Bitcoin : chute du cours après un piratage

Visa expert
Anais Couraud
Par Anais Couraud
Le 18/06/2018

L’article « Bitcoin : chute du cours après un piratage » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Le mois de juin confirme la chute continuelle de la crypto-monnaie la plus célèbre : le bitcoin. Alors que cette monnaie virtuelle profitait d’un peu de répit durant ces deux dernières semaines, le retour à la réalité fut brutal en ce début de semaine. En effet, valorisé aux alentours de 7 660 dollars (soit environ 6 500 euros) vendredi soir, le bitcoin a perdu près de 11% au cours du week-end pour s'établir à 6 784 dollars, lundi 11 juin dernier. Cette récente dépréciation est liée à la nouvelle cyber-attaque d’une plateforme Sud-Coréenne nommée Coinrail. Ce nouveau piratage a également entrainé la chute de l’ensemble des crypto-monnaies : toutes étaient dans le rouge lundi matin. Quelles sont les mesures mises en place pour lutter contre cette chute ?

Une nouvelle attaque

Mauvaise nouvelle pour les investisseurs, ce n’est pas la première fois qu’une telle attaque se produit. En effet, à la fin du mois de janvier 2018, le géant Coincheck s'était fait dérober un montant record d'environ 430 millions d'euros en NEM (dixième crypto-monnaie en matière capitalisation à l'époque). Rejoignant la liste des plus gros cyber-hack de l’histoire, cet épisode a failli être suivi d’une nouvelle tentative de piratage courant mars sur le site d’échange Binance.

Finalement, on constate une tendance baissière généralisée depuis le début de l’année touchant toutes les monnaies virtuelles. En effet, la valeur de l’ensemble des actifs liés aux devises digitales a chuté, passant de 830 milliards de dollars à 294 milliards à ce jour. Le bilan des 6 premiers mois du cours du bitcoin est donc très défavorable : sa valeur actuelle affiche un recul de 53%.

Les mesures de protection mises en place

Pour faire face à ces attaques à répétition, les autorités de contrôle des marchés financiers ont dû faire preuve d’une vigilance accrue et redoubler d’effort pour avertir les investisseurs. Par exemple, en mai, une enquête criminelle a été ouverte aux Etats-Unis par le ministère de la Justice sur des soupçons de manipulations des cours. En Corée du Sud, Coinrail affirme qu’il mettra à disposition des forces de l’ordre toutes les mesures nécessaires pour faire avancer l’enquête et rétablir un sentiment de « confiance » auprès des investisseurs.

Du côté de l’Europe, L’Autorité des Marchés Financiers (AMF) maintient son rôle de gendarme de la Bourse, en avertissant les français. Fin mai dernier, l’AMF a d’ailleurs repris les propos du célèbre tennisman Gaël Monfils faisant l’éloge du bitcoin. « Au mieux risqué, au pire une arnaque », l’organisme de tutelle des finances ne lâche rien et continue de rappeler aux potentiels investisseurs que cette monnaie virtuelle n’est pas un investissement fiable.

Conclusion

Après avoir atteint des sommets en frôlant 20 000 dollars fin 2017, la valeur du bitcoin a fortement chuté ces 3 derniers mois pour descendre en dessous des 7 000 dollars. "Si vous achetez quelque chose tel qu'un bitcoin ou une autre crypto-monnaie, vous ne posséderez pas un actif qui produit quoi que ce soit. Vous espérez juste que la personne suivante paiera plus. Vous n'investissez pas quand vous faites cela. Vous spéculez. Il n'y a rien de mal à cela. Si vous voulez parier, quelqu'un d'autre se joindra à vous et paiera plus demain, c'est une forme de jeu. Ce n'est pas de l'investissement." Warren Buffet.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Anais Couraud , Conseillère en gestion de patrimoine

Après l’obtention d’un BTS Assurance en alternance à Groupama Gan Vie en tant que gestionnaire dans le Pôle Prévoyance, Anaïs ressort forte d’une première expérience dans le domaine de l’assurance de personnes. Par la suite, elle fait le choix de poursuivre ses études en Licence Professionnelle Métiers du Droit Privé à la Faculté de Bordeaux afin d’approfondir les connaissances juridiques et qu’elle a pu appréhender lors de son BTS. Grâce à ces 3 années dans le secteur de la protection de la personnes, Anaïs maitrise les différents produits assurantiels tels que la prévoyance, la santé, la retraite et l’assurance vie. Aujourd’hui, du fait de son intérêt pour les produits financiers et immobiliers, elle entreprend un Master en Gestion de Patrimoine et Marchés Immobiliers à l’INSEEC. Elle rejoint le groupe Net Investissement en 2017 à Bordeaux.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides