Les millionnaires de France

Visa expert

L’article « Les millionnaires de France » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - le 16/11/2011

Selon le Crédit Suisse qui a mené une étude internationale, environ un habitant français sur 25 possède un patrimoine qui dépasse désormais le million de dollars. En un an, le nombre de français se rangeant désormais dans cette catégorie a progressé de 18%.

Actualité

Les chiffres

Après la crise de 2008, on aurait pu douter du fait que les foyers se relèveraient. Pourtant selon cette récente étude, la France compterait environ 2,6 millions de foyers millionnaires (en dollars). Naturellement, le classement voit en première place les Etats-Unis et le Japon avec réciproquement 10,1 millions et 3,1 millions de "riches", l’hexagone arrive en 3ème place juste devant l’Allemagne avec 1,7 million, le Royaume-Uni avec 1,6 million et l’Italie 1,5 million de "riches".

Cette estimation relève un nombre plus important que le nombre de personnes assujetties à l’impôt de solidarité sur la fortune, avant la réforme en cours. Cependant il est important de noter que le calcul de l’ISF ne comprend pas les actifs professionnels. Donc, avec un habitant millionnaire sur 25, la densité française de millionnaires serait donc la plus élevée au monde (en excluant les petits pays) en comparaison des autres Etats Européens. Cette différence s’explique notamment par des placements frutueux dans l’immobilier, le faible endettement mais aussi "des inégalités de fortune plus élevées que chez leurs voisins".


L'avis des Français

Les Français jugent leur société profondément injuste et inégale. Bien que ce soit un sujet de polémiques, il faut quand même noter que le système social "re-distributif" à la française est bel et bien en panne depuis la fin des années 90. Les chiffres des prélèvements obligatoires parlent d’eux mêmes : la France est l’un des rares pays développés (pour ne pas dire le pays, en tête par rapport aux autres) où l’écart des revenus mesuré entre les 10% les plus pauvres et les plus riches, s'est creusé.

« Mais ce qui est nouveau et qui a été mis en évidence par une étude de l’économiste Camille Landais, c’est que les inégalités explosent par le haut ».


Explication de cette surprenante découverte :


Alors que les revenus des tranches les plus basses n’ont que peu augmenté, c’est a contrario les revenus des foyers appartenant aux tranches les plus aisés qui ont le plus augmenté :

? Les revenus de 90% des foyers les plus aisés ont progressé de 5% entre 1998 et 2005

? Les revenus des 10% de foyers appartenant à la tranche au dessus, ont progressé de 9%

? Les revenus des 1% plus "riches" (la tranche encore au dessus) a progressé de 20%

? Les revenus des 0,1% des "supers riches" (concernent 35 000 foyers) a progressé de 32%

? Enfin, les revenus des 0,01% des "méga riches" (concernent 3 500 foyers) a progressé de 43%.

Les inégalités de patrimoine

Les rémunérations les plus élevées sont les seules à progresser rapidement et spécifiquement les rémunérations provenant d' investissements patrimoniaux qui prennent largement le dessus par rapport aux rémunérations provenant du travail lui même. En effet, les 2/3 des revenus de la tranche la plus riche proviennent directement des loyers, intérêts, dividendes et plus values… Ces sources de revenus ont été, de fait, les plus performantes mais aussi les moins imposées.


L’inégalité entre le patrimoine des 10% les plus pauvres et celui des 10% les plus riches s’est accrue au cours de ces dernières années. La lutte des classes s’est désormais déportée vers le haut de la pyramide et le scepticisme des français sur les questions d’égalité et d’argent s'est renforcé.

"Mais avant, le ressentiment venait surtout des classes populaires, de la gauche. Aujourd'hui, il imprègne toutes les classes, traverse les clivages politiques. Les entrepreneurs, les cadres, les patrons de PME sont aussi excédés par les privilèges excessifs de cette oligarchie qui n'est plus sur leur planète."

Le manque d’intérêt pour la cause collective est en effet l’ombre au tableau des classes les plus privilégiées selon Jean Hervé LORENZI, président du Cercle des Économistes. Le manque de soutien et d’enthousiasme de la France face à l’engagement pris par Bill Gates et Warren Buffett de redistribuer la moitié de leur fortune, dénotent un système capitaliste français frileux et vieillissant. La famille Betancourt, à l’origine pourtant de la fondation la mieux dotée de France (750 Millions d’euros de capital), n’a pas encore réussi à donner naissance à son projet philanthropique.

Actualité

Des fortunes principalement transmises

Ce tempérament frileux et immobiliste est très caractéristique des fortunes principalement transmises. En effet, de récentes études soulignaient que 67% des principales fortunes françaises proviennent d’un héritage (Hermès, Rothschild, Louis Dreyfus, Peugeot sont toutes des fortunes plus que centenaires) tout comme en Allemagne où 64% des plus grosses fortunes sont transmises. La mentalité anglophone est à l’opposé de ce conservatisme. En effet, aux Etats Unis 68% des plus grosses fortunes sont des « selfmade-man » et 80% au Royaume-Uni.

Selon l’écrivain Francois de Closets : "L'économie de marché tire sa dynamique de l'inégalité. Pouvoir entreprendre, s'enrichir, c'est le moteur de la société capitaliste. Mais, pour être accepté, cet enrichissement doit être accessible à tous ceux qui ont la motivation et le talent. Et il faut qu'il rémunère un risque, pas des privilèges acquis."


Dans ce contexte, nous pouvons souligner que le sentiment d’injustice appréhendé dans l’opinion publique française est accentué par le fait que l’impôt ne joue plus son rôle de "redistributeur". Les récentes révélations publiées sur la famille Betancourt n’ont fait qu'accroître la force de ce sentiment : les querelles entre Mme Betancourt et sa fille ont dévoilé qu'une imposition de la famille, à hauteur de 40 millions, paraît bien légère en comparaison des revenus générés à hauteur de 280 millions € annuels, bien que les montages financiers n’aient rien d’illégaux.

Les finances publiques, aujourd’hui mises à mal, vont inévitablement se traduire par une hausse des impôts. La "fuite fiscale" des riches, bien que parfaitement légale, ne sera plus tolérée. Et pourtant « matraquer les riches n’apportera pas les milliards manquants et risque de les pousser à l'exil. Cependant, rétablir une certaine équité fiscale serait le passage obligé sans lequel les français n’accepteront pas de faire des sacrifices » explique Christian Saint-Etienne. Les grandes fortunes seront donc poussées à participer à l’effort commun.

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : Une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides