Evolutions technologiques : le FMI est à l’écoute

Visa expert

L’article « Evolutions technologiques : le FMI est à l’écoute » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Anais Couraud - le 06/10/2017

Vendredi dernier se tenait à Londres, les 20 ans d’indépendance de la Banque d’Angleterre. A cette occasion la directrice du FMI, Christine Lagarde a tenu un discours porté sur l’avenir des différentes banques centrales mondiales face à l’accroissement des nouvelles technologies. De ce fait, le FMI s’intéresse de près aux enjeux d’une telle évolution dans le domaine de la finance. Parmi ces avancées technologiques, se trouve les crypto-monnaies qui suscitent intérêt et critiques.

Le rôle du FMI face à ces nouveaux entrants

A ce propos, ces monnaies virtuelles sont un sujet que tous les établissements financiers ou institutions ne peuvent plus ignorer. En effet, ces monnaies « version numérique » comme le bitcoin pourraient remplacer les monnaies actuelles de certains pays en développement ou les institutions sont instables. A plus forte raison, les utilisateurs du bitcoin pourraient alors effectuer des transactions (en dollars par exemple) sans les frais habituels. Cette semaine la banque américaine Goldman Sachs a envisagé de spéculer sur le bitcoin pour le compte de ses clients afin de contrer l’offensive de la Chine qui prévoit d’interdire les opérations de ce type. Pour le moment, Christine Lagarde reste pessimiste jugeant ces monnaies « trop volatiles ».

On parle également de possibles nouveaux changements liés à la blockchain. Il s'agit d'un registre virtuel immense regroupant toutes les transactions effectuées par des utilisateurs. Chaque acteur peut se connecter au réseau, visualiser l’historique des échanges et mettre à jour les informations. Grâce à cette technologie, chaque agent économique détient l’information en temps réel. Et cela va modifier en profondeur le monde de la finance et de la consommation.

Conclusion

Christine Lagarde juge nécessaire de créer le dialogue entre tous les acteurs concernés : régulateurs de marché, investisseurs, entreprises de services financiers mais aussi les responsables politiques dans l’objectif de préparer l’avenir. D’après sa directrice, le FMI représente « la plateforme idéale pour accueillir ces discussions » au vu du nombre important de membres qui le composent. Afin de profiter au maximum des effets positifs de la digitalisation, il est donc primordial de mettre en place des garde-fous qui permettent d’éviter les dérives. Cela passe d’abord par l’action publique à travers la loi et les différents organismes de surveillance.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Anais Couraud , Conseillère en gestion de patrimoine

Après l’obtention d’un BTS Assurance en alternance à Groupama Gan Vie en tant que gestionnaire dans le Pôle Prévoyance, Anaïs ressort forte d’une première expérience dans le domaine de l’assurance de personnes. Par la suite, elle fait le choix de poursuivre ses études en Licence Professionnelle Métiers du Droit Privé à la Faculté de Bordeaux afin d’approfondir les connaissances juridiques et qu’elle a pu appréhender lors de son BTS. Grâce à ces 3 années dans le secteur de la protection de la personnes, Anaïs maitrise les différents produits assurantiels tels que la prévoyance, la santé, la retraite et l’assurance vie. Aujourd’hui, du fait de son intérêt pour les produits financiers et immobiliers, elle entreprend un Master en Gestion de Patrimoine et Marchés Immobiliers à l’INSEEC. Elle rejoint le groupe Net Investissement en 2017 à Bordeaux.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides