Focus Marchés (27/07/2016)

Ecrit par : Paul Buzy

Chef de projet patrimonial

Vu 2827

fois

1 min

de temps de lecture

Marchés boursiers / Décryptage

Tout juste un mois après le résultat du référendum Britannique sur une potentielle sortie du Royaume Uni de l’Union Européenne, les principales places boursières mondiales sont progressivement revenues sur leurs niveaux initiaux. Si ce rebond progressif des marchés financiers confirme l’absence de crise systémique à l’échelle mondiale, les investisseurs anticipent d’ores et déjà une période de stagnation pour les semaines à venir.

Les différentes interventions des Banques centrales ont permis d’enrailler le sentiment de méfiance qui s’était répandu sur les marchés. A cela s’ajoute la publication de données positives quant à la santé de l’économie mondiale (Hausse de la consommation aux Etats Unis / Amélioration de la confiance des entreprises de la zone Euro / Hausse des demandes de crédit de particuliers).

Malgré une fragilité marquée du secteur bancaire et le maintien des principaux taux directeurs, la dernière enquête menée par la Banque Centrale Européenne (BCE) a su ramener la confiance au sein des investisseurs dans l’avenir de la zone euro par la mise en exergue notamment d’une amélioration des conditions de crédit et d’une hausse des perspectives de croissance.

A l’instar du Vieux continent, les marchés Américains ont su également reprendre le pas soutenus par la Réserve Fédérale dont l’objectif principal demeure de ne pas brusquer des marchés dans une période pour le moins agitée. L’intervention prévue pour ce mercredi 27 Juillet devrait une nouvelle fois mettre en avant un report de la prochaine hausse des taux à la rentrée.

Du côté des pays émergents, les principales économies poursuivent leur ascension comme en témoignent le ralentissement progressif de la spirale déflationniste en Chine couplé à une stabilisation de la devise et une restructuration à moyen terme de la réglementation du secteur bancaire.

Nos convictions

En dépit d’une amélioration significative de l’environnement macro-économique mondial et de la confiance des investisseurs en Europe et Outre Atlantique, nous plaidons pour la prudence dans la définition de nos stratégies d’allocations d’actifs par le maintien d’une vision long-termiste dans l’attente de la confirmation d’un rebond des marchés.

Nous conservons un biais essentiellement européen au sein de nos portefeuilles soutenu par la conviction dans le potentiel de croissance de cette classe d’actifs (+10% de hausse au cours du derniers mois) et ce malgré un début d’année amorcé avec difficulté. Une part large est également octroyée aux fonds diversifiés dont la flexibilité et la réactivité demeurent d’importants atouts dans une période matérialisée par un univers boursier encore fragile.

Face à la période d’accalmie dans laquelle vont entrer les marchés et dans l’attente d’une plus grande visibilité sur l’orientation à venir de ces derniers, aucune modification n’est opérée dans la construction de nos portefeuilles tant en matière de classes d’actifs que de zones géographiques.

Ne ratez rien de nos conseils !

A propos de l'auteur

Paul Buzy, Chef de projet patrimonial

Avis des clients de Paul :

Diplômé d’un Master en Gestion de Patrimoine et Immobilier à l’INSEEC, Paul BUZY rejoint l’équipe de Netinvestissement en 2018, après y avoir effectué son stage de fin d’études. Les différents postes qu’il a occupés précédemment dans des établissements bancaires le pousse finalement à opter pour l’indépendance et il fait le choix d’exercer le métier de chef de projet patrimonial au sein du cabinet le plus disruptif de la place.

Lire la suite

Dernier commentaire client

"Mon conseiller a été très clair dans ses explications et on a les tenants et aboutissants dès le départ. Placement évalué selon notre profil, pas de produit imposé seulement des orientations que l'on valide ou non. Je recommande."

Avis client :
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
Le 2021-05-01 08:34:04 par Thomas B.