SCPI de rendement : bilan 2013 !

Visa expert

L’article « SCPI de rendement : bilan 2013 ! » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 26/02/2014

Malgré un marché immobilier professionnel en mutation qui connaît un ralentissement locatif et une carence de demande de permis de nouvelles constructions, les SCPI de rendement restent en 2014 encore attractives. En effet, malgré une légère baisse du rendement moyen en 2013 (5% contre 5,27% en 2012), elles ont attiré toujours plus d’investisseurs en quête de performance.

scpi

Les atouts

Ce qui a poussé en 2013 les investisseurs à se tourner vers ce type de placement reste bien entendu les rendements annuels versés qui, comparés à ceux des fonds euros d’assurance-vie, sont restés élevés.

Mais les SCPI de rendement ont d’autres atouts pour séduire les épargnants. Leurs rendements sont stables, le risque est mutualisé sur un grand nombre de biens immobiliers et sur plusieurs secteurs d’activité ou géographique et elles sont accessibles à partir de quelques centaines d’euros. Bien qu’elles ne proposent pas de garantie en capital, elles restent considérées comme des actifs sécurisés.

Les opportunités

Dans le contexte actuel quel type de SCPI privilégier en 2014 ?

Les spécialistes du secteur insistent sur les SCPI dont l’actif immobilier est principalement situé en Ile de France et autour des principales villes de provinces, avec une préférence pour les centres villes et les murs de supermarchés.

Ils préconisent également les SCPI qui ont de grosses capitalisations, une trésorerie solide (report à nouveau) et de conséquentes provisions pour entretenir le parc immobilier.

Enfin, il semble qu’il soit intéressant de se pencher sur les SCPI les plus récentes qui bénéficient de la possibilité actuelle de négocier au mieux leurs nouvelles acquisitions et donc d’assurer pour l’avenir de bons rendements locatifs.

investir-scpi

Les innovations

Comme dans tous les secteurs de l’investissement, les SCPI connaissent aussi de belles innovations. A ce titre, se développent des véhicules SCPI basés sur des classes d’actifs novateurs comme la santé (EHPAD, etc.), le socialement responsable (crèches, etc.) ou l’international.

Ce besoin d’innovation s’explique par l’attractivité de nombreux secteurs de l’investissement jusqu’alors considérés comme à la charge des pouvoirs publics mais qui aujourd’hui nécessitent de plus en plus de financements privés.

Les limites

De plus en plus d’observateurs et de professionnels du patrimoine restent pour autant prudents quant ils abordent l’investissement en SCPI de rendement. Même si les acteurs du marché tentent de rassurer les épargnants en rappelant la solidité des actifs et le niveau des performances de rendement, il n’en demeure pas moins que la pression sur le marché des locaux professionnels reste de plus en plus élevée. En particulier sur les bureaux.

Beaucoup rappellent donc que la diversification est la clé d’un bon investissement y compris sur cette classe d’actifs et invitent leurs clients à choisir des SCPI ayant équilibré leur parc en commerces, entrepôts et murs de supermarchés / hypermarchés.

Conclusion

Les mauvaises performances des fonds euros d’assurance-vie en 2012 et 2013 expliquent en partie la forte attractivité des SCPI auprès des investisseurs. Mais la stagnation de leurs rendements (autour de 5%) et l’excellente tenue de leur gestion financière en font également des placements rassurants et intéressants sur le long terme. De plus, bien qu’il s’agisse de « Pierre-Papier », l’actif reste l’immobilier, toujours tangible et palpable.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides