Les 10 conseils avant d’investir dans les produits structurés

Visa expert

L’article « Les 10 conseils avant d’investir dans les produits structurés » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - Vu 1099 fois

Il n’existe pas de classe d’actifs plus mystérieuse que celle des produits dits « structurés ». Depuis des années, les petits génies de la finance ont créé de nouveaux véhicules financiers alliant mécanique mathématique et analyse économique dans un mélange trop souvent opaque pour l’investisseur profane.

Et ces produits ou solutions ont été pourtant distribuées, souvent mal, par les grands réseaux bancaires, parfois avec des conséquences plutôt négatives pour les épargnants.

Pour autant, dans l’environnement actuel, entre volatilité et incertitudes, ce type de placement pourrait bien s’avérer être payant. En effet, quelques opérateurs de renom, sous le contrôle des régulateurs étatiques de surcroît, proposent aujourd’hui des produits plutôt simples à comprendre, avec un risque maîtrisé car connu et des rendements encore attractifs.

Il faut cependant rester prudent et faire attention à ce que vous faîtes avant de vous lancer. Nous allons vous aider en vous donnant 10 conseils avant d’investir dans les produits structurés.

1. Prenez le temps de définir votre besoin et vos objectifs :

Les 10 conseils avant d’investir dans les produits structurés

Une fois de plus, nous ne saurions trop vous conseiller de prendre le temps de mettre à plat votre situation patrimoniale et de vous faire accompagner pour cela par un professionnel du conseil patrimonial. En effet, cette classe d’actif implique une bonne connaissance de ses moyens, de sa capacité d’acceptation (compréhension) du risque et de la durée que vous pouvez donner à cet investissement.

Ce type de placement est devenu par la volonté du régulateur l’un des plus transparents quant au risque encouru, aux rendements espérés en face et à la liquidité, ou non, du produit. Il est donc déterminant avant tout de savoir si il est fait pour vous…et vice versa…

2. Où allez-vous le loger ?

Les produits structurés sont éligibles à la fois à votre compte-titre et à votre contrat d’assurance-vie. Il est donc aujourd’hui très simple d’y avoir accès dans les offres de vos partenaires financiers habituels.

Nous vous conseillons de les utiliser comme une Unité de Compte de votre contrat d’assurance-vie afin de profiter alors de la fiscalité favorable de celle-ci en cas de déblocage anticipé du produit concerné.

3. Ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier :

Cela coule de source mais il est bon de le rappeler, ces produits restent des solutions financières exposées au risque et il ne faut jamais investir la totalité de vos avoirs sur ces supports.

Vous pouvez donc soit les intégrer de façon partielle à une allocation globale, à hauteur de 10 ou 15% par exemple afin de donner un peu de dynamisme à votre contrat comme toute Unité de Compte classique, soit choisir de concentrer votre investissement à 100% sur ce type de support à condition que vous ayez par ailleurs (sur d’autres contrats, livrets ou comptes) des liquidités pour maintenir un équilibre dans la diversification.

4. Diversifiez et dispersez votre investissement :

Les produits structurés offerts aujourd’hui par la majorité des opérateurs bancaires ou assurances sont accessible, en particulier en assurance-vie, à partir de « tickets » d’entrée assez faibles autour de 1000 €.

Cela vous permet donc d’envisager plusieurs investissements successifs ou parallèles, sur différents supports de cette classe d’actifs afin de disperser votre capital alloué sur différentes stratégies. En plus de diversifier en ne concentrant pas votre investissement que sur des produits structurés, il est de bon ton en plus de multiplier les supports.

Cette stratégie vous permet de multiplier les mécanismes utilisés par le gérant, de jouer sur différentes durées ou différents valeurs référentes (actions, paniers, indices etc.).

5. Voyez le long terme :

Une des principales conditions à respecter avant d’investir dans un produit structuré est d’avoir du temps devant soi. C’est primordial car ce type de mécanisme financier n’a d’intérêt que pour vous protéger dans le temps.

En effet, la majorité de ces solutions vous expose avant même leur souscription les différents scenarii auxquels vous pourriez être confrontés dans le temps. Cela vous permet à la fois de connaître l’amplitude maximum du risque, la prime de rendement offerte en contrepartie mais également la durée qu’il vous faut accepter dans chacun des cas.

Exemple : un produit indexé sur l’Euro Stoxx 50 avec une durée maximum de 10 ans et un ticket annuel de 6,5%.

  • En cas de scenario favorable (indice nul ou positif à la date anniversaire de votre investissement) : le capital est débloqué mécaniquement avec le ticket de 6,5%. Durée donc de un an avec rendement annuel servi de 6,5%.
  • En cas de scenario défavorable (indice entre 0 et -30% à la date anniversaire de votre investissement) : le capital reste investi avec le ticket de 6,5%. Pas de perte en capital, pas de perte de rendement mais pas de liquidité. Vous devez rester investi.
  • En cas de scenario très défavorable (indice entre -30% et -50% à la date anniversaire de votre investissement) : le capital reste investi sans ticket de 6,5%. Pas de perte en capital mais aucun rendement. Pas de liquidité.
  • En cas de scenario catastrophique (indice à -50% à la date du 10ème anniversaire de votre investissement) : vous devez supporter alors la perte réelle soit au moins -50%.

6. Ne soyez pas trop gourmand :

Voyez sur le long terme

Avoir en tête de trouver le meilleur ratio rendement/risque doit rester le fil conducteur dans votre choix de produit structuré. Ne soyez surtout pas trop gourmand et ne vous laissez pas aveugler par des tickets (rendement) trop élevés. Trop élevé ne veut pas dire malhonnête ou illégal mais cela implique forcément un risque plus grand ou un manque de liquidité plus important.

Adaptez donc votre choix à votre compréhension des tenants et aboutissants de la solution qui vous intéresse et privilégiez celle qui semble le plus vous correspondre.

7. Choisissez avec attention l’émetteur de votre produit :

Après plusieurs années très prolixes en solutions structurées offertes par une multitude d’opérateurs (dont certains inconnus ou fraîchement apparus sur le marché) l’intervention des régulateurs en matière de contraintes de transparence et de pédagogie a confirmé l’importance de bien sélectionner son opérateur.

Plusieurs affichent une excellente réputation, appartiennent à des groupes solides et ont de nombreuses années d’expériences tant dans la structuration financière, la distribution de ces produits et le débouclage de leurs précédentes offres. C’est le cas d’Adequity (Groupe Société Générale) ou Exane (Groupe BNP Paribas).

8. Privilégiez les offres sans frais :

Il est important de noter que la grande majorité des solutions structurées, en particulier au sein des contrats d’assurance-vie, ne sont pas soumis à des frais supplémentaires en cas de souscription.

Soyez donc vigilant aux produits qui vous sont proposés et n’acceptez pas d’application de frais injustifiés puisqu’il n’y a aucune raison que ce soit le cas.

9. Faite vous confirmer la liquidité du produit :

Trop souvent l’investisseur pense que les produits structurés sont trop engageant dans le temps et qu’ils ne sont pas synonymes de liquidité.

Ce n’est que partiellement vrai car de très nombreuses solutions aujourd’hui vous permettent d’avoir une liquidité quotidienne de votre capital. La seule question est de savoir dans quelles conditions. Nous vous conseillons de vous renseigner précisément sur le sujet et vous invitons à privilégier les offres les plus flexibles.

En général, la liquidité est assurée dans les conditions suivantes :

  • Dans le cas où le sous-jacent de référence est positif lors de votre demande de rachat, vous récupérez votre capital
  • Dans le cas où le sous-jacent de référence est négatif lors de votre demande de rachat, vous devez supporter la perte

10. Suivez votre investissement :

Dernier conseil et pas des moindres puisqu’il peut s’appliquer à n’importe quelle classe d’actif dans laquelle vous pourriez choisir d’investir : suivez votre investissement !

Choisir une solution structurée dont le temps est une des données principales ne vous exonère pas de suivre pour autant le comportement de votre investissement. Ce n’est pas nécessaire de regarder chaque jour la cote de votre sous-jacent de référence mais n’oubliez pas de temps en temps de faire un point sur les perspectives concernées afin d’anticiper les scenarii de sortie lorsqu’approchera la date anniversaire de votre placement.

Conclusion

Faire le choix des produits structurés dans une allocation d’actifs financiers est justifiée dans le contexte de marché actuel et l’offre en question est aujourd’hui parfaitement adaptée à une clientèle de particuliers plutôt profanes.

Le souci de transparence et la simplification voulus par les régulateurs étatiques ont favorisé une offre compréhensible et très accessible pour l’épargnant. De quoi vous offrir des alternatives à l’offre bancaire ou assurantielle classique.

Mais soyez vigilant ! Les produits structurés restent avant tout des placements non garantis dont il faut bien intégrer la notion de risque et accepter son étendue. Plus que jamais, le conseil et l’accompagnement d’un professionnel de la gestion de patrimoine peuvent s’avérer déterminants à long terme.

J'en profite

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides