6 conseils pour obtenir un prêt après 50 ans

Visa expert

L’article « 6 conseils pour obtenir un prêt après 50 ans » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Guilhem Garcia - Vu 1488 fois

De plus en plus de français réalisent un achat immobilier après 50 ans. Composé aussi bien de primo accédant que de personnes qui ont déjà réalisées un achat immobilier, le parcours n’est parfois pas simple pour qui veux se lancer passé 50 ans. En effet, l’approche de la retraite et la chute de revenu qui l’accompagne, les coûts d’assurance qui peuvent faire gonfler le coût total du prêt, sont autant d’éléments qui peuvent freiner le futur emprunteur. Je vais vous donner ici 6 conseils pour que votre projet se déroule au mieux.

Vérifier votre « reste à vivre » à la retraite

L’un des premiers critères d’obtention d’un prêt est l’endettement. Les banques prêtent en général sur une base maximum de 33% des revenus. Mais depuis quelques années maintenant, elles tiennent également compte du restant à vivre. Pour ne pas avoir de mauvaises surprises, avant de vous présenter face à un courtier ou votre banquier, la première chose à faire est de vérifier votre endettement.

Mais il ne suffit pas de vérifier votre endettement à l’instant présent mais de prendre en compte vos revenus une fois que vous basculerez en retraite. En effet, la forte chute de vos revenus à la retraite peut mettre en danger votre situation financière. Pour cela, vous pouvez contacter vos caisses de retraite pour qu’ils réalisent une estimation de vos futures pensions retraite.

Vous pouvez également profiter d’une prime de départ à la retraite pour solder une partie de votre prêt et de fait, diminuer la charge d’emprunt.

Utiliser les prêts « adaptatifs »

La plupart des achats de résidences principales se réalisent par un prêt classique amortissable où la mensualité reste la même pendant toute la durée du prêt. Mais passés 50 ans, ce n’est peut être pas la solution la plus optimisée. Il existe en effet des prêts qui peuvent se caler sur le niveau de vos revenus.

Vous pouvez par exemple demander à avoir une mensualité plus importante tant que vous êtes toujours en activité avec des revenus conséquents. Une fois que vous basculez à la retraite, votre mensualité peut diminuer pour s’adapter à votre niveau de revenu. Cette solution peut vous permettre de conserver votre train de vie.

Comparez les assurances de prêt

Comparez les assurances de prêt

Malgré la croyance générale, la principale différence de coût sur un prêt provient de la cotisation d’assurance. En effet, le coût peut varier du simple à quatre fois le tarif pour des garanties équivalentes. Plus vous allez vieillir plus les écarts de cotisations peuvent être important. Et même si les contrats groupes des établissements bancaires sont souvent moins regardants sur l’état de santé, leur coût peut être parfois prohibitif.

Il ne faut pas hésiter à consulter différents assureurs pour trouver le contrat le plus adapté à votre situation que ce soit en termes de prestations ou de tarifs. Il faut noter que certains contrats peuvent notamment vous couvrir jusqu’à vos 85 ans.

Favoriser votre dossier avec une épargne de précaution

Même si avoir de l’apport n’est pas forcément nécessaire pour obtenir un prêt, le fait d’avoir de l’épargne vous facilitera l’obtention de ce dernier. Il peut aussi vous permettre de bénéficier d’un taux plus avantageux.

Mais n’oubliez pas une chose, si vous souhaitez devenir propriétaire pour la première fois, il faut absolument garder un minimum de trésorerie. En effet, une surprise peut toujours arriver. Une chaudière à changer, des travaux de plomberie, tels sont les aléas du propriétaire. Il faut arriver à trouver le juste équilibre entre apport personnel et épargne de précaution.

Proposer des garanties supplémentaires

Si vous avez déjà eu la possibilité de vous constituer un patrimoine financier ou immobilier, celui-ci pourra servir d’appui ou de garantie à votre projet. Cet aspect n’est pas négligeable.

En effet, vous pouvez proposer à votre banquier de prendre par exemple un placement en garantie par nantissement pour éviter de vous assurer sur l’intégralité du capital si votre assurance est excessive. Cela peut aussi rassurer l’organisme prêteur si votre endettement est trop élevé au moment du passage à la retraite.

Faites appel a un courtier

Au vu du grand nombre de contrat d’assurances sur le marché et de la grande diversité des tarifs proposés, utiliser les services d’un courtier pour ce type de prêt présente de nombreux avantages. Le coût peut rebuter certaine personne, mais le gain final amorti largement cette prestation.

En effet, un courtier aura une offre très large de délégation d’assurance et pourra vous conseiller la plus adaptée à votre situation.

D’autre part il se chargera de l’ensemble des démarches bancaires, vous permettant d’obtenir les meilleures conditions bancaires ou de vous orienter vers l’établissement qui acceptera votre dossier. Le fait de ne pas avoir à présenter votre dossier dans l’ensemble des établissements bancaires et de surtout de devoir les relancer, vous fera gagner un temps précieux.

Conclusion

Nous avons pu voir ici que l’obtention d’un prêt après 50 ans n’est pas une chose aisée. Les problématiques d’âge et de revenus peuvent rapidement complexifier votre dossier. Malgré quelques pistes de réflexion, l’appui d’un professionnel peut faciliter la réalisation de votre projet et réduire fortement le coût de l’opération. Mais le plus important ici, est de bien prendre conscience que vous pouvez toujours réaliser des projets même après 50 ans.

J'en profite

À propos de l'auteur

Guilhem Garcia , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Après l’obtention d’un Master en gestion de patrimoine, Guilhem débute sa carrière au sein d’une grande banque régionale. Après 10 ans de carrière dans différents groupes bancaires, où il a occupé des postes de conseiller clientèle professionnel à gestionnaire en patrimoine, il décide d’ouvrir son cabinet spécialisé en prévoyance et patrimoine auprès d’un des grands assureurs de la place. Son désir d’indépendance et d’évolution professionnelle, le pousse naturellement à rejoindre début 2014 le groupe WAST AND VAN en tant que consultant en gestion de patrimoine sénior.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides