Prix Nobel d’économie 2014 : Jean Tirole

Visa expert

L’article « Prix Nobel d’économie 2014 : Jean Tirole » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - le 14/10/2014

Jean Tirole est le deuxième français lauréat cette année du fameux prix Nobel après Patrick Modiano en littérature.

jean-tirole

Prix Nobel

Le prix Nobel est une récompense de portée internationale qui décore chaque année des personnes « ayant apporté le plus grand bénéficie à l’humanité par leurs inventions, découvertes et amélioration dans différents domaines de la connaissance ».

Dernier souhait d’Alfred Nobel, inventeur de la dynamite, le prix Nobel récompense les améliorations ou les progrès considérables dans le domaine des savoirs et de la culture de 5 disciplines différentes : paix, littérature, physique, chimie et médecine.

La Banque de Suède en accord avec la Fondation Nobel institue un prix en économie. Le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel communément appelé «prix Nobel d’économie » est créé en 1968.

Jean Tirole

Jean Tirole est le troisième français après Gérard Debreu en 1983 et Maurice Allais en 1998 a remporté la célèbre récompense en raison de « son analyse de puissance du marché et de la régulation ». Né à Troyes, d’un père médecin et d’une mère enseignante en lettres, il intégré tout d’abord l’école Polytechnique, ne découvrant l’économie qu’à 21 ans.

Ingénieur des Pont et Chaussés, il part faire un doctorat d’économie aux Etats-Unis dans la prestigieuse MIT (Massachussets Institute of Technology).

En 1991, il revient en France et s’installe à Toulouse où il crée l’institut économie industrielle dit « l’Ecole de Toulouse » en économie, de renommée internationale. Il a cependant effectué ses recherches tant en France qu’aux Etats-Unis et a été invité à participer à plus de 75 conférences dans le monde entier.

Ses compétences sont reconnues en économétrie. Il s’inscrit dans la ligné des fondements posés par Ragnar Frisch (inventeur du mot de macroéconomie) et de Irving Fisher, créateur en 1930 de la société d’économétrie.

Ses recherches se concentrent autour de l’économie industrielle. Il étudie le fonctionnement des marchés et les comportements des entreprises sur ces marchés. Aussi, il analyse le système bancaire et l’économie internationale en utilisant la méthodologie de la théorie des jeux et de celle de l’information.

Deuxième économiste à être Médaillé d’or du Conseil nationale de recherches scientifiques en 2007, il obtient également en 2010 le prix Levi-Strauss qui consacre la qualité de ses travaux en sciences sociales.

Présenté comme l’un des économistes les plus influents de notre époque par le comité Nobel, il succède à trois américains (Eugène Fama, Lars Peter Hansen et Robert Shiller) qui expliquaient l’évolution des marchés financiers en partant d’hypothèses opposées.

L’origine des prix Nobel

Le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel est décerné en majorité à des universitaires travaillant dans les meilleurs campus américains.

Aussi la nationalité des lauréats n’est (dans la plupart des cas) aucunement en relation avec leur lieu de travail. On doit donc considérer cette exode des meilleurs économistes comme préoccupante. Cependant, Jean Tirole ne fait pas complétement exception puisqu’il a poursuivi ses études au MIT.

Conclusion

Il semblerait que les formations soient réellement plus performantes aux Etats-Unis amenant les chercheurs à exploiter leurs connaissances à l’extérieur de leur pays d’origine. Au contraire, certains comme Jean Tirole partent se former dans ces prestigieuses universités pour revenir dans leur pays d’origine exercer. On constate donc que la majorité des lauréats provient des universités américaines reconnues mondialement telles que : Chicago, Princeton, Harvard (quelle que soit au final leur nationalité).

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : Une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides