeur éligible au PEA", et les opérations à découvert sont interdites. Le PEA peut accueillir des actions des pays de la Communauté Européenne en direct (titres vifs) ou des fonds composés à au moins 75 % d’actions des pays de la Communauté Européenne.


Celui-ci peut être ouvert par tout contribuable domicilié fiscalement en France. Un seul PEA peut être ouvert par souscripteur, et il ne peut pas être ouvert sous la forme d’un compte joint. Son intérêt principal est d'être exonéré d'impôts (mais pas du prélèvement social) après 5 ans. La sortie d'un plan peut se faire en capital ou en rente viagère.

Avantages :

  • Exonéré d'impôts après 5 ans
  • Capital non garanti
  • Investissement à long terme
  • Rendement de l'ordre de 10% /an en moyenne mais très volatile.

6) Placements financiers incontournables : les placements retraite (PERP, PERCO, Madelin)


Le placement retraite n’est pas un placement court terme, c’est un placement long terme.

Le système de retraite par répartition ne pourra subvenir à l’ensemble des besoins du cotisant, il convient alors d’effectuer soi-même un placement retraite.

Ainsi, il n’est plus rare que les actifs de 30 à 35 ans commencent à mettre en place leur placement retraite. Arrivé à 40 / 45 ans, le placement retraite doit être établi.

PERP :

Le plan d'épargne retraite populaire (PERP) est un produit d'épargne à long terme qui permet d'obtenir, à partir de l'âge de la retraite, un revenu régulier supplémentaire. Le capital constitué est reversé sous forme d'une rente viagère. Il peut également être reversé sous forme de capital, à hauteur de 20 %. Le Perp permet aussi d'utiliser l'épargne accumulée pour financer l'acquisition d'une 1ère résidence principale. Les versements sur le Perp peuvent être programmés ou libres, sans conditions de montant.

L'organisme gestionnaire du Perp est tenu d'informer régulièrement le souscripteur de l'évolution du compte. Il peut prélever des frais de gestion du compte, si le contrat prévoit les modalités de détermination et de versement de ceux-ci. Il doit informer le souscripteur tous les ans sur le montant de ces frais. Il doit aussi lui communiquer une estimation de la rente viagère qu'il devra verser à l'assuré et préciser les conditions de transfert de son contrat. Les sommes versées sur un Perp sont déductibles, chaque année, du revenu imposable, dans la limite de 10% des revenus d'activité professionnelle (après déductions des frais professionnels), et ce, dans la limite de 8 fois le plafond annuel de la Sécurité sociale de l'année précédente. À la sortie du Perp, les prestations servies sont soumises à l'impôt sur le revenu.

PERCO :

Le plan d'épargne pour la retraite collectif (PERCO) permet au salarié de se constituer une épargne, accessible au moment de la retraite sous forme de rente ou, si l'accord collectif le prévoit, sous forme de capital. Le Perco est ouvert à tous les salariés (également aux chefs d'entreprises ou dirigeants), avec une condition d'ancienneté de maximum 3 mois. Le Perco permet de se constituer un portefeuille de valeurs mobilières constitué par des titres émis par les SICAV et des parts de fonds communs de placement d'entreprise (FCPE). L'entreprise propose un choix entre 3 organismes de placements collectifs au minimum, qui doivent présenter des profils d'investissement différents. Les sommes versées sur le Perco sont indisponibles jusqu'au départ à la retraite du salarié, sauf si le déblocage anticipé est autorisé.

MADELIN :

Cette loi Madelin a été crée dans le but d’inciter les TNS (Travailleur Non salarié) à se constituer eux-mêmes leur propre protection sociale, et ce afin de palier aux carences de leur régime obligatoire. En effet, contrairement aux salariés, les travailleurs indépendants sont souvent mal protégés en cas d’arrêt de travail, d’invalidité ou de décès, ainsi qu’en matière de retraite. De même, ils ne bénéficient pas de couverture chômage en cas de perte d’emploi. Ce contrat Madelin étant déductible, l’effort de cotisation du TNS est financé en partie par l’économie d’impôt réalisée. Cependant, tous les TNS ne sont pas égaux devant ce dispositif. En effet, s’agissant d’une déduction de la cotisation du revenu imposable, seules les TNS ayant une tranche marginale d’imposition élevée profiteront pleinement du dispositif Madelin. La Loi Madelin présentant aussi des inconvénients, il faut bien mesurer l’intérêt fiscal par rapport aux contraintes et vérifier que ce type de contrat correspond bien à vos besoins.

Il existe trois types de contrat retraite Madelin :

  • Le contrat retraite Madelin mono-support
    Investit sur un fond en euros uniquement, il permet de sécuriser totalement son investissement pour la retraite, tout en acceptant une rémunération de l’épargne retraite Madelin comprise entre 3 et 4 % par an.
  • Le contrat retraite Madelin multi-supports
    Il permet de répartir son investissement entre différents fonds, du fonds en euros au fonds à risque composé à 100 % d’actions. Les perspectives de gain sur le long terme, peuvent être plus intéressantes, mais il faudra être prudent et surveiller les fluctuations des marchés financiers.
  • Le contrat retraite Madelin en points
    Les cotisations versées sont directement transformées en points retraite. La rémunération de l’épargne se traduit par l’augmentation de la valeur de service du point retraite. (ce type de contrat fonctionnant un peu comme un régime de retraite obligatoire, est peu répandu car peu transparent pour l’assuré). Les points retraite seront transformés en rente au terme du contrat et en fonction de la valeur du point retraite au moment du départ.

7) Placements intéressants dans l'immobilier : les fonds d'investissement immobilier

Le but de l'achat-revente immobilier est de dégager des bénéfices en faisant une plus-value immobilière. Soit vous trouvez vous même le bien à rénover soit vous confier la gestion des opérations à une Société d'Investissement Immobilier (SII) qui s'occupe de tout.


La SII investit exclusivement dans des immeubles sous-côtés d'au moins 30%, provenant de liquidations bancaires, de partages lors de succession ou de ventes aux enchères. Elle loue les immeubles quelques années puis les revend à leur valeur réelle, en dégageant donc un bénéfice.

Ce principe d'achat-revente d'immeubles qui n'était pas accessible au particulier (à cause du prix trop élevé d'un immeuble) le devient grâce à la mutualisation des fonds.

Avantages :

  • Rendement : 9% à 12% net
  • Durée habituelle : 5-10 ans
  • Investissement minimum : 10.000 €

8) Un placement financier moins risqué que la bourse :
le FOREX

Le forex signifie « foreign exchange ». C’est l’échange des monnaies étrangères avec notre monnaie nationale. Les taux de change entre les différentes currency (monnaie est dite currency dans le langage des traders) est très variable.


On distingue 5 grands cours sur lesquels il est possible de gagner de l'argent grâce au forex :

  • EUR (euros) / USD (dollars américain)
  • EUR (euros) / GBP (livre anglaise)
  • EUR (euros) / JPY (le yen)
  • EUR (euros) / CAD (dollars canadien)
  • EUR (euros) / AUD (dollars australien)

Ces 5 monnaies fluctuent constamment, par exemple si à un instant donné EUR/USD = 1euro pour 1.27912 dollars, 30 secondes plus tard sa valeur peut être équivalente à 1.28102 dollars. On peut estimer la fluctuation des monnaies en tant réel. Le forex est un marché moins risqué que la bourse car si jouer avec le forex peut vous faire perdre parfois de l'argent, il n'entame en aucun cas la totalité de vos investissements… Un pays n'est pas une entreprise et ne craint pas le dépôt de bilan. Les USA paieront toujours en dollars et les Chinois toujours en Yen, tandis qu’une action peut être complètement dévalorisée suite à une faillite de l'entreprise !


Deux types d’investissements en Forex


Investir Physiquement :
L’investissement Physique est la manière la plus simple d’investir dans le forex, Physique signifie que vous gardez réellement l’argent "papier" chez vous. C'est un investissement sur le long terme.
Exemple : vous revenez d’un voyage à l'étranger et il vous reste quelques billets. Garder cet argent et regarder de temps en temps le cours sur XE.com ! L’équivalent de 500 € de yen de votre dernier voyage au Japon, peuvent avoisiner l'équivalent de 750 € dans un an ou deux. Voulez investir dans le forex sans voyager : une solution à côté de chez vous, La Poste. En effet, la Poste propose un service de chèque de voyage à frais réduits (service public). Vous achetez pour le montant en monnaie étrangère que vous souhaitez et regardez quelques années après si le cours de la monnaie a monté. Vous "revendez" alors à la Poste vos chèques voyage pour un montant supérieur à celui auquel vous les avez acheté. La marge bénéficiaire est pour vous...

Investir via des banques :
Ce type d’investissement est plus adapté pour un particulier attentif au potentiel gain que fait miroiter le forex. De nombreux systèmes de trading existent sur Internet mais en anglais, car le système est bien plus répandu et connu aux USA qu’en France. Un des rares à proposer le forex en français est le placement à haut rendement. Vous avez la possibilité d’essayer et de profiter de rendement de 10 % a 20% par mois.

9) Les placements financiers originaux :
les investissements forestiers

C'est un placement bioéthique et générateur d'emploi.

Vous achetez, via un conseiller en gestion de patrimoine, un hectare de plantation au Costa Rica sur lequel vont être plantés des tecks. Vous êtes donc propriétaire de la terre sans limitation de durée. L'investissement est de 29.000$ (24.000$ + 5.000$ de frais de gardiennage et de maintenance). Au bout de 20 ans les tecks sont coupés pour être vendus à un prix estimé entre 180.000 $ et 300.000 $ (selon le marché). Le rendement, calculé à partir de ces chiffres, correspond à un placement en intérêts cumulés compris entre 9,5% et 12,5%. De plus, comme vous êtes toujours propriétaire de la terre au bout de 20 ans, vous pouvez soit la revendre soit faire replanter des tecks.

Avantages :

  • C'est un investissement bioéthique : Un hectare de plantation de Tecks piège 100 tonnes de Carbone en 20 ans soit l’équivalent de 20 années d’utilisation de votre véhicule.
  • La création d’une plantation de Tecks génère beaucoup d'emplois. L’importance de la maintenance impose de mobiliser un personnel important sur chaque plantation. Ces emplois apportés en campagne permettent à de nombreuses familles de se maintenir dans leurs villages sans être tentés par l’exode rural.

Conclusion

La notion de placement de capital s'est totalement démocratisée de nos jours. Encore faut-il que vous ayez les bonnes données pour pouvoir choisir au mieux de vos intérêts. La multitude des propositions émanant d'établissements différents (banque, assurance...) et le peu de capacité que vous avez (par manque de clarté) de pouvoir les apprécier réellement pour leur efficience, vous complique grandement la tâche et freine certainement vos velléités d'investissement. Cette liste des placements financiers intéressants en 2011 devrait vous apporter certaines clés.

J'en profite

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : Une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

  • Placements : que faire avant de partir en vacances ?
  • Que faire avec une épargne de 100€ à 200€ par mois ?
  • Le placement sans risque existe-t-il encore ?
  • Comment bien choisir son conseiller en placements dans le contexte actuel ?
  • Comment obtenir une rente mensuelle de 150€ en plaçant 50000€ ?
  • Comment arrêter définitivement de laisser dormir votre argent ?
Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides