Comment Internet révolutionne le métier de CGP

Visa expert

L’article « Comment Internet révolutionne le métier de CGP » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Céline SIMOES - Vu 555 fois

En l’espace de 5 ans, nous avons vu émerger de nombreux nouveaux acteurs sur Internet. Les banques en ligne et leur offre « standard » sont déjà has been et le marché, sans cesse en mouvement est en train de faire sa révolution. Internet est aujourd’hui devenu plus qu’un simple moyen de se renseigner, c’est un outil performant qui permet à son utilisateur une autonomie de décision. On ne se contente en effet plus de comparer ou de se renseigner, on agit, on passe à l’acte.

Internet est en train de révolutionner la façon dont les français pensent à appréhendent la gestion de leur argent. Décryptage.

Entre 2014 et 2015, nous avons constaté une augmentation de 74% du nombre d’opérations de placements ou d’investissements dématérialisés. Les ventes immobilières notamment, qui étaient au départ en 2010, epsilon sur le Net, sont aujourd’hui fréquentes, quasi hebdomadaires. Les internautes investisseurs savent ce qu’ils veulent et ont besoin d’un outil performant, d’un conseiller technique et pédagogue pour les aider dans leur démarche de souscription. Bientôt, avec l’arrivée de la signature électronique, les investissements immobiliers se feront de façon entièrement autonomes.

Parmi les grands thèmes de la révolution technologique qui anime le secteur, trois sujets retiennent tout particulièrement notre attention. Nous pensons en effet que c’est notamment et en particulier que les plus grands changements vont être opérés.

La signature électronique

La signature électronique de l’ensemble des documents règlementaires ou de souscription est intégrée à la nouvelle version du site. Elle fait partie intégrante de notre stratégie globale de simplification, d’innovation et dématérialisation de notre offre et de notre manière d’aborder le métier. Pourtant, cela n’aura pas été facile d’y arriver, loin de là. La plupart de nos partenaires, habitués à pratiquer le métier « d’avant » ne mesuraient pas la vitesse avec laquelle le marché mais surtout les consommateurs et utilisateurs qui le composent évoluaient. La signature électronique est une étape évidente pour l’utilisateur d’un service qu’il veut rapide, instantané, facile et numérisé. 100% d’avantages pour 0% d’inconvénients. Le cout de la prestation n’étant pas supporté par le client mais par le prestataire du service. Pourtant, si les banques en ligne ont toutes évidemment adoptées les services de signature électronique pour l’ouverture de leurs produits financiers ou comptes bancaires ; notre métier en revanche est à la traine. Le problème : la règlementation (compliance) qui plane au-dessus de nous. Ce vide juridique est en effet problématique mais devra nécessairement être réglé puisqu’il concerne une évolution technologique évidente contre laquelle on ne peut lutter.

La dématerialisation de la relation

Combien de fois dans l’année avez-vous vu votre banquier ? qui avez-vous vu en face à face l’année dernière lorsque vous avez réservé une chambre d’hôtel, acheté un billet d’avion, une place de concert, les jouets des enfants ? Personne. Comme des millions de français qui utilisent Internet quotidiennement pour leurs achats, vous n’avez vu personne ; puisque vous avez tout fait en ligne. Aujourd’hui, nous vivons avec notre smartphone collé à l’oreille (ou devrais-je d’ailleurs plutôt dire, sous le nez vu que l’on passe la journée à le regarder). L’évolution des modes de consommation nous a amené à dématérialisé toute relation commerciale avec un fournisseur de biens ou services. Au mieux votre interlocuteur est en Video Tchat sur votre ordinateur portable ou votre mobile, mais le face à face physique tend à disparaitre.

Notre société file irrémédiablement vers une dématérialisation globale (ou quasi complète) de toutes nos actions. Et la gestion de ses actifs, de ses placements, peut parfaitement se faire à distance. C’est plus simple et même préférable pour la plupart des français. Vous pouvez tout faire seul(e) puisqu’aidé par un ordinateur intelligent, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. La question ici n’est pas de savoir si c’est bien ou pas, mais simplement d’en prendre conscience et donc d’adapter sa façon de concevoir et d’aborder le business. En 2015, plus de la moitié de nos clients le sont devenus sans qu’aucun contact physique n’ait été organisé. Tout a été dématérialisé : téléphone, email, VizioTchat etc…. mais pas de face à face.

RENDRE L’INVESTISSEMENT 100% AUTONOME

Dans le secteur de la gestion de patrimoine, l’année 2015 aura été marqué par un mot : « fintech ».

On a entendu parler de fintech toute l’année.

Les fintech c’est quoi ? pour faire simple, il s’agit de sites internet qui proposent à des investisseurs qui souhaitent être autonomes de répondre à un questionnaire qui va définir leur profil de risque et leur proposer en fonction de leurs réponses une allocation d’actifs optimisée. En gros, une machine robot compile et agrège des données pour vous proposer une répartition optimum de vos liquidités à placer.

L’objectif de ces sociétés : permettre à tout investisseur non initié de choisir, gérer, suivre et arbitrer son placement financier (assurance-vie principalement) le plus intelligemment possible. Rendre l’investissement 100% autonome. A terme, plus besoin de l’intervention de l’homme, la machine deviendra votre conseiller. Disponible en permanence.

Conclusion

Le futur, celui qui est déjà à nos portes, nous permettra demain grâce aux outils technologiques et informatiques que nous sommes en train de développer, d’apporter une telle palette d’outils simples, intuitifs et performants à nos clients, qu’ils n’auront plus besoin de l’intervention d’un conseiller humain pour les aider dans leur décision. La video interactive est déjà dans les tuyaux. Des interfaces entièrement personnalisées pour tout piloter à distance etc…. la révolution est déjà là.

À propos de l'auteur

Céline SIMOES , Responsable Back Office

Après l’obtention d’un BTS Assistante de Direction en Alternance en 2000, Céline débute sa carrière au sein du service Achats Internationaux d’un grand groupe automobile français, PSA Peugeot Citroën Automobile, où elle y restera 7 ans. Elle intègre le groupe Wast and Van en avril 2008 en tant qu’adjointe de direction et ses fonctions au sein du cabinet ne cessent d’évoluer.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides