CAC40 : de gros changements en perspective

Visa expert

L’article « CAC40 : de gros changements en perspective » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 19/01/2016

L’année 2016 commence sous le signe du renouvellement pour le CAC 40. Le principal indice boursier de la Bourse de Paris est déterminé à partir des cours de quarante actions cotées en continu sur le premier marché, parmi les cent sociétés dont les échanges sont les plus abondants en France.

Le CAC 40 possède un conseil au sein de chaque société, soit 557 sièges d’administrateurs habilités à prendre des décisions. Chaque année, certains mandats arrivent à échéance et sont renouvelés par le vote des actionnaires. Lors de ces changements, certains présidents ou administrateurs emportent avec eux une page de l’histoire de grands groupes Français. Quelles vont être les manœuvres dans le conseil du CAC 40 ? Comment vont-elles impacter les entreprises ? Pour cela, nous allons détailler les changements qui vont être opérés et les analyser.

bourse2

Comprendre les nouveautés 2016

Nous voilà donc en début d’année, période d’organisation des votes au sein des sociétés du CAC40. En 2016, pas moins de 160 sièges d’administrateurs, toutes sociétés confondues, arrivent à échéance dès la prochaine saison des Assemblés Générales. C’est plus qu’en 2015 où seulement 132 sièges ont été soumis aux votes des actionnaires.

Prenons maintenant en détails les 160 sièges qui vont être renouvelés. 60% de ces places sont des mandats d’indépendants, c’est à dire non salariés, et 119 sont détenus par des hommes, la mixité n’est pas encore respectée même si elle s’améliore chaque année. Les 41 places indépendantes restantes, dont les mandats arrivent à échéance, ont une ancienneté inférieure à 12 ans, elles devraient être renouvelées. Une exception subsiste avec Saint-Gobain. Isabelle Bouillot et Sylvia Jay, présentes depuis 18 et 15 ans renouvelleront leurs mandats.

L’année 2016 sera également marquée par la fin de 9 mandats de Président à la gérance d’entreprises du CAC 40. C’est le cas pour Bernard Arnault chez LVMH, mais aussi Philippe Camus chez Alcatel Lucent qui marquera aussi la fin du groupe Alcatel Lucent. En effet, le 15 avril 2015, Nokia annonçait l’acquisition du groupe Alcatel Lucent en échange de ses propres titres. Bruno Lafont et Reitzle Wolfgang, les deux co-présidents de Lafarge Holcim, vont devoir soumettre aux votes leur renouvellement. Il en sera de même pour plusieurs autres présidents.

L’année 2016 sera donc le reflet de nombreux changements, et certains d’entre eux marqueront l’esprit du CAC 40 pour plus longtemps.

Les plus grands changements et caractéristiques

Nous allons maintenant accentuer nos propos sur certaines sociétés du CAC40 soumises aux nouveautés cette année.

  • Schneider Electric : le mandat symbolique d’Henri Lachman, 78ans, doit être renouvelé.
  • Veolia : le président à la tête du groupe Soficot, qui est âgé de 89 ans, doit partir.
  • LVMH : c’est aussi l’heure du bilan pour Bernadette Chirac, membre du conseil d’administration depuis 2010.
  • LafargeHolcim : le groupe devra renouveler l’ensemble de ces administrateurs. Ce sera le cas tous les ans désormais suite à la fusion de ces deux groupes qui a donné naissance à une société suisse, LafargeHolcim. Pour respecter la loi Suisse, toutes les entreprises doivent renouveler une fois par an leurs administrateurs.
  • Airbus : 92% de son conseil qui va être renouvelé. C’est donc l’occasion pour eux d’étaler les mandats. A 74 ans, Manfred Bischoff, le plus ancien du conseil pourrait laisser son siège.

Conclusion

Ainsi 2016 s’annonce comme une année mouvementée au sein des conseils des sociétés du CAC 40, pas moins de 160 sièges vont être renouvelés, et 9 présidents vont mettre fin à leurs mandats. Les conseils d’administration de certaines des entreprises du CAC40 vont accueillir de nouveaux venus. Ces sociétés, toutes très disparates, ont un but commun: augmenter la valeur de leur action. Le contexte économique au sein du CAC40 étant en perpétuelle évolution, l’interaction entre les conseils reste importante mais limitée, l’enjeu est donc de trouver une synergie commune.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides