Les qualités requises d'un bon CGP chez netinvestissement

Visa expert

L’article « Les qualités requises d'un bon CGP chez netinvestissement » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Céline SIMOES - Vu 827 fois

En matière de recrutement, nous disons souvent que dans la gestion de patrimoine : « i y a beaucoup de candidats et très peu d’élus ». Cela ne suffit pas en effet d’avoir un master 2 de gestion de patrimoine ou d’avoir travaillé dans une banque pendant 4 ans pour être un véritable conseiller en gestion de patrimoine. Chez netinvestissement, nous avons un très haut degré d’exigence, qui ne se limite pas à la théorie ni au diplôme. La culture générale financière, la vision sectorielle, la parfaite connaissance des fournisseurs et de leurs produits, sont autant de qualités requises pour pouvoir être un véritable bon CGP.

Définition du CGP selon netinvestissement

Un conseiller en gestion de patrimoine chez netinvestissement est un généraliste, pragmatique, extrêmement précis, très pédagogue et pour qui chaque explication n’a qu’un seul but : être parfaitement compris par celui ou celle à qui il s’adresse. Chez netinvestissement, nos CGP doivent connaitre et comprendre les rouages et mécaniques économiques et financiers qui régissent le monde pour mieux l’appréhender et donc ne pas le subir. Le CGP netinvestissement est curieux et rigoureux. Ce n’est en effet pas tout de savoir que le pétrole baisse. Ça…. Tout le monde (ou presque) le sait. Ce que nous attendons en revanche c’est de savoir pour quelles raisons le pétrole a baissé et quelles sont les conséquences au niveau financier et économique dans le monde. La culture générale économique et financière requise chez un CGP ne doit pas être théorique voire mondaine mais doit permettre d’avoir une vision globale suffisamment précise pour aider dans les prises de décision.

Un CGP généraliste de pointe

Chez netinvestissement, nos conseillers en gestion de patrimoine sont des généralistes. Souvent comparés à des médecins, ils doivent en effet maitriser aussi bien les spécificités de l’assurance-vie (et donc des marchés financiers) que des SCPI, du meublé, de la fiscalité, de la retraite ou encore du Madelin pour les TNS. Nos clients attendent en effet des compétences globales et transversales. Bien évidemment certains CGP ont des spécialisation métier, mais ils doivent néanmoins être capables d’être à l’aise avec l’ensemble des sujets qui préoccupent nos clients.il n’est en effet pas rare de « sauter » d’un sujet à un autre au gré de la discussion.

Connaitre son environnement

Un CGP chez netinvestissement doit connaitre son marché, c’est-à-dire les principaux acteurs qui le composent ; connaitre leurs produits en détail, leurs spécificités leurs avantages et inconvénients les uns par rapport aux autres. Les compétences requises sont aussi bien macro que micro. Le CGP netinvestissement ne peut pas être limité à la seule connaissance générale des grands principes et avantages de l’assurance-vie mais doit connaitre les produits en détail du marché par opérateur et avoir une parfaite connaissance des grandes sociétés de gestion et de leur fonds qui composeront par la suite l’allocation d’actifs du contrat. Cette connaissance de l’environnement passe généralement par une veille de marché continue et quasi quotidienne. Grâce à Internet il est aujourd’hui facile de s’abonner à des newsletters, de se rendre aux réunions et formations organisées par les instances tout au long de l’année pour être toujours à la pointe en matière d’informations et de connaissances. Un bon CGP ne peut pas se laisser distancer par un concurrent (voire même par un client) en matière de mise à jour, de nouveautés et d’innovation.

La pédagogie au centre de la relation

Les conseillers en gestion de patrimoine, souvent comme les notaires ou les avocats, adorent « s’écouter parler ». En effet, quoi de mieux pour flatter son égo que d’étaler son savoir, surtout si celui-ci est technique, donc parfaitement incompréhensible par le non initié.

Exemple : « l’article 156-3 du CGI comme vous le savez, précise que si vous imputez un déficit foncier sur les revenus de même nature, vous ne pouvez pas revendre le dit bien avant d’avoir été pendant au moins 3 ans en bénéfice ». Je mets au défi n’importe quel non professionnel de comprendre cette phrase. Pourtant, elle est bien vraie.

Chez netinvestissement, nous ne voulons pas d’intellectuels égotiques à tendance maitre de conférence soporifiques ; nous voulons des pédagogues. Des experts qui adaptent leur discours et leurs explications à celles et ceux à qui il s’adresse. Le but n’étant pas de s’écouter parler, mais bel et bien de se faire comprendre. N’oubliez pas qu’un client qui ne comprend pas est un client qui ne fera pas. (combien de fois nos CGP ont remporté des affaires sur un montage immobilier en In Fine par exemple, simplement parce que le client n’avait jusqu’ici jamais compris le principe et les avantages pourtant « expliqués » par leur banquier….). La pédagogie est absolument déterminante et fondamentale.

Etre au service du client

Les clients, prospects et utilisateurs de netinvestissement.fr ont tous un point commun : ils sont venus à nous car ils étaient déçus ou insatisfaits du « service » bancaire ou financier qu’ils avaient jusqu’alors. Soyons clairs : notre gamme de produits n’est pas unique au monde puisque nous travaillons dans un univers encadré et règlementé.

Ce qui fait la différence c’est la technique, la pédagogie et la large palette de solutions indépendantes certes, mais le service apporté au client est également très important. Le « service client » est dans toutes les bouches, mais pourtant on ne le voit que rarement constaté. Etre au service de son client signifie être réactif : une demande est faite, elle doit être traitée dans l’heure. Vous vous êtes engagé à faire un mail de récap ou à envoyer une simulation, il est inenvisageable de quitter le bureau sans l’avoir fait. Vous avez dit à votre client que vous l’appelleriez à 19h ce soir, faites-le. Aucune excuse. Nos clients attendent notamment ce niveau de service et il en va de notre engagement que de le leur apporter. Le CGP netinvestissement ne compte pas ses heures et adapte son travail en fonction des horaires de ses clients…. Pas l’inverse. Les banques et leurs banquiers ferment à 18H ?? tant mieux pour nous, car nous sommes présents après les horaires de travail pour apporter des solutions et conseils à nos clients. Les banques sont fermées le samedi ? tant mieux. En effet nos clients ne travaillent souvent pas le samedi mais nous OUI. Du coup, ce jour est souvent le plus propice pour faire des affaires car on a le temps.

Conclusion

L’exercice du métier de CGP n’est pas difficile en soi. Je dis souvent que nous ne faisons pas de la « physique nucléaire… » mais pourtant pour être un véritable bon CGP il faut réunir de nombreuses qualités qui, seulement si elles sont combinées, vous permettront de vous épanouir, de maitriser votre environnement, de valoriser les actifs de vos clients (et donc les vôtres) et de prendre du plaisir chaque jour au travail.

À propos de l'auteur

Céline SIMOES , Responsable Back Office

Après l’obtention d’un BTS Assistante de Direction en Alternance en 2000, Céline débute sa carrière au sein du service Achats Internationaux d’un grand groupe automobile français, PSA Peugeot Citroën Automobile, où elle y restera 7 ans. Elle intègre le groupe Wast and Van en avril 2008 en tant qu’adjointe de direction et ses fonctions au sein du cabinet ne cessent d’évoluer.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides